TTO

TTO

Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Le travail en question

Suivi par 303 abonnés

Billet de blog 12 mai 2010

Retraites, le "grand débat" esquivé (travail, salaire, retraite)

La colère, souvent mauvaise conseillère mais pas toujours, me gagne. Les jours passent et le débat sur les retraites, opportunité pour un débat élargi au salaire et au travail, ne décolle toujours pas. 

TTO

TTO

Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La colère, souvent mauvaise conseillère mais pas toujours, me gagne. Les jours passent et le débat sur les retraites, opportunité pour un débat élargi au salaire et au travail, ne décolle toujours pas.

De la part du gouvernement, rien de surprenant. Il a manifestement choisi de gagner du temps, de diffuser des chiffres de plus en plus inquiétants via son « collège d'experts » le COR sans explorer bien sur toutes les possibilités. Certaines variables restent gelées (taux de cotisation, niveau des salaires,...) et d'autres (chômage, taux de fécondité, ...) ajustées au niveau permettant à un horizon ridiculement long d'afficher des chiffres négatifs qui paraissent « énormes » alors même qu'ils devraient être mis en regard d'autres chiffres positifs qui sont eux tout aussi « énormes ». Rien que de très normal malheureusement dans une démocratie qui n'en a plus que le nom.

Rien de surprenant, non plus, de la part de médias, qui n'ont pas besoin d'être aux ordres, tant la sélection « naturelle » des journalistes ne retient que des profils lisses, identiques, tous convaincus, à de très rares exceptions, qu'il « n'y a pas d'autres alternatives ».

Rien de très surprenant non plus de la part du PS tant ce parti en trente ans a adopté le même référentiel gestionnaire que la droite et ne fait plus réellement de politique.

Quant aux syndicats piégés par leur déconnexion de la politique, leur participation au COR pour les plus importants, leur manque total d'imagination en matière d'action, ...leur impuissance ne surprend guère.

Ce qui est plus surprenant et provoque ma colère, c'est ce qui se passe, ou plutôt ne se passe pas, sur Mediapart. L'animation du grand débat annoncé est devenue inexistante. Les pistes proposées pour élargir les points de vue n'ont été suivies d'aucun acte ni même de réponse, l'accès par messagerie privée au journaliste en charge du dossier m'ayant même été bloqué par celui-ci (curieuse conception du dialogue) !

Ce qui est encore plus surprenant c'est l'apathie des abonnés. Quelques-uns se risquent à publier des billets sur le thème (Velveth, POJ, junon moneta, Denis Meriau,...). Ils sont parfois mis en visibilité, pas toujours, et commentés mais sans qu'un vrai débat ne démarre.

Ce débat esquivé me rappelle l'échec de celui que j'avais tenté de lancer sur le travail.

Sommes nous à ce point englués dans un monde numérisé qui nous échappe, pour être à ce point incapables de débattre de sujets de société et même de civilisation ? Sommes nous condamnés à esquiver, éviter la confrontation avec ce qui dans nos vie nous bloquent (salaire, consommation, travail, retraite,...) pour garder un peu, sinon d'optimisme, au moins de confiance ?

Pour ma part j'ai toujours préféré l'optimisme de la volonté, de la création à l'impuissance du constat et du manque d'imagination. Nous avons l'impression d'être dans une cage. Bâtons nous au moins pour l'élargir avant qu'elle ne soit disparue et que les fauves qui rodent dehors se jettent sur nous. L'Europe vient de leur faire cadeau de 750 milliard d'euros !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget
Journal
Les publicitaires font main basse sur les données des élèves partout dans le monde
Human Rights Watch a analysé durant deux ans 164 outils numériques destinés aux élèves de 49 pays durant la pandémie afin qu’ils puissent continuer à suivre leurs cours. 89 % « surveillaient les enfants, secrètement et sans le consentement de leurs parents ». Une enquête réalisée avec un consortium de 13 médias, dont Mediapart, coordonnés par The Signal Network.
par Jérôme Hourdeaux
Journal
Le casse-tête des enseignants français
Avec seulement deux applications mises en cause, la France fait figure de bonne élève dans le rapport de Human Rights Watch sur la collecte de données durant la pandémie. Mais, dans les salles de classe, la situation est en réalité plus complexe, notamment en raison de l’usage d’outils non validés par le gouvernement.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Fil d'actualités
Au Texas, au moins 21 morts dont 19 enfants dans une tuerie : Biden appelle à « affronter le lobby des armes »
Le président américain Joe Biden, visiblement marqué, a appelé mardi à « affronter le lobby des armes » pour prendre des mesures de régulation, alors que l’Amérique vient de replonger dans le cauchemar récurrent des fusillades dans des écoles.
par Agence France-Presse

La sélection du Club

Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflète, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours