André Gunthert
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Le bruit des images

Suivi par 89 abonnés

Billet de blog 9 oct. 2010

André Gunthert
Enseignant-chercheur, EHESS
Abonné·e de Mediapart

Le Monde a peur pour les bébés Facebook

André Gunthert
Enseignant-chercheur, EHESS
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Alertez les bébés! «A peine nés, et ils ont déjà une identité numérique. D'après une étude internationale, 81 % des enfants de moins de 2 ans sont déjà présents en ligne, que ce soit par le biais de photos ou de profils sur les réseaux sociaux.» Ou comment faire mousser la peur très franco-française des réseaux sociaux. Quand LeMonde.fr résume une pseudo-"étude internationale" d'une entreprise spécialisée dans la sécurité sur internet, il montre surtout qu'il a un train de retard.

Des amis ont eu récemment un enfant. J'ai découvert le visage du petit ange sur la page photos de leur compte Facebook. Et alors? Et alors rien. Mettons qu'on interroge les titulaires d'un abonnement téléphonique pour savoir s'ils ont utilisé ce moyen pour annoncer une naissance à leurs proches, on peut supposer qu'on obtiendra des pourcentages tout aussi élevés[1]. Faut-il en conclure à l'irrémédiable bigbrotherisation de la société ou y voir la preuve que les parents recourent - oh! surprise - aux outils de communication disponibles?

Evidemment, l'alarmisme du Monde vient de la confusion entre téléchargement de photo et "identité numérique". L'article précise plus bas que la création d'un profil Facebook pour un bébé ne concerne que 5% des foyers (et seulement 2% en France - ah tiens! Le Monde a oublié de le préciser, comme c'est ballot). Certes, le titre "2% des bébés français ont une identité numérique" secoue un peu moins le shaker. Alors on bricole une notion fourre-tout de "présence numérique", qui permet de mélanger création de profil et envoi de photos - ça paraît d'une rigueur sociologique à toute épreuve...

L'illustration est encore plus drôle, on dirait que la fine équipe des chercheurs du Monde vient de découvrir Google images: «Une simple recherche "bébé Enzo" sur Google, et des centaines de milliers de photos d'enfants s'affichent» s'alarment-ils (voir ci-dessus). Ca marche aussi avec "mobylette" ou "bac à fleur", faut-il alerter le contre-espionnage?

«Seuls 3,5 % des parents s'inquiètent des conséquences futures d'un tel acte. L'éditeur AVG recommande aux parents de bien réfléchir à ce qu'ils vont mettre en ligne, puisque ces informations "les poursuivront le reste de leur vie"» conclut le stagiaire du Monde, qui n'a pas osé signer son forfait. On tremble à l'idée de l'employeur qui, vingt ans plus tard, refusera une embauche en voyant la photo du candidat qui bavait lorsqu'il avait deux mois. Je m'en vais de ce pas prévenir mes amis du danger qu'ils font courir à leur progéniture. Ah ben non, pas la peine: comme de nombreux comptes Facebook, le leur n'est accessible qu'à leurs friends. Dommage que l'étude d'AVG ne donne jamais la proportion des comptes fermés et des comptes ouverts dans leur panel. Qui a dit foutage de gueule?


[1] Aucune précision n'est fournie sur la composition de l'échantillon dans l'enquête AVG, mais les résultats obtenus suggèrent que celui-ci a été recruté ...via les réseaux sociaux.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Un comité de l’ONU défend Assa Traoré face à des syndicats policiers
La sœur d’Adama Traoré a été la cible de messages virulents de la part de syndicats de policiers après avoir été auditionnée par le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale des Nations unies. Ce dernier demande au gouvernement d’ouvrir des procédures, si nécessaire pénales, contre les auteurs.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Ce que révèle l’enquête, classée sans suite, visant le chanteur de No One Is Innocent
Mediapart a consulté la procédure judiciaire visant Marc Gulbenkian, figure du rock français, accusé d’agression sexuelle par l’une de ses proches. Alors que la plainte a été classée le 2 novembre, l’avocate de la victime, qui s’appuie sur un enregistrement versé au dossier, dénonce une « hérésie » et annonce un recours.
par Donatien Huet
Journal
Des logements « vite et pas cher » : l’immense défi marseillais
Le premier Conseil national de la refondation (CNR) délocalisé et dédié au logement s’est tenu à Marseille. La deuxième ville de France, où les prix s’envolent avec une gentrification accélérée de certains quartiers, compte aussi une trentaine de bidonvilles. Le chantier du logement digne reste immense.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Paris 2024 : cérémonie d’ouverture entre amis
Le comité d’organisation des Jeux vient d’attribuer le marché de la cérémonie d’ouverture sur les bords de Seine. Le vainqueur : un groupement dont une agence est liée au « directeur des cérémonies » de Paris 2024, qui avait justement imaginé le concept.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Merci pour ceux qui ont faim
Aujourd'hui, samedi, je me rends au centre commercial pour quelques courses. Il est dix heures, et celui-ci est déjà plein de monde : des jeunes gens surtout, des filles entrant, sortant des boutiques de mode, quelques-unes les bras chargés de sacs.
par cléa latert
Billet de blog
Péripéties ferroviaires en territoire enclavé
Destination France Déchéance, ou Manifeste sur un service public en érosion. Il s'agit dans ce court billet de faire un parallèle entre le discours de la Région Occitanie, celui de vouloir désenclaver des territoires ruraux, comme le Gers, et la réalité que vivent, voire subissent, les usagers du réseau ferroviaire au quotidien.
par camilleromeo28
Billet de blog
Y-a-t 'il encore un cran à la ceinture ?
Elle vide le contenu de son sac sur toute la longueur du tapis roulant de la caisse, réfléchit, trie ses achats, en fait quatre parties bien séparées, un petit tas de denrées alimentaires, un livre, un vêtement. Elle montre un billet de 20 euros à la caissière et lui parle. « Tiens » me dis-je, elle a bien compris la leçon du Maître : « Finie l'abondance ».
par dave.tonio
Billet de blog
« Je vous écris pour témoigner de ma peine de prison qui n'en finit pas »
Rentré en prison à 18 ans pour de la « délinquance de quartier », Bryan a 27 ans lorsqu’il écrit à l’Observatoire International des Prisons (OIP). Entre les deux, c’est un implacable engrenage qui s’est mis en place qu’il nous décrit dans sa lettre.
par Observatoire international des prisons - section française