Appel à témoignages sur la souffrance au travail.

Les hommes ne sont pas des machines. On ne peut les changer, modifier leurs programmes sans leur accord. Ils ont besoin d'être reconnus en tant qu'êtres humains intelligents créatifs, productifs , utiles aux autres.
Actuellement certains styles de management traitent les individus non pas comme des machines, mais plus mal encore que des ordinateurs.
Pour un PC, il est évident qu'il faut respecter ses protocoles, vérifier sa compatibilité, renforcer sa capacité d'être en réseau. On sait qu'il n'est utile que relié.
Pour un salarié, on s'acharne au nom de la rentabilité et de la qualité, à l’« individualiser », à le séparer de ses collègues, à le mettre en compétition avec eux.
Cet isolement entraîne perte de confiance en soi et dans les autres, et conduit certains au désespoir et à la mort et pourtant... on continue .
La Maison de la Communication, société de formation et de conseil, spécialisée dans les relations humaines (www.maisondelacommunication.fr) vous invite à témoigner et à favoriser le témoignage de ceux que vous connaîtriez en souffrance au travail. Adressez-nous vos expériences ( par écrit, son ou vidéo) décrivez-nous ce qui dans la façon dont vous êtes managés, vous est douloureux, voire insupportable. Donnez nous également des exemples de modes de management que vous avez particulièrement appréciés, qui vous ont donné envie et plaisir à travailler.

 

Nous invitons les victimes du travail à devenir les témoins d'une situation inacceptable et ce faisant à retrouver une utilité sociale.

Ces témoignages anonymes seront accessibles sur notre site pour nourrir la réflexion et la recherche de tous ceux qui interviennnent sur cette questions. Ils rendront publics ce qui est généralement tu , car vécu comme honteux par les "victimes" et même souvent par les "bourreaux". Ils rétabliront du lien là où il y avait isolement, perte de communication.

 

J'attends vos mails et vos pièces jointes : p.marcade@maisondelacommunication.fr

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.