Billet de blog 26 oct. 2013

L'extrême-droite cherche l'étincelle dans les quartiers sensibles

Le Parti de la France a déposé, jeudi matin, une déclaration de manifestation à la préfecture de la Somme. L'objectif? Dénoncer, le 16 novembre prochain en face du chantier de la future grande mosquée, «l'islamisation et la colonisation» d'Amiens nord. La manif inquiète les habitants du quartier mais aura peu de chance de se dérouler. Explications.

Rémi Sanchez
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le Parti de la France a déposé, jeudi matin, une déclaration de manifestation à la préfecture de la Somme. L'objectif? Dénoncer, le 16 novembre prochain en face du chantier de la future grande mosquée, «l'islamisation et la colonisation» d'Amiens nord. La manif inquiète les habitants du quartier mais aura peu de chance de se dérouler. Explications.


L'information circule sur le net depuis plusieurs semaines: une manifestation à l'initiative d'un parti d'extrême-droite, le Parti de la France, pourrait se tenir à Amiens nord, le 16 novembre prochain, juste devant le site de la future grande mosquée du quartier.

Au cours de ce rassemblement, Carl Lang, fondateur du parti en 2009 après son éviction du FN, et Thomas Joly, secrétaire du parti et ancien conseiller régional FN de Picardie, veulent prendre tous les deux la parole pour dénoncer «la submersion migratoire et [...] l'islamisation de notre société qui en découle, méthodiquement organisées par nos gouvernants et différents groupes de pression depuis des décennies». C'est en tout cas ce qu'ils annoncent sur leur site internet.

Contacté par téléphone, Thomas Joly s'explique: «Ce sera un rassemblement de rue, à un endroit symbolique».

Pour mieux comprendre ce qu'il veut dire, il suffit de lire les messages postés sur les blogs ou les pages Facebook de ce parti. Rapidement, on s'avise que pour avoir grâce aux yeux des militants du Parti de la France il vaut mieux être "européen", c'est-à-dire blanc, hétérosexuel et catholique. Oublier le judaïsme, l'islam, la franc-maçonnerie, l'homosexualité.

Les dernières activités du parti? Un défilé aux côtés des intégristes catholiques de l'institut Civitas et d'autres groupuscules d'extrême droite, le 12 mai dernier à Paris. À l'occasion, le parti de la France fréquente aussi les crânes rasés du Picard crew.

Des habitués des manifestations au quartier nord

L'organisateur de la manifestation, Thomas Joly, n'en est pas à son coup d'essai à Amiens.

Le 6 octobre 2012, son parti avait souhaité organiser une conférence de presse, en compagnie d'Alexandre Gabriac, conseiller régional de Rhône-Alpes, évincé du Front national pour sa nostalgie du nazisme et Yvan Benedetti, président de l'Œuvre française, mouvement d'extrême droite dissout en juillet dernier, suite à l'affaire Clément Méric.

Cette conférence, Thomas Joly la voyait prendre place devant l'école Voltaire, à Amiens Nord, quelques mois après que les émeutiers de l'été 2012 y aient mis le feu. «Il s'agissait d'un lieu symbolique de l'insécurité dans ces quartiers. Comme il ne s'agissait pas d'un défilé, nous n'avions pas déposé de déclaration en préfecture».

La préfecture, pourtant, a eu vent du rassemblement. À la veille de la date prévue, le préfet de région Jean-François Cordet a notifié à Thomas Joly l'interdiction de ce rassemblement pour ne pas risquer de troubles à l'ordre public. En effet, si en France la loi demande à ce que les manifestations de la voie publique soient déclarées préalablement en préfecture, le préfet (ou le dépositaire du pouvoir de police) peut estimer «que la manifestation projetée est de nature à troubler l'ordre public», et l'interdire par un arrêté.

L'ordre public: un motif "hallucinant"

L'ancien conseiller régional n'avait pas manqué de s'offusquer, sur son blog, «des motifs absolument hallucinants» de la décision du préfet, «interdiction inique digne des pires heures du soviétisme liberticide».

Cette année, à nouveau, la préfecture a eu connaissance de la manifestation prévue pour le 16 novembre. Elle est en effet annoncée sur les blogs et les réseaux sociaux utilisés par le Parti de la France. La préfecture a pris les devants en suggérant à Thomas Joly de prendre contact avec la Sous-direction de l'information générale (SDIG, ex-renseignements généraux) «afin d'entamer un dialogue contradictoire visant à examiner dans quelle mesure le projet présente des risques de troubles à l'ordre public, et d'en tirer toutes les conséquences».

Cette rencontre, ce «dialogue contradictoire», s'est tenu jeudi matin, juste avant la déclaration de la manifestation en préfecture. «Je n'ai pas eu de pression, mais on m'a fait comprendre qu'il y a un risque de troubles à l'ordre public», relate Thomas Joly.

Le secrétaire du parti estime que, de son côté, la sécurité des manifestants sera assurée. «Nous ne sommes pas un groupuscule qui veut se faire de la publicité et qui n'assume pas. Nous avons notre propre service d'ordre qui assurera notre sécurité».  «Nous ne serons pas responsables des débordements des bandes de voyous qui pourraient vouloir en découdre avec nous. Ce sera au préfet de prendre ses responsabilités. Soit il laisse les Français s'exprimer soit il cède à la loi des racailles», assène le secrétaire du Parti de la France.

Les autorités risquent de ne pas le voir de cet œil. Car au quartier Nord, l'information s'est répandue comme une traînée de poudre.

Les collectifs s'organisent

Un animateur sportif du quartier, interrogé, reconnaît que ce n'est pas le premier sujet de discussion mais que beaucoup d'habitants en parlent. Avec inquiétude? Parmi les jeunes, l'état d'esprit serait plutôt d'attendre les militants d'extrême-droite de pied ferme. Il n'y a pas qu'eux.

Si les responsables de la future mosquée préfèrent garder le silence pour le moment, d'autres collectifs tentent de rassembler leurs forces. Des collectifs antifascistes, anarchistes ou encore le comité amiénois "Devoir d'insolence". Pour autant, peu d'informations circulent: pour ces collectifs, le temps est à l'observation. On attend la décision du préfet.

Georges Vetrino, président de plusieurs associations du quartier, était très étonné de l'annonce de cette manifestation. «Ils vont se réunir devant la future mosquée des harkis. Cela ne me paraît pas cohérent du tout», rappelle-t-il. En raison de leur attachement à la France pendant la guerre d'Algérie, les harkis sont une population habituellement épargnée par les envolées xénophobes de l'extrême droite.

L'extrême-droite qui se rêvait "étincelle"

La confusion sur les harkis n'est, évidemment, pas la seule incohérence de la démarche du parti d'extrême-droite qui dénonce la «colonisation» du quartier nord. Rappelons-le, à l'origine ce quartier a été créé quasiment ex nihilo dans le but d'accueillir les réfugiés harkis.

Thomas Joly refuse, par ailleurs, la nationalité française aux descendants d'immigrés: «une carte d'identité ne fait pas de vous un Français», argue l'élu picard. Pourtant il n'oublie pas de se scandaliser que certains de ces jeunes à qui il refuserait la nationalité puissent agiter des drapeaux d'autres pays en public.

Et, lorsque Thomas Joly dénonce l'abandon de la police dans ce quartier où règne, selon lui, «un semblant de paix sociale mais où il ne manquerait plus qu'une étincelle» pour provoquer de nouvelles «émeutes ethniques», on se demande si l'objectif d'une manifestation xénophobe et hostile à l'islam devant une future mosquée ne serait pas de mettre le feu aux poudres. Thomas Joly s'en défend: sa manifestation sera pacifique. «Pourquoi on n'aurait pas le droit de manifester pacifiquement? Y a-t-il des zones de non-droit en France?» s'interroge-t-il.

«Il est probable que cela ne se passe pas dans le calme: les Français musulmans ne vont pas accepter cette provocation. Mon sentiment c'est que cette manifestation ne se fera pas», estime Georges Vetrino.

Comme lui, de nombreux habitants et intervenants du quartier ne croient pas au rassemblement. Les risques de débordements paraissent trop grands pour que la préfecture laisse faire le Parti de la France. A minima, pour ne pas être accusée de brider leur liberté d'expression, la préfecture pourrait leur proposer un autre lieu de rassemblement.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Écologie
Incendies en Gironde : « C’est loin d’être fini »
Dans le sud de la Gironde, le deuxième méga-feu de cet été caniculaire est fixé mais pas éteint. Habitants évacués, élus et pompiers, qui craignent une nouvelle réplique, pointent du doigt les pyromanes avant le dérèglement climatique, qui a pourtant transformé la forêt des Landes en « grille-pain ».
par Sarah Brethes
Journal
Été de tous les désastres : le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal
Des avocates et journalistes proches de Julian Asssange poursuivent la CIA
Deux journalistes et deux avocates américains ont déposé plainte contre l'agence de renseignements américaine et son ancien directeur, Michael Pompeo. Ils font partie des multiples proches du fondateur de WikiLeaks lui ayant rendu visite dans son refuge de l'ambassade équatorienne de Londres alors qu'il été la cible d'une vaste opération d'espionnage.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Écologie
Pour plus d’un quart des Alsaciens, l’eau du robinet dépasse les normes de concentration en pesticides
Dans le Bas-Rhin, des dépassements des limites de qualité ont été constatés dans trente-six unités de distribution qui alimentent en eau potable plus de 300 000 habitants, soit un quart de la population. Le Haut-Rhin est touché dans des proportions similaires.
par Nicolas Cossic (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
« Le canari dans la mine de charbon » : chronique annoncée de la crise du Sri Lanka
La grave crise économique que traverse le Sri Lanka, la suspension du paiement de la dette souveraine et le soulèvement populaire de 2022 ont attiré l’attention du monde entier. Le Sri Lanka est décrit comme le « canari dans la mine de charbon », c’est-à-dire un signe avant-coureur de l’avenir probable d’autres pays du Sud.
par cadtm
Billet de blog
De Kaboul à Kyiv : femmes déchues de leur citoyenneté
[Rediffusion] Rien en apparence semble lier le sort des femmes afghanes à celui de leurs contemporaines ukrainiennes si ce n’est déjà la dure expérience d’une guerre sans fin. A travers leur corps de femme, peu importe leur âge, elles subissent une guerre menée contre leur statut durement gagné en tant que citoyennes ayant des droits, au nom d’une violence patriarcale que l’on espérait révolue.
par Carol Mann
Billet de blog
Russie, une guerre criminelle, une opinion complice ?
Une analyse du sociologue russe Lev Goudkov, qui démonte les leviers de la propagande du pouvoir russe et y voit l'explication du soutien passif, mais majoritaire apporté par la population russe à l'intervention militaire en Ukraine. Il ne cessera, selon lui, qu'avec un choc qui lui fasse prendre conscience des causes et des conséquences de la guerre, processus qui n'est pas encore engagé.
par Daniel AC Mathieu
Billet de blog
Les talibans en Afghanistan : un an de pédocriminalité, de mariages forcés et de suicides
[Rediffusion] Cela fait presqu'un an que les talibans ont repris le pouvoir en Afghanistan. Depuis août 2021, plus d'une centaine de femmes ont été assassinées ou se sont suicidées en Afghanistan. Les talibans apprennent aux enfants à tirer et les exploitent sexuellement.
par Mortaza Behboudi