Billet de blog 4 juin 2012

Marc Antoine Lévesque
Abonné·e de Mediapart

Dénaturation de l'Université

Par Kiven Poirier Fontaine  « Le droit à l’éducation, c’est un droit qui permet au citoyen de s’habiliter dans une démocratie qui est fondée sur le savoir. » — Martin Paquet, professeur d’histoire Université Laval.La présente crise des frais de scolarité motive cet article. Cet article n’a pas pour prétention de se positionner par rapport à la grève étudiante, mais bien par rapport à la hausse. L’objectif ici est de ramener le débatautour de la place des universités dans notre société.

Marc Antoine Lévesque
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Par Kiven Poirier Fontaine  « Le droit à l’éducation, c’est un droit qui permet au citoyen de s’habiliter dans une démocratie qui est fondée sur le savoir. » — Martin Paquet, professeur d’histoire Université Laval.

La présente crise des frais de scolarité motive cet article. Cet article n’a pas pour prétention de se positionner par rapport à la grève étudiante, mais bien par rapport à la hausse. L’objectif ici est de ramener le débatautour de la place des universités dans notre société. La crise actuelle est un symptôme de la dénaturation des universités. Il sera d’abord question de définir l’Université, d’ensuite montrer son importance dans les sociétés modernes et de finalement pointer les enjeux d’une hausse des frais.

Qu’est-ce que l’Université?

D’abord, par définition, l’Université est un lieu du savoir. En effet, c’est le lieu public où sa transmission (enseignement), sa conservation (bibliothèque) et sa recherche ont lieu. C’est un lieu public, car, en effet, tous les citoyens d’une société devraient y avoir accès et c’est la société qui doit se doter de ces lieux du savoir. C’est la société qui doit faire cet effort, car c’est pour elle-même que ces lieux sont profitables (voir explications plus loin). Toujours dans le même sens, Charles Sanders Peirce, un philosophe américain, définit l’Université comme étant : « une association d’hommes […] dotée et privilégiée par l’État, en sorte que le peuple puisse recevoir une formation (guidance) intellectuelle et que les problèmes théoriques qui surgissent au cours du développement de la civilisation puissent être résolus. »[1]. Dans la même lignée, Peirce pensait que le devoir de l’Université est : « [d’] éduquer des hommes pour la découverte – et non pour le gain de l’argent [...]. »[2]. De toute évidence, la recherche du savoir n’empêche pas une rémunération, mais cette dernière ne devrait pas en être la fin. Donc, le but principal de l’Université est de faire progresser le savoir, et non de permettre l’enrichissement des individus.

L’importance de l’Université dans la société

De cette manière, l’Université est un pilier de la progression de la civilisation; elle est le cerveau de la société. C’est l’Université qui fait office de « réflexion », c’est dans ces endroits que les chercheurs (peu importe le domaine) font leurs travaux sur diverses questions. Que ce soit de nouvelles techniques d’ingénierie, des réflexions éthiques sur divers enjeux (peine capitale, accommodements raisonnables ou encore l’euthanasie), la compréhension de l’Histoire, la recherche d’un remède ou encore la recherche scientifique fondamentale, l’Université est le lieu de ces travaux. Ces travaux sont essentiels pour la progression d’une société qui se veut éclairée. C’est dans les universités que les résultats de ces travaux sont conservés et qu’ils sont transmis vers des gens qui pourront à leur tour contribuer au savoir. De plus, considérant que l’humain est un animal doté d’aptitudes intellectuelles, il doit avoir la possibilité d’épanouir ces facultés et ce sont les études supérieures qui sont le lieu privilégié pour y arriver. Il y a ici un effet d’enchaînement : l’humain est capable de travail intellectuel et l’Université a pour but d’enseigner et de développer ce travail; la société entière bénéficie de ce travail, soit le savoir qui, lui-même, est un progrès.

Enjeu de la hausse

La présente crise, celle de la hausse des frais de scolarité, tente de convaincre que le savoir est une marchandise qui doit être régulée selon des lois économiques. En effet, on nous dit que l’éducation est un investissement personnel, car il va rapporter à la micro-entreprise qu’est l’individu. Ainsi, il serait normal d’augmenter les frais, car, de toute façon, c’est l’individu qui va en récolter les fruits. Cette façon de faire encourage une relation marchande avec le savoir, c'est-à-dire que les étudiants sont des clients des universités et que, en quelque sorte, ils payent pour avoir un savoir et pour avoir une reconnaissance de ce savoir afin d’aller chercher un emploi. Ainsi, on encourage les étudiants à aller chercher un savoir pratique, car c’est ça qui est payant. En corollaire, les étudiants recherchent de plus en plus un programme dont les emplois associés sont payants. Ainsi, les sciences humaines et les sciences pures (vers la recherche fondamentale) se vident peu à peu et les universités, qui étaient à l’origine des lieux du savoir, se transforment en usines fabriquant les outils nécessaires au développement économique. Sans dénigrer l’économie, le savoir ne doit pas connaitre de contraintes économiques s’il veut s’épanouir le plus possible et donc, dans l’absolu, être le plus utile possible.

De cette façon, l’explication d’une hausse des frais de scolarité vient dénaturer le sens même des universités. La spécialité des universités est le savoir théorique, c’est la recherche du savoir pour le savoir lui-même. Et c’est de cette façon, et seulement de cette façon que le savoir permet l’émancipation, car il est libre de toutes contraintes, dont celle du profit. Et c’est seulement ainsi que l’Université peut remplir pleinement son rôle. Mettre une valeur marchande sur le savoir c’est l’enfermer dans une prison économique.

En érigeant des barrières au savoir, on freine une infinité de possibilités de découvertes qui pourraient s’avérer cruciales au progrès de l’humanité, car pour être pleinement efficace, le savoir ne doit pas avoir de contraintes. Voulons-nous vraiment risquer de passer à côté d’un remède au VIH, de solutions à la crise environnementale ou de toutes autres découvertes améliorant la vie humaine sous prétexte que les recherches nécessaires ne sont pas lucratives?

Kiven Poirier Fontaine, étudiant au baccalauréat en Philosophie et Science Politique, Université Laval


[1] Fisch M. (ed.), Classic American Philosophers Fordham University Press, 2004 (1951), p.31.

[2] Ludwig Marcuse, La Philosophie américaine, Gallimard, 1967, p. 53-54 ; trad. française de Amerikanisches Philosophieren. Pragmatisten, Polytheisten, Tragiker, Hamburg 1959.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France

Affaire Pellerin : la fuite judiciaire qui menace l’Élysée et le ministère de la justice

Le député Emmanuel Pellerin, visé en septembre dernier par une enquête en lien avec sa consommation de cocaïne, a été prévenu des investigations en cours, pourtant censées rester secrètes. L’élu des Hauts-de-Seine affirme que l’information lui a été transmise par Thierry Solère qui lui aurait dit la tenir du ministère de la justice. Le conseiller politique du président de la République et Éric Dupond-Moretti démentent.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal — France

Le député Pellerin : la cocaïne en toute impunité

Député des Hauts-de-Seine de la majorité présidentielle, l’avocat Emmanuel Pellerin a consommé de la cocaïne avant et après son élection à l’Assemblée en juin dernier, d’après une enquête de Mediapart. Confronté à nos éléments, il a reconnu cet usage illégal. Saisie en septembre dernier, la justice n’avait pourtant pas souhaité enquêter.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal

TotalEnergies est visée par une enquête préliminaire pour mensonges climatiques

Selon nos informations, la multinationale pétrolière est l’objet d’une enquête ouverte par le parquet de Nanterre à la suite d’une plainte au pénal pour « pratiques commerciales trompeuses ». Ce délit ouvre la voie à des sanctions pour « greenwashing ». Une première en France.

par Mickaël Correia

Journal

TotalEnergies : l’heure des comptes

TotalEnergies sait que ses activités sont nocives pour le climat depuis 1971. Pourtant, le géant pétrolier continue d’émettre autant de gaz à effet de serre que l’ensemble des Français·es. En pleine crise énergétique, TotalEnergies a annoncé début 2022 un bénéfice record de 14 milliards d’euros. Retrouvez ici nos articles et nos enquêtes sur une des multinationales les plus polluantes au monde.

par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog

Nous, les banni·e·s

À travers son nouveau podcast « Nous, les banni·e·s », La Cimade a décidé de donner la parole aux personnes étrangères qui subissent une décision de bannissement. Pour illustrer la violence des interdictions de retour sur le territoire français (IRTF), 5 témoins partagent leurs histoires, de leur départ vers la France jusqu’aux difficultés d’aujourd’hui.

par La Cimade

Billet de blog

Appel contre l’immigration jetable et pour une politique migratoire d’accueil

Nous appelons à la mobilisation contre le nouveau projet de loi du gouvernement, qui s’inscrit dans une conception utilitariste et répressive des personnes étrangères en France. S'il était adopté, il accentuerait encore le fait qu'elles sont considérées comme une population privée de droits, précarisée et livrée à l’arbitraire du patronat, de l’administration et du pouvoir.

par association GISTI

Billet de blog

Loi sur l’immigration : la nouveauté sera de rendre la vie impossible aux immigrés

Le ministre de l’intérieur, comme ses prédécesseurs, veut sa loi sur l’immigration destinée notamment à expulser plus efficacement les étrangers faisant l’objet d’une OQTF. Mais pourquoi, une fois de plus, le gouvernement ne s’interroge-t-il jamais sur les causes profondes de cette immigration ?

par paul report

Billet de blog

SOS solidarité pour famille intégrée en péril

Le recours contre l'OQTF du 6-12-22 a été rejeté. Cette famille, avec trois jeunes enfants est menacé de mort dans son pays, risque l'expulsion. Conséquence immédiate : logés au CADA (hébergements demandeurs d'asile) de Cebazat, ils seront à la rue le 31 janvier et si le 115 ne répond pas ce jour-là ou ne propose rien... SOS solidarité rapide et concrète dans ce billet. A vous de jouer.

par Georges-André