Castor, Pollux et les Pould’Ô (7/7) – Les Étourneaux en appellent à l’Hermine

Septième (et provisoirement dernier) épisode de la saga des Pould'Ô, ou la grande déception des petits épargnants.

Septième (et provisoirement dernier) épisode de la saga des Pould'Ô, ou la grande déception des petits épargnants.

etourneau.jpgLes Étourneaux avaient patiemment exploré toutes leurs voies de recours ; soit directement auprès de Castor, soit indirectement par l'entremise de Raminagrobis et de la Chouette.

On leur avait toujours servi à peu de choses près la même chanson : « Les rigueurs du climat ne nous ont pas permis de vous restituer autant de brindilles que nous vous l'avions laissé espérer. Nous en sommes sincèrement désolés ; mais nous avons scrupuleusement respecté nos obligations, à défaut de notre parole. Pourtant, nous sommes prêts à envisager de vous accorder quelques miettes ».

Hermine.jpgLes Étourneaux, on s'en souvient, avaient été convoqués naguère, par les soins empressés de Castor, au palais de l'Hermine. Laquelle, au demeurant s'était montrée fort civile à leur égard, leur témoignant d'une considération qu'ils n'espéraient plus guère, tant la morgue de Castor les avait mortifiés.

Ils firent donc appel aux bons soins du Renard doré, afin qu'il les représente auprès d'elle et fasse valoir leurs arguments.

renard.jpgMaître Renard leur tint à peu près ce langage : « D'autres avant vous s'y sont essayés, mais d'une manière qui me semble malhabile parce que tenant du chacun pour soi.

Au contraire d'eux, je vous suggère de serrer les rangs et de vous présenter tous ensemble. Castor, en vérité, a joué avec le feu dans cette affaire et pourrait bien s'y brûler les doigts, pour peu que nous sachions démontrer les dessous de ses manières.

Depuis le temps que vous picorez de ci, de là, vous avez établi que les rigueurs du climat ne sont que billevesées et excuses spécieuses. Pollux (aux ordres de Castor, raison pour laquelle c'est lui que nous viserons es qualité) a construit la machine, vous l'a présentée de manière avantageuse, abusant de votre chétivité et de votre peu de connaissance en matière de mécanique.

L'Hermine pourrait lui en demander compte : s'il vous a bien restitué vos brindilles (ou du moins partie d'elles, tellement gonflées d'eau qu'elles en ont perdu de leur pouvoir calorifique), vous avez, à ne pouvoir vous réchauffer à leur flamme, enduré la froidure.

Elle devrait s'apercevoir, à l'appui de vos dires, que Castor n'a pas négligé de tirer les marrons du feu de vos branchages, à son seul bénéfice.

Peut-être viendra-t-il de lui-même à résipiscence si, plein d'usage et raison, il sait enfin mesurer combien serait dommageable à son pelage un épilogue contraire à ses vues. Les provisions qu'il a constituées en son garde-manger ne suffiraient alors pas à faire face aux appétits que telle décision ne manquerait pas de donner à la nuée des autres Étourneaux ».

Ils furent plus de 240, les plus hardis sans doute, à s'engager dans cette avenue, qui promettait, hélas, d'être fort longue. Mais ils n'en étaient plus à quelques mois près.

Et au jour de la Saint Gaétan, maître Renard remit leurs doléances à dame l'Hermine, en une liasse fort nourrie mais unique, forme qu'il avait choisie afin de ne pas ajouter aux tracas de la dame. Les couloirs du palais bruissaient de la nouvelle qu'elle avait fort peu goûté les cavalières manières que Castor lui avait servies dans une autre chicane, l'obligeant à dépenser beaucoup d'efforts en vain, avant de faire faux bond au tout dernier moment.

Ceci conclut pour l'heure la fable. Cependant, le royaume d'Ésope n'est pas sans recéler d'inattendues coïncidences, vous l'avez déjà constaté ; reportez-vous donc ici, pour en savoir l'état.

------------

Sommaire

Introduction. Castor, Pollux et les Pould'Ô

1. Les Paniers aux œufs d'or

2. Séduire les Etourneaux

3. La science de Pollux

4. Les cris des Etourneaux

5. Les piaillements bâillonnés

6. Chez l'arbitre des rongeurs

7. Les Etourneaux en appellent à l'Hermine

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.