Pourquoi Disney doit tant à Louis Prima ?

Prenez un italien, fils d'émigré aux Etats-Unis... Mettez le sous un projecteur, il va chanter comme s'il se croyait sous le soleil de la Méditerrannée. On connait le crooner, tombeur de ces dames toutes catégories confondues, j'ai nommé "Franck SINATRA", l'homme de "Summer in the wind" à la classe rarement égalée en dépit de ses connexions mafieuses secrètes... Mais c'est d'un autre italo-américain dont je voudrais vous parler... Un exubérant amusant à la joie communicative. Louis "Luigi" PRIMA est de ceux là. Une espèce de colosse brun ténébreux, toujours sautillant, toujours le sourire, toujours en train de "déconner"... Louis PRIMA ne se prenait jamais au sérieux, tant la vie était un jeu pour lui. Sans le savoir je l'ai aimé dès mon enfance... J'y reviendrais plus loin. "Luigi", comme aimait à l'appeler Keely SMITH sa compagne à la ville comme à la scène c'est d'abord une pile électrique. Infatigable, c'est aussi un grand musicien de swing. Trompettiste, chanteur chaleureux à la voix qui porte haut et fort, il formait donc avec Keely (fille d'un émigré également mais irlandais cette fois-ci), un couple mythique des émissions de télévision de variétés aux Etats Unis, pendant les années 50. Keely restait de marbre quand Luigi faisait le pitre... la répartition des rôles était règlée comme du papier à musique : Mais là où leur duo prend des proportions cosmiques dans le comique, c'est lorsque Luigi impose un exercice d'improvisation à sa partenaire toujours immobile lorsqu'il s'agite partout sur scène : Mais ce qu'on sait peut-être moins de Louis PRIMA, c'est que son talent de clown, sa bonne humeur communicative, sa spontanéïté ont inspirés les cartoonistes de Walt Dysney... "Le roi Louis" vous connaissez ? "I wanna be like you"... C'est Luis PRIMA qui est à l'origine de la fameuse scène dans le livre de la Jungle où le primate veut connaître le secret des hommes pour faire le feu, qu'il tente d'arracher à Mowgli... La preuve ici grâce au "making of" de la scène en question : C'est l'un des tout premier films que j'ai vu au cinéma gamin, cette scène je l'ai aimé tout de suite... Bien des années plus tard, j'ai découvert qui était Louis PRIMA, et compris pourquoi Walt Dysney avait baptisé l'oran-outan "King Louis" en clin d'oeil au célèbre fou chantant italo-américain du swing...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.