Toute la socio en BD - tome 2: Opinion publique et vote

Alors que la crise démocratique ne cesse de battre des recors, avec le récent pic d'abstention aux élections régionales 2021, la série Toute la socio en BD permet de reprendre les bases de ce qu'est un sondage et des mécanismes sociologiques du vote.

toute-la-socio-en-bd-02-l-opinion-publique-et-le-vote

En BD documentaire il y a les albums BD proprement dits dotés d'un récit et les essais mis au format BD, comme l'Histoire politique de l'Eglise, ou ce triptyque de sociologie issu d'un partenariat entre l'éditeur scolaire Belin et l'éditeur La Boite à bulle (désormais insérée au groupe Humanoïdes associés) qui a déjà proposé quatre tomes de Toute l'éco en BD. L'aspect BD permet surtout, dans ces formats, de faciliter la compréhension et l'assimilation d'informations parfois complexes lorsque l'on touche à des concepts théoriques des sciences humaines. La couverture indique d'ailleurs que les concepts développés dans cet album sont conformes au programme de sciences économiques et sociales de Première.

9782849533543-pg
Ce qui nous intéresse ici c'est de décortiquer l'origine du suffrage représentatif, les mécaniques de l'opinion publique et des sondages, trois éléments qui éclairent la défiance électorale actuelle, dont traite en partie cet album sorti à l'été 2020. On revient ainsi à l'évolution du droit de vote depuis 1789, de ses conditions pratiques (apparition de l'isoloir), sur les différents types d'exercice de la souveraineté populaire (via la représentation) et sur la naissance des sondages et ce qu'ils représentent. Les auteurs font appel à de courtes citations de sociologues, philosophes et autres spécialistes pour rappeler à quoi sert un sondage et comment fonctionne l'opinion. On y apprend ainsi que l'opinion public n'est pas la somme des différentes opinions qui composent le corps électoral mais un nouvel élément issu des échanges et confrontations de ces opinions. Les sondages ne reflétant que l'adition des opinions ils ne peuvent qu'être trompeurs par essence. Si l'ouvrage est assez critique envers la représentation qu'exercent les élus, il ne donne pas a proprement parler de pistes de sortie (ce n'est pas son objet) mais rappelle certains mécanismes comme le vote obligatoire avec l'illustration de la situation brésilienne, sans prendre parti pour savoir si ce serait souhaitable en France, mais en posant tout de même la question du droit ou du devoir lié au vote.

Très pédagogique et accessible, l'ouvrage propose en fins de chapitres des cartes synthétiques des informations et concepts développés, en faisant le partenaire idéal des lycéens et en cela il a vocation à intégrer tous bon CDI. Il en ressort une véritable interrogation qui ne questionne pas que l'organisation du vote (obligatoire ou non, calendrier de l'élection, mode d'inscription sur les listes électorales) mais aussi le principe même de la démocratie représentative qui semble être pointée comme non pertinente par les retours journalistiques auprès des jeunes abstentionnistes de ces dernières élections. Un sujet qui devrait préoccuper l'ensemble de la classe politique et journalistique entre deux crises électorale...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.