Billet de blog 9 sept. 2015

L’utopie lieu de tous nos rêves

De plus en plus et par intermittence reviennent des réflexions sur le partage du temps de travail et sur le revenu de base.. Pour résumer les arguments qui soutiennent ces prises de position, le chômage est structurel et ne va pas régresser dans un avenir prévisible. La robotisation et les progrès techniques/informatiques remplacent des postes de travail humains.

OliD
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

De plus en plus et par intermittence reviennent des réflexions sur le partage du temps de travail et sur le revenu de base.. Pour résumer les arguments qui soutiennent ces prises de position, le chômage est structurel et ne va pas régresser dans un avenir prévisible. La robotisation et les progrès techniques/informatiques remplacent des postes de travail humains.La concurrence brutale entre les pays du nord et ceux du sud pèse à la baisse, lourdement sur l’emploi et sur les salaires. Il y a comme un effet de mise à niveau de vases communicants amplifié par la mondialisation. Le niveau le plus haut baisse tandis que le plus bas monte jusqu’à atteindre l’équilibre. Peut-on dire l’équité ? On pourrait s’y résigner, mais comme toujours de gros malins, avides et cupides et en position de force, en profitent pour siphonner tout ce qui peut l’être à leur seul profit. L’idée du revenu de base va un peu plus loin : chaque être humain aurait « droit » à un minimum vital. Reste à quantifier, calculer ce niveau minimum.

Dans ce cadre très succinctement tracé, la réduction du temps de travail,  à 32h par semaine ou moins, apparaît comme un ajustement permettant au système de continuer dans la même logique d’une production en expansion infinie. Cet aménagement ne serait accepté et ensuite phagocyté que lorsque les puissances financières et industrielles mondialisées y trouveraient leur compte. Elles sont suffisamment fortes et malignes pour détourner, à leur profit,  tous les ajustements et réformes qu’elles trouveront sur leur chemin et faire leur beurre sur le dos de l’ensemble des travailleurs de la planète. C’est en tout cas ce qui s’est produit depuis l’invention de la vapeur, de l’électricité, du pétrole et du nucléaire.Ce projet de réduction du temps de travail, en France et évidemment en Europe, me semble être une réforme très modeste qui, si elle aboutit un jour, ne fera probablement que conforter le système économique prédateur qui nous contrôle. C’est plus une très modeste « utopie raisonnable » qu’un projet de transformation de notre société.

Essayons d’amplifier fortement cette notion de revenu de base et en pleine conscience utopique posons l’hypothèse que chaque être humain sur cette planète pourrait bénéficier d’un toit, de condition d’hygiène et de nourriture lui permettant de vivre sans avoir à « gagner » sa vie.Laissons de côté pour l’instant le souci de savoir si c’est réalisable économiquement, si l’état actuel des techniques le permet et faisons comme si les requins politico/économico/financiers avaient perdu tout pouvoir. Lançons-nous dans une expérience de pensée.

Nous voici en face d’une société ou les machines travaillent pour nous et fournissent l’essentiel vital. N’ayant plus rien, ou très peu, qui nous obligent, nous les humains, allons nous ennuyer. On peut assez facilement imaginer une explosion de la consommation des drogues et alcools de toutes sortes. Très vite les moyens de distractions seront débordés et un retour aux jeux du cirque version moderne est à prévoir. En effet au bout du bout de l’ennui il reste le jeu de la vie et de la mort. La mort, surtout celle des autres et la  nôtre à l’horizon serait la seule contrainte, la seule réalité palpable.

C’est dans « le très peu qui nous oblige » que réside sans doute une réponse positive qui viendra contrebalancer les effets nocifs d’une liberté absolue et démotivante.Comme supposé plus haut, les machines travaillent pour nous, mais il faut malgré tout les entretenir, ou entretenir celles qui entretiennent les premières, etc…. Par nature toutes constructions à tendance à se dégrader au fil du temps. Nous humains produisons des déchets. Même dans une société la plus écologique possible, nous ferons toujours pipi et caca. Il faudra enterrer les morts ou les brûler, etc…. Il y aura donc des activités qui devront être assumées par des humains tant que les machines ne pourront le faire. Certaines de ces activités seront sans doute peu agréables à effectuer. (gestion des déchets, service d’ordre, lutte contre les catastrophes et ainsi de suite) Il y aura peut-être des volontaires prêts à donner de leur temps et de leur énergie au service de la communauté. Mais leur nombre et leur régularité ne permettront pas d’assurer le minimum indispensable à la vie de cette société. Dans ce monde utopique, des contraintes seront donc indispensables.

Imaginons une liste des travaux à faire qui ne peuvent être ignorés. Qui va les assumer ? Tout le monde à tour de rôle en fonction de ses compétences. Comment organiser cela. Le modèle du service militaire, obligatoire pour tous et toutes nous donne des pistes de réflexion. Il y aurait un conscription concernant chaque citoyen et citoyenne. Les tâches les plus ingrates seraient alors partagées. Le modèle suisse pourrait nous servir de guide. Ne rentrons pas dans les détails de cette organisation et restons résolument utopiques. Les travaux de base sont assumés, chacun donne une partie de son temps pour le bénéfice de tous. Pour que cela ait un sens, disons pas plus d’une semaine par mois en moyenne. Que va-t-on faire du reste du temps, à part s’ennuyer ?Ne perdons pas de vue qu’à ce stade nous n’avons que le minimum pour vivre. Certains voudront plus. D’autres beaucoup plus. Ils proposeront donc des activités « rémunérées » soit par de la monnaie soit pas des échanges et du troc. Rien n’empêchera quiconque de vendre sa force de travail s’il le souhaite. D’autre ferons des choses gratuitement, pour le plaisir de faire ou de rendre service. Les artistes artisteront et les cigales chanteront après avoir fait leur part de travail de fourmis. Un cadre de lois ou de règlements veillera à ce que personne ne puisse abuser du système et que par cupidité ou pauvreté d’esprit, ne tente de remettre en place une organisation prédatrice.(Je laisse en attente une réflexion sur l’éducation, la sexualité, la guerre et la question écologique/climatique)Restent ceux, qui pour différentes raisons, ne pourront s’adapter à cette société. L’ennui les submergera, ils n’auront pas assez de richesses intérieures pour aller vers les autres. Ils se morfondront, déprimeront et auront besoin d’aides et « prise en charge » thérapeutique. Ils seront de moins en moins nombreux au fil du temps, car peu à peu chacun et chacune apprendra à assumer cette nouvelle liberté.

En conclusion de ce trop succinct tour d’horizon , il me semble qu’il est souhaitable de travailler à la promotion du revenu de base, la réduction de temps de travail n’étant qu’un tout petit aspect d’un questionnement plus général.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Lidl : les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Social
Conditions de travail : la souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Politique
Zemmour : quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)

La sélection du Club

Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau