Laïcité : des affiches contestées

Le ministère de l’Éducation nationale vient de lancer une campagne nationale de communication pour promouvoir la laïcité à l’École. Avec huit affiches à afficher dans les établissements. Elles suscitent des commentaires très critiques.

"C’est ça la laïcité" est l’intitulé de la campagne. Elle doit se déployer tout le mois de septembre par affichage, sur internet et sur les réseaux sociaux, ainsi que dans les écoles et les établissements scolaires. Au travers d’une série de huit affiches, le ministère s’adresse en priorité aux élèves et plus largement, dans sa déclinaison pédagogique, à la communauté éducative.  Les photographies des affiches ont été réalisées dans des établissements scolaires les 12 et 13 juillet 2021 avec le concours d’enfants et d’adolescents comédiens. Les prénoms utilisés sur les affiches sont les leurs.

affiches-laicite-92795-1

Les commentaires les plus acides n’ont pas tardé à se multiplier. Ils soulignent que ces affiches n’ont que peu à voir avec la laïcité, au mieux avec un « vivre-ensemble » présenté de façon contestable. Le Café pédagogique  inventorie plusieurs réactions et en conclut que : « Ces affiches vont creuser l'écart entre les enseignants et le ministère. Et les mettre face au dilemme de devoir réagir à une campagne politicienne du ministère ». Claude Lelièvre y voit lui aussi une manœuvre politicienne.   « En réalité, cette campagne d'affichage ne s'adresse pas  vraiment aux élèves (car ils ne pourront pas y comprendre grand-chose)  mais aux adultes, plus précisément aux électeurs. C'est une campagne foncièrement politicienne, à l'instar de celle qui a déjà eu lieu au moment du vote de la loi « Pour une école de la confiance »

La Vigie de la Laïcité a rédigé une note.  Les rédacteurs relèvent que toutes les affiches « mettent en avant quasi-exclusivement des enfants issus de la diversité ». Observation pertinente, mais mal formulée. Une conception positive et inclusive de la diversité, comme celle portée par notre Charte pour la diversité, considère que nous sommes toutes et tous porteurs de diversité. Il s’agit des enfants issus de l’immigration. Ce que la Vigie confirme ensuite : « de par le choix des prénoms et des caractéristiques phénotypiques, ces affiches entretiennent une lourde ambiguïté : implicitement, est diffusée l'idée que la laïcité concernerait en premier lieu les personnes issues de l'immigration ».

Le coup de grâce est asséné par Catherine Kintzler.  Membre du  « Conseil des sages de la laïcité » installé au sein du ministère depuis 2018, elle a appris l’existence de ces affiches par la presse. Elle signale que ce Comité n’a pas été consulté. Et donne son sentiment en toute indépendance. Elle conteste : « Une école « lieu de vie » qui réduit la laïcité à un « vivre-ensemble »…  Un « vivre » dans lequel l’ensemble se manifeste obstinément par l’injonction à un même coalisant. Il faudrait à l’école « rire des mêmes choses », « être dans le même bain », « porter les mêmes couleurs » ? Que de soin apporté à décliner laborieusement les totems de la « diversité »… ! Intention louable sans doute, mais qui risque par son insistance de figer les identités extérieures aux dépens des singularités, d’accepter et de reconduire les assignations qu’il s’agit précisément de délier, de passer sous silence le rôle émancipateur de l’école qui sollicite en chacun un travail sur soi ».

Une copie à revoir…

Une réfutation par l'absurde sur Twitter, un compte  « Le Tréma » propose: « Comme le gouvernement, crée toi aussi ta propre définition de la laïcité grâce à ta date de naissance ! »  

generateurdefinitionlaicitetrema

Une autre édition de la Ligue de l'enseignement sur Médiapart:

cercles-condorcet-cmjn-noir
Les Cercles Condorcet accompagnent la vie intellectuelle et militante des fédérations départementales de la Ligue de l'enseignement, grand mouvement d'éducation populaire laïque. Une cinquante de Cercles rassemblent environ 2.000 personnes. 
Ils animent une édition sur Médiapart Ne manquez pas de la consulter !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.