Inventer de nouvelles formes de gestion des entreprises.

Elles sont le lieu où toutes les inégalités se manifestent: salaire, sexisme, racisme, préférences aux fils-de, aux diplômés intelligents, refus de toute proposition hors étiquette, avantage au capital financier... Pourtant nos concitoyens ne vomissent pas le travail, ni la valeur travail. Mais par contre ils trouvent que notre pays est le plus mauvais dans l'UE en ce qui concerne la qualité des relations entre manager et employés.

Elles sont le lieu où toutes les inégalités se manifestent: salaire, sexisme, racisme, préférences aux fils-de, aux diplômés intelligents, refus de toute proposition hors étiquette, avantage au capital financier... Pourtant nos concitoyens ne vomissent pas le travail, ni la valeur travail. Mais par contre ils trouvent que notre pays est le plus mauvais dans l'UE en ce qui concerne la qualité des relations entre manager et employés.

Ce billet a été initialement publie sur Intox2007.info.


Ces constats je les ai trouvé, et j'en ai discuté dans quelques billets: l'impact des nuls dans l'économie: gâchis de compétences avec des conséquences à mesurer et sans doute plus élevé chez nous qu'ailleurs, les patrons de PME incultes, l'intox de la valeur travail, et le patronat français plus nul que la moyenne...
Voici quelques questions simples que je pose et qui d'après moi méritent débat, d'ailleurs je les ai posée dans le groupe de travail DDA sur l'économie. Chers lecteurs, je vous demande votre avis sur ces points. Les trolls libéraux peuvent aller se faire voir ailleurs ;o)
crise-CAC-40.jpgEst ce que les procédures de créations d'entreprises sont un obstacle réel à l'innovation? Et donc à la création d'activité ? Tout projet est basée sur une ou plusieurs idées, si la volonté de créer est forte, ce ne sont pas 7 ou 8 documents qui vont la figer. Et même s'il ne fallait 1 seul clic sur un site web qui centraliserait toutes les procédures on entendrait encore des couinements! Je l'ai déjà écrit, la conquête de l'espace par les soviétiques n'a pas été empêchée par la paperasserie. Et la paperasserie actuelle n'empêche pas la France d'être parmi les nations les plus productives. Mais plutôt que du contenant, c'est sans doute le contenu des déclarations qui exaspère certains libéraux. Ceux-ci font tout pour dé-responsabiliser le créateur d'entreprise. Une des manifestations de ce mouvement est très nettement visible dans la tentative de faire disparaître le principe de précaution au nom de l'efficacité économique ou dans la volonté de dépénaliser le droit des affaires.
De plus, est ce qu'un guichet unique permettra de faire tomber le mur de béton du crédit bancaire et du manque de soutient? Depuis que l'Etat a perdu le contrôle du secteur bancaire, on ne peut pas dire que le marché se soit comporté de manière optimale: Il faut voir les problèmes opposés à celui qui n'est pas dans le moule du créateur type du point de vue des logiciels de scoring des banques.
Pourquoi ne pas faire appels aux retraités ayant des compétences qui doivent disparaitre du jour au lendemain (le jour J) et qui pourraient soutenir les créateurs d'entreprise en apportant leurs contacts et expérience, conseils lors du lancement de l'entreprise ou ensuite.
Comment faire évoluer les relations entre salariés et manager, propriétaires d'entreprise vers un sens plus collectif sans collectiviser au sens marxiste dépassé? de manière à ce que toutes les initiatives ne soient pas méprisées si elles ne viennent pas d'un X-Télécom ( simple exemple, mais j'ai vécu ça dans toutes mes expériences) ou d'un héritier du propriétaire? cf la colère des cadres décrite dans plusieurs ouvrages. Les cadres sont des plus en plus soumis à la pression des actionnaires et ne servent qu'a renvoyer des messages négatifs au reste du personnel, quand ils ne sont pas rabaissé au rang de simple exécutant sans réel pouvoir décisionnaire ni capacité à partager ce pouvoir avec leurs équipes.
La frilosité des propriétaires et actionnaires se manifeste de plus en plus et elle est ancrée dans notre système social: cela se voit par exemple dans les statistiques de dépôts de brevets dans l'UE. Nous sommes parmi les derniers. Or tout le monde le dit, c'est la société de la connaissance et de la croissance intelligente qui nous sauvera et nous permettra de maintenir notre niveau de vie. la R&D doit être favorisée par rapport aux dividendes des actionnaires.
Comment briser le capitalisme d'héritiers? Il faut favoriser fiscalement le rachat des entreprises par les salariés en mettant en place des mécanismes pour éviter tout effet d'aubaine. Comment favoriser la transformation des SA et SARL en SCOP? Là encore par une fiscalité avantageuse: Pourquoi ne pas réduire l'impôt sur les sociétes des entreprises de ce modèle, celles qui ont une éthique de fonctionnement plus proche de notre modèle et qui permettent de réduire l'importance de la bourse et donc du capitalisme financier?
Comment favoriser la redistribution interne des bénéfices vers les salariés ? en imaginant des mécanismes de réduction de l'IS quand l'entreprise offre des salaires supérieurs à la moyenne et inverse quand elle fait le contraire? Mais dans ce cas, comment contrôler cette qualité, ce niveau d'éthique sans être intrusif et en restant objectif?

Il y'a une très forte attente des salariés français dans ces domaines et un très fort décalage avec ce qui se passe dans d'autres nations: Cela n'est donc pas lié à la couleur politique du gouvernement, mais à des pratiques qui datent du XIXième siècle et perdurent. On ne pourra pas le faire par le domaine législatif complètement, mais par des incitations intelligentes et quelques réformes concernant la représentativité des salariés et leur présence dans les organes de décisions. En effet tout ne doit pas être restreint à une utilisation plus intelligente de la fiscalité, il faut mettre de la démocratie dans l'économie et l'entreprise. Le substrat social n'est plus le même, il est plus riche de compétences, d'intelligence et de savoir-faire.
Nous devons parler de co-gestion et ce sans scrupules façe au modèle actuellement défendu par les néo-cons et libéraux qui vise à recréer des féodalités d'un nouveau genre. C'est ce que la politique de Sarkozy met en place plus rapidement que ce que celle de Chirac.

Il me semble aussi que cela correspond à une attente des cadres et travailleurs à forte production intellectuelle et que nous devons montrer par là que leur désir de réussite individuelle se place dans un projet collectif soit l'exact opposé du modèle sarkozy : une vraie logique gagnant-gagnant. Mais cette fois-ci avec plus de détails et d'application micro-économique et donc aller au delà du simple concept macro. Sans doute une des erreurs de la campagne de Ségolène Royal.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.