Caroline Broué
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Le bruit des images

Suivi par 88 abonnés

Billet de blog 24 mars 2009

Fureur et Ferveur

A la Maison des photographes rue Vieille du Temple à Paris, Hughes Léglise-Bataille lauréat du Tremplin photo de l'EMI 2008, expose ces jours-ci quelques unes de ses photos sur les manifestations lycéennes en avril 2008 et sur la visite du Pape en France en septembre dernier.

Caroline Broué
Journaliste, productrice radio
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A la Maison des photographes rue Vieille du Temple à Paris, Hughes Léglise-Bataille lauréat du Tremplin photo de l'EMI 2008, expose ces jours-ci quelques unes de ses photos sur les manifestations lycéennes en avril 2008 et sur la visite du Pape en France en septembre dernier.

© 

Rewind.

De Mars à Mai 2008, dans toute la France, des dizaines de milliers de lycéens sont descendus dans la rue pour protester contre la réforme Darcos, en particulier la réduction du nombre d’enseignants et la réforme du bac professionnel. A Paris, ces manifestations ont été presque systématiquement émaillées d’incidents, résultant de bagarres entre jeunes de banlieues rivales, ponctuées d’accrochages avec les forces de police. Arborant des t-shirts de leur département, dont le numéro (7-8, 9-2, 9-3…) est scandé comme un cri de ralliement, des dizaines voire des centaines de jeunes ont évolué ainsi en marge des cortèges. Un dispositif de maintien de l’ordre extrêmement lourd a été déployé en conséquence, les manifestants étaient encadrés par des gendarmes et CRS en tenue anti-émeute tout le long du parcours, tandis que des policiers en civil de la BAC procédaient à des dizaines d’interventions musclées pour interpeller les fauteurs de trouble préalablement identifiés.

Ces violences ont été largement minimisées voire passées sous silence par les médias. C'est cette "fureur" que Hughes Léglise-Bataille a captée, au coeur des manifestations

En face, en vis-à-vis même, s'expose la "ferveur". Il faut se rappeler que du 12 au 15 septembre 2008, pour sa première visite en France, le pape Benoit XVI a été accueilli par des centaines de milliers de fidèles, tant à Paris qu’à Lourdes, où l’on célébrait le 150ème anniversaire de l’apparition de la Vierge. Malgré le déclin du catholicisme en France, Benoit XVI a réussi à déplacer des foules considérables: 260.000 personnes se sont rassemblées aux Invalides pour la messe du 13 septembre! A Paris, des dizaines de milliers de personnes, jeunes et vieux, ont passé la nuit à même le sol pour être aux meilleures places. A Lourdes, à 5h du matin, on pouvait voir des personnes handicapées se rendant au sanctuaire en fauteuil roulant, et les retrouver à minuit pour une veillée aux flambeaux.

"Fureur et Ferveur", c'est donc le titre que donne le photographe à cette exposition, qui rassemble une trentaine d'images en noir et blanc. D'un côté la fureur des bandes de jeunes casseurs venus semer la pagaille dans les rangs lycéens; de l'autre la ferveur du rassemblement catholique. A l'agitation des premières répond le calme des secondes. Le mouvement des jeunes déchaînés contraste avec l'immobilité des croyants; mais les deux séries jouent sur la force des émotions et le rapport entre l'individu et le collectif. Excitation, énervement, peur, enthousiasme, délire, ou sérénité, dans les deux cas, la palette offerte est large. Quant au rapport entre l'ndividu et le collectif, il s'exprime tantôt dans le mouvement d'une foule où chaque individu ne pense qu'à se sauver et se met à courir subitement, accélération qui correspond à ce moment de bascule dans une manifestation que tout manifestant a déjà ressenti, mais qu'on ne voit jamais photographié ni filmé; tantôt par l'image d'une fervente en pleine phase mystique, les yeux fermés, la tête rejetée vers l'arrière et les mains en prière, seule avec sa foi au milieu du groupe.

Et puis il y a l'humour de la série sur la visite du Pape, un humour jamais méprisant, plutôt tendre dans le regard du photographe sincèrement surpris ou touché par certaines images, un humour qui là encore contraste avec la gravité et la violence qui se dégagent de la série sur les manifestations. Dans les deux cas, le photographe est au plus près de ses modèles, au coeur de la radicalité dans les manifs et empreint d'une distance bienveillante mais parfois empathique avec les croyants, même s'il a conscience des dérives de ce genre de rassemblement où se retrouvent également des intégristes.

© 

L'ensemble est efficace, juste, et esthétiquement plutôt réussi. Certaines photos, surtout dans la série sur la visite du Pape, sont de facture très classique, comme ces dormeurs appuyés les uns contre les autres qu'on dirait tout droit sortis de la série de Dorothea Lange sur la Grande Dépression. Faut-il y voir la trace intemporelle de la religion? A l'inverse, les images de la série sur les jeunes sont plus modernes, plus fragmentées, moins posées: reflet de la société actuelle?

Chacun pourra se faire son avis en allant voir cette exposition avant la fin du mois de mars. En plus, l'entrée est libre.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB
Billet de blog
par Bésot
Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire