Billet de blog 30 mai 2008

L'essor des nouvelles formes de travail, défi pour les représentations collectives

Claude-Emmanuel Triomphe
cofondateur d'ASTREES, ancien inspecteur du travail
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le débat français porte beaucoup ces dernières années sur le contrat de travail. Et beaucoup moins sur les nouvelles formes de travail. Alors que la co-activité, le travail de nuit, du dimanche, en équipe ou au contraire isolé, les collectifs de travail flous et temporaires sont en plein essor chez nous et en Europe. Il en va ainsi du télétravail qui concerne14 millions de personnes aujourd’hui contre 4,5 millions seulement en 2002. Résultant des technologies de l'information, cette nouvelle forme de travail s'est développée en rapport étroit avec les exigences de flexibilité. Touchant 7 % des salariés français, elle est devenue très populaire en Pologne et en République Tchèque – devenues championnes de l’UE en la matière avec respectivement 17% et 11% des actifs œuvrant sous cette forme – mais aussi au Royaume Uni, en Irlande, aux Pays Bas. Son incidence semble encore faible en Autriche, dans les pays méditerranéens et même dans certains pays nordiques. Pourtant, le télétravail n’est pas totalement neuf ; le travail à domicile était largement établi dans nos pays depuis la révolution industrielle et donnait lieu à une règlementation sociale ancienne et détaillée. Longtemps, nombre d’ouvrières du textile l’ont pratiqué, souvent avec l’aide de leurs enfants. De nos jours, en Irlande, au Portugal, en Europe centrale et, à un degré moindre un peu partout ailleurs, il prospère dans la bijouterie, la chaussure, les souvenirs ou l’envoi postal. Comme l’a fait l’accord-cadre signé en 2002 par les partenaires sociaux européens et transposé depuis dans la grande majorité des pays membres, dont la France, il est d’usage de distinguer le télétravail du travail à domicile. Le premier passe nécessairement par l’usage des technologies de l’information alors que le second est caractérisé par une tâche matérielle mais il est vraisemblable que l’évolution des techniques, mêlant de plus en plus immatériel et virtuel, rendra cette différence de moins en moins pertinente. Le télétravail crée des opportunités peu négligeables. Il permet de faciliter l’activité de certaines catégories de personnes handicapées physiquement ou socialement, de mieux concilier des vies professionnelles et familiales, sans parler de sa contribution au développement durable par les économies réalisées notamment en matière de transports. Son extension se heurte pourtant à de multiples obstacles en matière de conditions du travail : aménagement des locaux, du temps, de la sécurité, égalité salariale, les dispositions légales sont peu appliquées et une étude irlandaise montre que les télétravailleurs sont systématiquement moins bien payés que leurs collègues sédentaires dans l’entreprise. En outre, il se combine parfois à des formes de travail dites indépendantes, qui s’affranchissent de la législation du travail et de nombreuses cotisations sociales. Mais il y a surtout la question de l’autonomie et de la liberté, et donc du lien et des formes de subordination au travail. Certains salariés se sentent moins encadrés et encore plus livrés à eux-mêmes, l’autonomie moderne se traduisant par une pression maximale sur les résultats et une mise à disposition minimale de moyens. Du côté des dirigeants, les réticences sont plus fortes encore. Le télétravail suppose une confiance envers les salariés et l’apprentissage d’un nouveau mode de gestion. Dans les pays comme le nôtre où la défiance entre dirigés et dirigeants est une des plus prononcées en Europe, une telle liberté fait peur. Enfin, le syndicalisme ne s’y retrouve guère pour l’instant : quoiqu’ayant négocié les règles du télétravail au niveau communautaire comme au niveau national, il continue à privilégier les communautés de travail sédentaires et les formes traditionnelles d’activité. Le télétravail n’est qu’une des voies de cette transformation de l’emploi que l’Europe pratique désormais à grande échelle. Les partenaires sociaux français viennent d’accoucher de nouvelles règles de représentativité (que le gouvernement semble vouloir utiliser à des fins politiciennes pour enterrer définitivement les 35 heures). Sauront-ils, avec leurs confrères européens, les articuler aux nouvelles formes de travail ? Avec 40 millions d’Européens en CDD, 39 millions à temps partiel, 22 millions en auto-emploi, sans parler des télétravailleurs et des intérimaires, la révolution dans les représentations est plus nécessaire et attendue que jamais.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — Politique
Personnel et notes de frais : les dossiers de la députée macroniste Claire Pitollat
Dix-neuf collaborateurs en cinq ans, des accusations de harcèlement et des dépenses personnelles facturées à l’Assemblée : le mandat de la députée du sud de Marseille, candidate à sa réélection, n’a pas été sans accrocs. Notre partenaire Marsactu a mené l’enquête.
par Jean-Marie Leforestier et Violette Artaud (Marsactu)
Journal
En France, le difficile chemin de l’afroféminisme
Dans les années 2010, le mouvement afroféministe, destiné aux femmes noires, a connu en France un certain engouement. Il a même réussi à imposer certaines notions dans les débats militants, mais il peine à se constituer comme un courant à part entière.
par Christelle Murhula
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
par C’est Nabum
Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena
Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon