Billet de blog 6 mars 2016

(Biens) communs, quel avenir? Un enjeu stratégique pour l'économie sociale et solidaire

Qu’est-ce qui rapproche les comités de l’eau à Cochabamba (Bolivie) et l'agropastoralisme coopératif du Versant du soleil en Tarentaise? Un processus tout simplement, celui des COMMUNS !

pierrethome69
explorateur d'idées... pas toutes faites !
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Vient de paraître...

couv-biens-communs-ok
  Contribution : Jean Huet / Préface : Christian Laval

 Éditions Yves Michel Gap), collection Société civile
 ISBN : 978 2 36429 074 7
 Format : 12 x 22 cm - 128 pages                          Prix public : 13 €

 Domaines : droit, économie, histoire, philosophie, politique

 Ce livre cherche à clarifier  le concept de COMMUN défini, non comme un bien, mais comme un processus, le plus souvent à l'initiative de citoyens associés, mais aussi d'élus locaux ; processus débouchant sur une construction sociale solidement ancrée à un territoire et dont la gouvernance peut rassembler autour de la même table : collectifs de citoyens, acteurs publics et acteurs institutionnels privés. En France, il semblerait que le modèle récent de Société Coopérative d'Intérêt Collectif (SCIC) soit bien adapté à ce type de co-gouvernance, plusieurs exemples sont présentés.
Cet essai fait principalement état de COMMUNS se rapportant aux ressources naturelles les plus vitales (eau, terre arable, énergie...), il est donc beaucoup question de ruralité, d'alimentation, d'environnement...
Ce livre devrait intéresser les acteurs d’initiatives citoyennes : associations, coopératives, élus locaux, mais aussi des parlementaires attentifs à développer l’identification de ce vaste mouvement en veillant à ce que les législations s'adaptent à cette réalité des communs en plein développement.
Sa concision, un langage clair et de nombreux exemples le rendent accessible à un large public.

"On ne changera pas le monde avec des mots, mais on peut au moins choisir ceux qui diront et accompagneront les changements nécessaires"  [Alain Rey, 2013]


Résumé : Un mot n’est peut-être qu’un mot, mais il est, ce qui a son importance, puisqu’il peut sous-tendre des idées et des pratiques, ainsi en est-il pour COMMUN, et ce mot devient concept quand il est associé à d’autres tels ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE (ESS).

"L'enclosure" des ressources naturelles les plus vitales au nom du sacro-saint droit de propriété foncière, conduit à des tragédies à répétition pour l'humanité et seules des initiatives citoyennes collectives sont en mesure de changer le cours des choses. C'est ainsi que se créent des COMMUNS dans une triple dimension : économique, sociale, écologique, et qui s'inscrivent le plus souvent dans le cadre institutionnel de l'ESS (associations, Scop, Scic).
Cet essai, concis, clair et empirique, met en évidence un "FAIRE EN COMMUNS" inspiré par "lo publico" bolivien, le "consortage" du Valais suisse, les "albergements" moyenâgeux de la Tarentaise. De nombreuses pratiques sont mises en lumière à propos de l'eau (Paris, Cochabamba), de l'agriculture (Foncière Terre de liens...),  de l'alimentation en circuits courts (Scic la Galerie Paysanne...) , de l'énergie renouvelable (Scic Enercoop...), de la finance éthique (Scop la Nef), de la santé (Scic Viv' la Vie), de l'information (Scic Altermondes)... Et de multiples autres expériences pourraient à juste titre figurer dans cet ouvrage...
Reste une question-clé : ce concept de COMMUN peut-il participer à la reconstruction d'un récit politique fort appauvri et à la recherche de sens ? Pour Pierre Dardot et Christian Laval un tel projet "ne peut se concevoir qu'articulé à de pratiques de nature très diverses, économiques, sociales, politiques, culturelles.. À la condition que des lignes de forces communes finissent par se dégager suffisamment à la faveur de liens entre les acteurs de ces pratiques; une "signification imaginaire" peut finir par cristalliser et donner sens à ce qui semblait jusqu'alors n'être que des actions ou des prises de position dispersées, disparates, voire marginales" ("Communs.Essai sur la révolution au XXIe siècle". 2014 La Découverte).

La discussion est ouverte...                                                                            Synopsis plus développé


Où se procurer le livre ?
*En librairie.
*Par internet :
     -  sur le site de l'éditeur (frais de port 3 €)
     - par le réseau des librairies indépendantes(livraison dans la librairie la plus proche de son domicile)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viols, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud,
par Pierre Sassier
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes
Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik