Le monde de Demain selon Cyril Dion et Mélanie Laurent

Le bonheur en 35mmSalle comble pour l’avant-première du film–documentaire Demain du réalisateur et ancien directeur de Colibris, Cyril Dion et l’actrice Mélanie Laurent hier à l’UGC Ciné Cité de Strasbourg.

TEASER DEMAIN © DEMAIN le Film
Le bonheur en 35mm

Salle comble pour l’avant-première du film–documentaire Demain du réalisateur et ancien directeur de Colibris, Cyril Dion et l’actrice Mélanie Laurent hier à l’UGC Ciné Cité de Strasbourg.

Habitué à la projection de blockbusters, le complexe cinématographique a accueilli à cette occasion un public davantage familier des petites salles du centre ville où la programmation y est plus éclectique. En partenariat avec l’association Colibris dont le fer de lance n’est autre que Pierre Rabhi, cette soirée fut aussi l’occasion de présenter les actions du mouvement citoyen porteur de promesses pour un meilleur vivre-ensemble.

Le film débute avec un constat pourtant accablant : Une civilisation en proie à une extinction quasi inéluctable, si le mode de vie que nous menons aujourd’hui, continuait à ce rythme effréné, incontrôlable et inconscient - rendant nos écosystèmes exsangues. Confronté à cet avenir, la jeune maman qu’est Mélanie Laurent, narre le récit de sa démarche en ayant un regard à la fois interrogateur sur ce qui se passe sur notre planète, serein sur les solutions possibles et attendrissant sur les rencontres qui ponctuent l’aventure d'une équipe de trentenaires composée de Cyril, Mélanie, Alexandre et Laurent. Un film qui donne le sourire par son ton amical et amoureux d’une société plus équitable et respectueuse de la diversité, mais qui laisse une impression grave tant les constats sont sérieux et dignes d’y porter un intérêt pour relever les défis de demain.

Bien loin du scénario catastrophe, dynamique de bons nombres de documentaires auxquels nous sommes habitués, Demain évoque l’avenir autrement. En effet, Demain est le mise en pellicule du pari fou (mais pas tant à y regarder de plus près) d'imaginer la société en présentant les alternatives déjà existantes pour alimenter cet avenir et les mettre en œuvre dans nos habitudes quotidiennes - certaines accessibles au citoyen isolé et d’autres concrétisables par la mise en commun des savoirs présents en chacun de nous.


L’aventure de Demain en 5 thèmes et 9 pays

France, Danemark, Finlande, Inde, Grande-Bretagne, Suède, Islande et Etats Unis seront les décors de cette aventure à travers des thèmes tels que ceux de l’alimentation responsable, de l’énergie, des échanges économiques alternatifs,  de l’éducation et de la démocratie. Loin du discours moralisateur, le film permet à quiconque, sans distinction de ressources, de culture, d’ethnie, de différences quelconques, de participer activement à cette transition sociale. D’ailleurs, en terme de co-participation, le film en lui-même ne déroge pas à cette règle puisque c’est grâce au crowfunding et plus particulièrement au site participatif kisskissbankbank et à la générosité de 10266 donateurs que le projet à pu voir le jour. C’est tout de même 444 390 euros qui ont ainsi été collectés pour permettre la mise en image de cette aventure passionnante qui ne compte pas s’arreter là : « nous allons créer une vaste plateforme sur le Web nous permettant de recenser et de relier un maximum de projets et de communautés qui changent le monde un peu partout sur la planète. Nous allons également construire et agréger des outils aidant tous ceux qui auront vu le film à se mettre en action dès le lendemain. Nous sommes déjà un mouvement, une vague et cette vague peut participer à changer le monde. » (Cyril et Mélanie, sur le site kisskissbankbank)

 

Bref, Demain permet de prendre conscience des enjeux auxquels nous sommes tous confrontés, et d’apprendre comment y faire face en nous donnant des exemples encourageants et plein d’humanité. Un film à voir, à partager, à savourer, à prendre en exemple pour se laisser imaginer, rêver à un avenirmeilleur, un demain plus sain pour nos écosystèmes, un film qui met la diversité des cultures quelles qu’elles soient à l’honneur, avec comme modèle notre seule et unique cadre de vie : La planète, en toute simplicité. 

- Sortie prévue en décembre 2015 et diffusé pour l'ouverture de la COP21

 

(Pour aller plus loin, source)

Cyril Dion : auteur et réalisateur: Après une très courte carrière de comédien, Cyril devient coordinateur de projets pour la Fondation Hommes de Parole. Il participe à monter le congrès israélo-palestinen de Caux en 2003 puis le 1er et 2ème Congrès Mondial des Imams et Rabbins pour la Paix à Bruxelles et à Séville en 2005 et 2006.En 2007 il créé avec Pierre Rabhi et quelques amis, le mouvement Colibris qu’il dirigera jusqu’en juillet 2013. Il en est aujourd’hui porte-parole.Entre temps il co-fonde le magazine Kaizen dont il dirige toujours la rédaction et la collection Domaine du Possible chez Actes Sud. En 2010 il co-produit avec Colibris « Solutions locales pour un désordre global » de Coline Serreau.

Mélanie Laurent : réalisatrice: Actrice depuis l’âge de 14 ans, Mélanie a participé à près de 40 films parmi lesquelles « Inglorious Bastards » de Quentin Tarantino, « Je vais bien ne t’en fais pas » de Philippe Lioret, « Le Concert » de Radu Mihăileanu, « La rafle » de Roselyn Bosch, « Night train to Lisbon » de Billie August, « Beginners » de Mike Mills.

Alexandre Léglise : chef opérateur. Depuis toujours passionné de cinéma, de lecture et d'écriture, Alexandre a travaillé sur plus de 40 films depuis 15 ans comme assistant opérateur puis comme directeur de la photographie. Il écrit, a un fils de 3 ans et est ami avec Cyril depuis presque aussi longtemps qu'il fait du cinéma.

Laurent Cercleux : ingénieur du son. Assistant puis ingénieur du son, Laurent a participé à plusieurs dizaines de film depuis 15 ans. Il a particulièrement aimé travailler avec Michel Gondry, Quentin Dupieux, Gustave Kervern & Benoît Delepine, Christophe Honoré... Il a deux enfants et compte bien agir pour leur futur !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.