Y a-t-il encore de la vie sans électronique ?

 Vous désespérez de voir votre conjoint répondre à ses emails au petit-déjeuner ? Vous tremblez lorsqu'il cajole nuitamment sa mûre (la Blackberry) ? Votre meilleur ami vous ignore depuis qu'il est connecté à son réseau ? C'est peu de dire que les objets communicants bouleversent nos manières d'échanger.

 

Vous désespérez de voir votre conjoint répondre à ses emails au petit-déjeuner ? Vous tremblez lorsqu'il cajole nuitamment sa mûre (la Blackberry) ? Votre meilleur ami vous ignore depuis qu'il est connecté à son réseau ? C'est peu de dire que les objets communicants bouleversent nos manières d'échanger. Par Gautier Lamy, gautier.lamy@vivagora.org.

En 2011, 450 millions de smartphones devraient être vendus dans le monde, contre 388 millions de PC[1]. C'est la victoire de l'électronique ubiquitaire ou ambiante, qui dope la croissance et sans laquelle le manager comme l'étudiant sont incapables de vivre. La jeune génération, dès la pré-adolescence, en est mordue. Fans de réseaux sociaux mais aussi de jeux à réalité augmentée comme celui en 3D, proposé par Nestlé sur sa boîte de Chocapic, avec guidage par Webcam conçu par Dassault Système[2].

Victoire aussi de la société des automates. Les puces d'identification par radiofréquences (RFID) ou les capteurs ou transmetteurs d'informations, par exemple de la technologie radio en champ proche intégrable aux téléphones mobiles (NFC, Near field communication), font désormais partie de notre environnement. Le chiffre d'affaire du marché de ces technologies a représenté 14 milliards d'euros en 2010. À 5 centimes la puce RFID pour la grande distribution, et bien qu'il faille investir également dans des lecteurs, le nombre d'objets « étiquetés » capables de communiquer dépasse déjà celui des humains. Un temps limité aux transports et à la distribution, les technologies radiofréquences ont commencé à envahir le petit électroménager (réfrigérateurs, machines à laver, fours à micro-ondes, domotique, etc.) et se retrouvent jusque dans les pouponnières et garderies pour empêcher le rapt d'enfant[3].

Si la CNIL reste pointilleuse sur « l'hypertraçabilité » des individus[4] et impose un droit à l'oubli numérique en limitant par exemple la conservation des données collectées par les passes de transport, la conjonction entre les « impératifs de sécurité » et les nouvelles possibilités offertes par les outils de reconnaissance numérique conduisent à la généralisation de ces techniques. Une puce dans chaque bras, un lecteur à chaque porte et les fichiers qui leurs seront associés créeront demain ce que l'on nomme déjà notre identité numérique. Un outil bientôt compatible avec la vidéosurveillance de seconde génération capable d'identifier des visages, voire de reconnaître des comportements « anormaux »[5].

Quand bien même les dérives possibles de cette révolution technologique seraient limitées par un arsenal institutionnel infaillible, se poserait toujours la question de l'utilité de ces objets, fruits d'une industrie coûteuse en intelligence. Sur la centaine de milliers d'applications I-phones existantes, 85% ne sont plus utilisées un mois après leur achat[6].

Cette débauche de l'intelligence se double d'une gourmandise sous-estimée en ressources. Car les TIC ont été associées à l'éclosion de l'économie de l'immatériel, comme si les supports de l'information n'avaient pas d'existence réelle. Maurice Lévy et Jean-Pierre Jouyet, dans leur rapport L'économie de l'immatériel, la croissance de demain (2006) définissaient ainsi ce secteur comme « une économie qui n'a pas de fondement physique mais qui place les capacités intellectuelles au cœur de la création de valeur »[7].

Les 850 millions d'ordinateur, smartphone et autres tablettes qui seront vendus en 2011souvent estampillés « durables » - auront bien une nature physique et un coût écologique énorme. Des experts des Nations unies ont estimé en 2004 qu'un PC nécessite 1,8 tonne de matériaux, dont 240 kilogrammes d'énergie fossile et 22 kilogrammes de produits chimiques[8]. Les besoins en eau très pure sont souvent considérables. Une usine de fabrication de puces électroniques, telle celle de ST Microelectronics à Crolles (Isère) consomme 700 000 litres d'eau par heure[9]. Chacun de ces objets incorpore quelques grammes de métaux précieux ou rares (or, indium, etc.) dont la disparition de certains est annoncée d'ici quelques décennies, alimentant au passage les tensions politiques en Asie ou les guerres africaines[10] [11]. Quant au recyclage, il ne fournirait qu'une solution temporaire à la pénurie de matières premières comme l'avancent Philippe Bihouix et Benoit de Guillebon, coordinateurs du livre Quel futur pour les métaux rares ?[12]. Précieux éléments qui rentrent également dans la composition des connecteurs et des circuits des outils électroménagers, dont la durée de vie a tendance, à l'instar de celle de nos outils informatiques, à décroître.

C'est ici que s'ajoutent les dégâts d'une obsolescence programmée, cette fuite en avant d'une production d'objets conçus comme éphémères[13]. Selon le rapport 2010 des Amis de la Terre sur le sujet, un réfrigérateur ne dure plus que 6 à 8 ans, nous changeons de téléphone tous les deux ans - souvent sans nécessité, mais attirés par la nouveauté -, et d'ordinateur personnel en moyenne tous les 5 ans[14]. Chaque Français produit 20 kilogrammes de déchets électroniques par an, dont seulement un quart est collecté et recyclé et un cinquième est réellement valorisable. Les Etats-Unis produisent 3 millions de tonnes de déchets électroniques, et la Chine devrait atteindre bientôt les 4 à 6 millions de tonnes. De nombreux pays d'Afrique ou encore l'Inde et le Pakistan subissent un afflux de matériels électroniques obsolètes - malgré la Convention de Bâle qui interdit les exportations de déchets dangereux - qui finissent désossés dans des conditions insalubres par les plus pauvres, exposés à diverses substances toxiques[15].

 

Ce portrait d'une économie de l'innovation parfois futile et souvent nuisible pour l'environnement semble faire écho aux récriminations des écologistes les plus radicaux. A l'instar du philosophe Michel Serres, ne devrions-nous pas plutôt apporter notre bénédiction à la génération des « Petits Poucets » qui inventent une nouvelle forme de socialisation à la force de leurs pouces et de leurs claviers[16]. Croire en l'inventivité de la jeunesse ne doit cependant pas, empêcher de poser la question de l'utilité sociale de l'innovation électronique et numérique, même si cela passe par les mots en apparence extrêmes et provocateurs d'aliénation, d'asservissement, de futilité, de gadget et de gaspillage des ressources naturelles. Si l'innovation « immatérielle » est la clé de la croissance de notre économie, avec les TIC en fer de lance, questionner l'adéquation des développements technologiques à l'intérêt général, mettre en action l'innovation responsable chère aux acteurs du Grenelle de l'environnement pourrait bien être la clé de la cohésion sociale.

 

 

 

Le Parlement du futur, deuxième édition.

ENTRE DESIRS ET DECHETS : JUSQU'OU IRONS NOUS AVEC L'ELECTRONIQUE AMBIANTE?

La seconde édition du Parlement du futur, le 27 mai 2011 à l’Assemblée nationale, visera ramener le politique dans un débat technico-économique, celui consacré aux développements de l’électronique dans la vie quotidienne. Une journée sans tabous pour que politiques, industriels, scientifiques, associatifs et citoyens débattent et envisagent des solutions inspirées par le pluralisme et l’idéal de développement durable ; pour qu’entre nos désirs de consommateurs et les déchets que nous produisons, nous recommencions à réfléchir sur notre destin d’Homo electronicus .

 

Informations pratiques :

  • Le 27 mai 2011, 9H-19H, ENTRE DESIRS ET DECHETS : JUSQU'OU IRONS NOUS AVEC L'ELECTRONIQUE AMBIANTE? Assemblée nationale, salle Victor Hugo, 105 avenue de l’Université, 75005 Paris.
  • Le 26 mai 2011, 14H-20H : événement satellite à l’ENSAM, 153, boulevard de l’Hôpital, 75 013 Paris. Projection du film "Prêt à jeter" de Cosima Dannoritzer et débat en présence de la réalisatrice. Entrée libre.

Programme

http://www.vivagora.org/IMG/pdf/depliantPROG-27mai.pdf

Inscription

http://www.vivagora.org/inscriptions/inscriptions_ea.php

 

Renseignements

colloque2011@vivagora.org

 

 



[1] http://www.lesechos.fr/investisseurs/actualites-boursieres/0201340048553-les-ventes-de-smartphones-depasseront-celles-des-pc-en-2011.htm

[2] Pour un essai http://www.chocapic.com/fr/ , ou pour une démonstration http://www.la-realite-augmentee.fr/actualite/realite-augmentee-3d-tv-television-chocapic

[3] Site de la CNIL, consulté le 4/05/2011 http://www.cnil.fr/dossiers/identite-numerique/fiches-pratiques/article/linvasion-des-puces/

[4] Cf. le livre du directeur de la CNIL, Alex Türq, « Vie privé en péril », Odile Jacob, 2011

[5] Valérie Gouaillier, Aude-Emmanuelle Fleurant, La vidéosurveillance intelligente: prommesse et défis, Centre de recherche informatique de Montréal et Technopôle Défense et Sécurité, Québec..

[6] http://www.iphon.fr/post/2010/02/19/De-la-faible-dur%C3%A9e-de-vie-des-applications-iPhone-apr%C3%A8s-achat, consulté le 04/05/2011

[7] http://www.economie.gouv.fr/directions_services/sircom/technologies_info/immateriel/immateriel.pdf

[8] On peut avoir un aperçu de la démonstration sur http://update.unu.edu/archive/issue31_5.htm , consulté, le 04/05/2011, ou se reporter au livre : Ruediger Kuehr & Eric Williams (ed.), Computers and the Environment:Understanding and Managing Their Impacts, Kluwer Academic Publishers, Dordrecht/NL, October 2003.

[9] On peut se reporter au site d'Hervé Kempf et à son article »Pourquoi j'abandonne mon téléphone portable » : http://www.reporterre.net/spip.php?article1592

[10] cf. Compte rendu de l'audition de l'OPECST sur les métaux rares de mars 2011, « Métaux stratégiques : à quand des solutions sur le long terme ? » http://www.vivagora.org/spip.php?article858

[11] A ce sujet voir le site du documentaire « Blood in my mobile », qui fournit une démonstration implacable. http://bloodinthemobile.org/

[12] Philippe Bihouix, Benoit de Guillebon (sous la dir.), Quel futur pour les métaux ? - Raréfaction des métaux : un nouveau défi pour la société , EDP Sciences, 2010 ; voir sa recension sur EcoInfo :

http://www.ecoinfo.cnrs.fr/IMG/pdf/Quel_futur_pour_les_metaux_resume.pdf

[13] On ne peut que renvoyer à l'excellent documentaire de Cosima Dannoritzer, production Media 3.14, visible sur http://www.youtube.com/watch?v=iB8DbSE0Y90

[14] Cf. le rapport publié en janvier 2011 : www.amisdelaterre.org/IMG/.../RAPPORT_OP_BDEF_2_.pdf

[15] http://www.novethic.fr/novethic/planete/environnement/dechets/dechets_electroniques_cadeau_empoisonne/117862.jsp ; et http://www.ecoinfo.cnrs.fr/spip.php?article193

[16] Michel Serres de l'Académie française, http://exergue.over-blog.com/article-petite-poucette-par-m-michel-serres-de-l-academie-francaise-70002976.html

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.