rva

rva

Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Left_blogs

Suivi par 18 abonnés

Billet de blog 13 juin 2008

Michel Rocard est il bigleux ?

rva

rva

Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On peut en effet se poser la question , au vu d'une perle rocardienne dans une interview à LCI.fr. Et pourtant, je l'apprécie Michel Rocard pour sa capacité à percuter. Mais là le canon est rayé, peut-être a-t-il trop servi ?

Ce sera un congrès de vedettes alors qu'il aurait fallu choisir quelqu'un qui n'avait pas vocation à être candidat en 2012. Les journalistes l'auraient intégré. Sous cette condition, on aurait pu continuer à travailler tranquilles et à faire pour le projet ce qu'on vient de réussir avec la Déclaration de principes. "

Ainsi donc, d'après Michel Rocard le process d'adoption de la déclaration de principe est l'exemple de ce qui doit être fait pour le projet du PS . Ben voyons, la myopie en politique, ça peut conduire à se prendre des murs. Rocard ne voit que le processus de création du texte, avec synthèse creuse dans une ambiance digne d'un theatre de boulevard.

D'après les quelques résultats que j'ai obtenu par mail , suite aux votes des sections PS sur la déclaration de principes du PS... la participation ne dépasserait pas 30% à Paris. Certains sections ont même vu la participation tomber sous les 20%. A Dunkerque, on m'annonçait 21,5% de participation et plus généralement 33% sur le Nord. En Banlieue parisienne, j'ai des retours à 25%. Dans le sud 30%. La Fédération du jura 32%....

Ainsi donc quand le PS arrive à mobiliser 30% de ses militants pour voter sur un texte c'est un "travail tranquille" . C'est ainsi qu'on doit procéder pour le projet du PS. Avec de tels idées nous sommes bien partis pour un plantage collectif en 2012 avec barrissement de joie des éléphants et 3e livre de Marie-Noëlle Liennman dénonçant le ou la candidate. Et si au final, c'était elle la seule gagnante de ce genre de processus foireux ?

Et que dire de ceux qui ont voté en se plaignant de ne pas avoir pu débattre du texte? Ou en découvrant qu'on amenderait le texte une fois voté ? avec un processus qui n'est pas très clair rien d'étonnant. Cela n'empêche pas le spectacle sur-réaliste d'un Bureau National du PS joyeux suite à l'adoption de ce texte qui a occupé le microcosme politico médiatique parisien, permis à Elkabach, Duhamel et consort de pondre quelques tribunes idiotes et totalement inutiles.

Pendant ce temps là, l'adhèrent PS votait avec ses pieds.Il serait peut être temps que nos cadres comprennent que ce sont les militants qui font les campagnes réussies , et que le projet devra être débattu , discuté avec le plus grand nombre. Un peu de e-democratie ne ferait pas de mal au PS , et beaucoup de démocratie et de transparence. Il faut donc un changement de pratiques radicales donc, de l'air dans le bunker de Solferino.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Emmanuel Macron remanie dans le déni
La composition du nouveau gouvernement d’Élisabeth Borne donne à voir toutes les faiblesses du second quinquennat Macron. Deux semaines après une défaite électorale cuisante, et à rebours des promesses d’ouverture, le chef de l’État a étoffé sans élargir. Visé par une enquête pour tentative de viol, Damien Abad est débarqué.
par Ilyes Ramdani
Journal
Les nouveaux visages du gouvernement Borne II
Seize nouvelles personnes, n’ayant jamais occupé de fonction ministérielle jusqu’ici, font leur entrée au gouvernement. Aucune ne constitue une surprise ou un ralliement politique.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Violences sexuelles
Une nouvelle femme met en cause Damien Abad
Une nouvelle femme a raconté à BFMTV avoir eu des « vertiges » après avoir pris un verre avec l’élu en 2013, puis s’être réveillée « complètement dévêtue ». Fraîchement débarqué du gouvernement, le député dénonce des « calomnies ignobles ».
par Antton Rouget
Journal — Société
Maltraitances en crèche : le bras de fer d’une lanceuse d’alerte avec la Ville de Paris 
Eugénie a récemment raconté à un juge d’instruction le « harcèlement moral » qu’elle estime avoir subi, pendant des années, quand elle était directrice de crèche municipale et qu’elle rapportait, auprès de sa hiérarchie, des négligences ou maltraitances subies par les tout-petits.
par Fanny Marlier

La sélection du Club

Billet d’édition
La révolution, le martyr et l’avenir
Comme toute chose périssable, une Révolution peut-elle vieillir ? Au rendez-vous des célébrations décennales, elle est convoquée au gré des humeurs présentes. La Révolution se met à la table des incertitudes du moment, quand elle n’est pas mobilisée en morphine mémorielle afin d’endormir les espérances d’émancipation encore vivaces.
par Amine K.
Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
[Rediffusion] Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet d’édition
60 ans d’indépendance : nécessité d’un devoir d’inventaire avec la France
L’année 2022 marque les 60 ans de l’indépendance de l’Algérie. Soixante ans d’indépendance, un bail ! « Lorsqu'on voit ce que l'occupation allemande a fait comme ravage en quatre ans dans l'esprit français, on peut deviner ce que l'occupation française a pu faire en cent trente ans.» Jean Daniel  Le temps qui reste, éditions Plon, 1973.
par Semcheddine
Billet de blog
Abd el Kader au Mucem : une vision coloniale de l'Émir
La grande exposition de l'été du Mucem est consacrée à Abd el Kader, grand résistant algérien à l’invasion coloniale. On pourrait y voir le signe d'une avancée dans la reconnaissance du caractère illégitime de l'entreprise coloniale. Il n'en est rien. Derrière une beauté formelle se dissimule la même vision coloniale du « bon » rebelle Algérien, à l'opposé des « mauvais fellaghas » de 1954.
par Pierre Daum