rva

rva

Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Left_blogs

Suivi par 18 abonnés

Billet de blog 17 nov. 2008

Vilains militants, gentils éléphants !

rva

rva

Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pendant ce congrès, à partir du moment où Ségolène Royal a exprimé son désir de consulter les militants sur les alliances ou d’autres sujets… des camarades parfois blogueurs ou proches de gloires du PS ont couiné comme c’est pas possible. Comme si les militants étaient trop bêtes pour choisir et décider sur des sujets importants. On voit même du NIMBY chez les ennemis de TINA !

C’est ainsi que Médiapart dans son liveblogging nous relate ce merveilleux apport au débat démocratique de la part d’un proche de Martine Aubry :

«Si nous n’avions pas introduit cette élection directe du premier secrétaire, nous aurions été forcés de trouver un accord hier soir et de prendre nos responsabilités. Il faudra revenir sur cette présidentialisation du parti et supprimer cette élection.»

Pourtant Martine Aubry se présente comme une candidature de militante… et il me semble que son alliance “locale” avec le Modem a été validée par les militants. Ça vous rappelle sans doute ma théorie de la relativité générale socialiste. Le militant est doté d’un rôle variable, quand il est chair à canon, on le glorifie, mais pas quand il doit réfléchir… dans ce cas, on laisser aux “élites socialistes” le choix de décider.

Pensez donc ces vilains militants ne savent pas cogiter. Ainsi Valério Motta a twitté un truc m’expliquant que je disais n’importe quoi, et “respectez le vote des militants sur les motions“. Il doit être content, il est repris par la morue de terre-neuve ! Ainsi d’après lui et d’après certains de mes amis Left_blogs entendus en live lors de ce congrès, Abadine (Motion D), Maxime Pisano (Motion D) et Martin (Motion A), ça doit se décider dans le congrès. C’est à dire dans la commission des résolutions, vous savez le truc où tout se décide en vase clos.

On a entendu Catherine Tasca dire sur LCP “un réferundum des militants, ce n’est pas notre vision d’un parti démocratique“… Ça se passe de commentaire, non ? Décidément nous ne sommes pas dans le même monde… Ces gens là, soi-disant élites, ont une étrange conception du mot “démocratie“. Demos en grec, c’est le Peuple. Ils doivent confondre avec deïmos , qui est la Crainte.

Alors ces gens là , ces adeptes parait-il de la rénovation des pratiques (dans la bouche de Tasca, euh, joker), ne veulent pas que les militants tranchent et décident. Pourtant dans leurs motions figurent des merveilleux appels aux conventions thématiques.

Chacun de ces rendez-vous permettra la pluralité des expressions, donnera lieu à des textes et sera tranché par un vote des adhérents. Grâce à la mise en commun des intelligences et des expériences, le Parti socialiste disposera d’un programme d’action pour la législature 2012-2017.

C’est ce que je lis dans ma motion D de Martine Aubry. Et qu’on ne me refasse pas le coup des alliances locales et nationales, de la dichotomie… Selon la motion D, la politique économique et sociale pour reconstruire la France après Sarkozy ; les nouvelles attentes sociales et familiales ; les menaces contre la République et la laïcité doivent donc être tranchés par les militants. Ça ne doit donc pas être aussi important que les alliances. Je suis sûr que si Benoît Hamon l’avait demandé à la tribune, on aurait vu Martine applaudir et réciproquement. Étrangement, les militants doivent être à géométrie variable… Ça vous rappelle ma théorie de la relativité générale socialiste. Les choses et les gens n’ont pas le même poids ou la même valeur selon la situation relative de l’observateur dans l’espace socialiste.

NIMBY chez les ennemis de TINA !

Ce même Benoît Hamon que défend Valério Motta a écrit ceci dans sa motion “Un monde d’avance” :

Il faut multiplier les occasions de rencontres, de débats, de confrontations. Nos conseils nationaux ne peuvent plus être des grandes messes de deux ou trois heures, où la prise de parole est réservée à quelques uns… Ils doivent devenir un espace de débats et d’élaboration collective.

Un fort soutien aux structures proches du PS contribuant à la production d’idées est indispensable. Des conventions nationales ouvertes à la « société civile » et au reste de la gauche, doivent être organisées. La tenue de forums départementaux réguliers, ouverts aux syndicats, aux associations, doit être systématisée.

Lui aussi ne doit pas parler des mêmes militants, ou alors les mots ont changé de sens. Il demande de la transparence dans la prise de décisions, mais uniquement dans les instances internationales. C’est du NIMBY chez les ennemis de TINA, on aura tout lu ! Et oh mon dieu, il parle de grandes messes. Là, c’est du croustillant. Tout comme lire le mot “fraternité” dans la motion de Martine Aubry… N’oubliez pas, tout est relatif, et vice versa.

Et pour la motion A (Bertrand Delanoë), voilà ce qu’elle précise :

Les orientations de fond arrêtées par le congrès de Reims donneront lieu à un travail méthodique de préparation de notre projet sur chacun des thèmes. Conclue à chaque étape par des Conventions dans lesquelles les militants seront totalement impliqués et qui trancheront par des votes. Cette préparation s’articulera autour d’initiatives ouvertes, sur le terrain, de débats interactifs, de publications, de confrontations entre acteurs et spécialistes, de rencontres internationales.

Cette même motion réclame la transparence des paradis fiscaux, c’est du NIMBY chez les socialistes encore une fois : la transparence ailleurs et pas chez nous ! La consultation des militants quand ce sont Benoît, Martine ou Bertrand qui le demandent, mais pas Ségolène Royal. Et tenez vous bien, la salle plénière du congrès de Reims a acclamé Vincent Peillon quand celui-ci a expliqué que les militants devaient trancher…

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Comment combattre l’enracinement du Rassemblement national
Guillaume Ancelet et Marine Tondelier, candidats malheureux de l’union de la gauche dans des terres où l’extrême droite prospère, racontent leur expérience du terrain. Avec l’historien Roger Martelli, ils esquissent les conditions pour reconquérir l’électorat perdu par le camp de l’égalité. 
par Fabien Escalona et Lucie Delaporte
Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Les macronistes et LR préfèrent les amendes à la parité
Moins de femmes ont été élues députées en 2022 qu’en 2017. Plutôt que respecter les règles aux législatives, des partis ont préféré payer de lourdes amendes : plus de 400 000 euros pour Ensemble, et 1,3 million pour Les Républicains, selon nos calculs. Certains détournent aussi l’esprit de la loi.
par Pierre Januel
Journal — Santé
Entre croyances et tabous, une psychiatrie au chevet des patients « venus d’ailleurs »
Dans beaucoup de familles issues de l’immigration, les problèmes psychiques sont tus, ou traités par des solutions radicales liées à la culture du pays d’origine. La psychiatrie transculturelle, en prenant en compte les croyances des individus, veut offrir les soins les plus adaptés. Témoignages.
par Céline Beaury et Latifa Oulkhouir (Bondy Blog)

La sélection du Club

Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef