Billet de blog 5 mars 2010

Alsace d'abord en campagne

Alsace d’abord, parti proche du Bloc identitaire mais refusant l’étiquette d’extrême droite, espère dépasser largement son score de 9.4% obtenu en 2004. Pour cela, le mouvement régionaliste a lancé sa campagne l'an dernier. Au programme: tracts ciblés et collage d’affiches… à la sauvage.

Maryline Dumas
Journaliste presse écrite et multimédia
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Alsace d’abord, parti proche du Bloc identitaire mais refusant l’étiquette d’extrême droite, espère dépasser largement son score de 9.4% obtenu en 2004. Pour cela, le mouvement régionaliste a lancé sa campagne l'an dernier. Au programme: tracts ciblés et collage d’affiches… à la sauvage.

«Nous avons commencé le boîtage (distribution de tracts dans les boites aux lettres, ndlr) très tôt, en janvier 2009, avec 200-230 militants, explique Jacques Cordonnier, tête de liste et président d’Alsace d’abord, car il fallait que l’on compense notre absence au sein de la presse nationale.»

Différents tracts ont été imprimés, traitant de thèmes comme le travail le dimanche ou les minarets. «Nous avons imprimé des tracts avec des formulaires de réponses. Ainsi, on a constitué un fichier de gens dont on espère s’attacher la fidélité par courrier», raconte la tête de liste qui évoque le chiffre de 5000 personnes en deux ans. Avec une surprise: 3000 réponses au tract contre les minarets en Alsace, sorti après la votation suisse (en novembre dernier).

Côté distribution, ce sont les zones rurales, où le parti régionaliste a dépassé les 10% en 2004, qui sont privilégiées. Des villages où Jacques Cordonnier espère augmenter son score. Les villes, elles, seront couvertes «vers la fin».

La deuxième technique d’Alsace d’abord pour atteindre sa cible, ce sont les affiches, qui représentent, depuis vingt ans, une Alsacienne en costume traditionnel, bâillonnée. Et toujours le même slogan: «Rendons la parole à l’Alsace». Un visuel que l'homme politique juge «ancien mais pas ringard». Ce sont les jeunes du parti qui se sont chargés du collage dès juillet dernier. «Nous pouvons compter sur 200 jeunes actifs (une centaine d’après leur président, ndlr). Ils ont collé beaucoup d’affiches du Nord au Sud de l’Alsace.» Du collage «à la sauvage», souvent sur des piliers de ponts, qui a été beaucoup décrié. Mais Jacques Cordonnier défend ses troupes: «Nos affiches sont biodégradables, les tags en dessous restent jusqu’à ce que la DDE repeigne.»

Maryline Dumas

Une campagne nocturne

Au sein du parti régionaliste, ce sont les jeunes, réunis au sein de jeune Alsace, qui s'occupent du boitage et du collage, souvent de nuit. Regis Massini a suivi leur président, Nicolas de Lamberterie, lors d'une de ses tournées.

© 

Régis Massini/Cuej

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB
Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
par Bésot