Caroline Broué
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Le bruit des images

Suivi par 88 abonnés

Billet de blog 9 nov. 2008

Un jour la nuit

Pour ceux qui n’ont pas la chance de se rendre à Barcelone voir cette monumentale exposition sur le monde en 2000 photos, restent quelques bijoux dans le cadre du Mois de la photo. A Paris, « Un jour la nuit » fait partie de ces perles.

Caroline Broué
Journaliste, productrice radio
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© 

Pour ceux qui n’ont pas la chance de se rendre à Barcelone voir cette monumentale exposition sur le monde en 2000 photos, restent quelques bijoux dans le cadre du Mois de la photo. A Paris, « Un jour la nuit » fait partie de ces perles. C’est une exposition qui regroupe les balades et les errances nocturnes de Patrick Zachmann, de l’agence Magnum Photos, entre 2001 et 2005, de Paris à Séoul, de Londres à Rio, de Amsterdam à Pékin, de Barcelone à Bamako.Au fond d’une cour pavée abritée sous des arbres, derrière les anciens moulins de la rue des Frigos, à quelques mètres de la BNF,on pénètre à la lumière de quelques lampions dans les voûtes de ce lieu parisien très singulier. Les photos de Zachmann sont exposées sur les murs de ces vieilles pierres, dans une ambiance tamisée. Quelque trente de ses œuvres sont là, autant dire une infime partie de son travail. Sur le mur du fond, un écran projette ces mêmes photos plus quelques unes en grand format.

© 

La première chose qui frappe quand on entre, outre l’odeur des pierres (sic), c’est la couleur des photos. Patrick Zachmann nous a habitués à des images en noir et blanc, et nous livre là des photos aux couleurs chatoyantes, aux nuances tantôt chaudes, rouge ou jaune, tantôt froides, bleues ou vertes. L’idée est née en Chine : de retour après une longue absence dans ce pays qu’il a beaucoup photographié, Zachmannse dit « choqué » par le surgissement de la couleur lié selon lui à la profonde transformation du pays. Et cette attirance pour les atmosphères nocturnes ? « Mon attirance pour photographier la nuit a toujours existé. Comme d’autres photographes, j’ai aimé l’univers de Brassaï et celui de Weegee. J’ai beaucoup photographié la nuit en noir et blanc, ses bas-fonds et son monde souterrain. Aujourd’hui, à travers cette série, je reste éveillé dans ces grandes mégapoles, des nuits entières, moi qui ne suis ni somnambule, ni insomniaque, ni même vraiment noctambule. Simplement, j’aime photographier les atmosphères et les lumières de la nuit. » peut-on lire sur le texte de présentation écrit par le photographe. S’éloignant du reportage, ses photos deviennent ici impressionnistes. « Elles ne racontent pas une vie nocturne mais plutôt certaines ambiances particulières ». Et c’est effectivement l’ambiance qui prime dans ces impressions nocturnes qui rappellent des images cinématographiques, celles de In the Mood for Love (Wong Kar Wai) notamment, même si au final c'est surtout le caractère pictural qui domine dans son "regard en couleur". Ainsi de cette mise en abyme à Budapest, où Zachmann, descendant d’un tramway, a photographié dans la rue une affiche d’un tableau d’Ingres devant un musée, affiche trouée, écornée, au rendu flou, magnifique image étonnante de la nuit hongroise, loin des clichés.

© 
« Un jour la nuit », Jusqu’au 23 novembre aux Voûtes, 19 rue des frigos, 75013 Paris. Du mercredi au dimanche de 13h à 19h, entrée libre.A lire : Good Nights, photographies de Patrick Zachmann, chez Biro éditeur.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
par Bésot
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis