Billet de blog 3 déc. 2013

Des eurodéputés pour une loi d’abolition de la prostitution en France

Sophie Auconie (UDI), Sylvie Guillaume (PS), Nicole Kiil-Nielsen (EELV) et Jean-Luc Mélenchon (FdG) sont signataires, avec une cinquantaine d'eurodéputés, de l’Appel de Bruxelles, qui demande aux pays d'abolir la prostitution. « Nous attendons de la France qu’elle concrétise son engagement par une loi d’abolition forte, montrant l’exemple pour l’Europe », écrivent-ils. 

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Sophie Auconie (UDI), Sylvie Guillaume (PS), Nicole Kiil-Nielsen (EELV) et Jean-Luc Mélenchon (FdG) sont signataires, avec une cinquantaine d'eurodéputés, de l’Appel de Bruxelles, qui demande aux pays d'abolir la prostitution. « Nous attendons de la France qu’elle concrétise son engagement par une loi d’abolition forte, montrant l’exemple pour l’Europe », écrivent-ils. 


La question de la prostitution n’est pas seulement d’actualité en France ; elle l’est également au niveau européen. Avant la fin de la législature actuelle, le Parlement européen sera amené à voter un rapport intitulé Exploitation sexuelle et prostitution, et conséquences sur l’égalité entre les femmes et les hommes. Le Parlement européen, qui regroupe aujourd’hui plus de 700 eurodéputé-e-s de tous les pays et de toutes les colorations politiques, a déjà exprimé à plusieurs reprises sa vision du phénomène prostitutionnel. En 2006, le Parlement identifiait l’existence de marchés de prostitution locaux comme l’un des facteurs principaux qui permettent la traite internationale des femmes et des enfants, et demandait aux Etats membres de l’Union européenne de combattre l’idée selon laquelle la prostitution serait assimilable à un travail. En 2009, notre institution a affirmé que la tolérance manifestée à l'égard de la prostitution en Europe ne fait qu'accroître l'arrivée en Europe de femmes exploitées à des fins sexuelles, ainsi que le tourisme sexuel. Enfin, une résolution de février de cette année, en lien avec les négociations onusiennes sur les droits des femmes, a inscrit la prostitution au titre des nombreuses formes de violences faites aux femmes en Europe.

Les prises de position du Parlement européen constituent un engagement politique pour l’abolition de la prostitution autour de valeurs communes d’égalité, de dignité et de droits humains. Nous sommes issu-e-s de quatre des principaux partis politiques européens, nous partageons ces valeurs car notre conviction est fondée sur un projet de société solidaire, humain et respectueux. Notre réflexion s’appuie sur la réalité de la prostitution dans les différents pays d’Europe : de la réussite du modèle suédois à changer les mentalités, promouvoir l’égalité femmes-hommes et réduire la traite, à l’échec actuel des modèles allemand et néerlandais, qui ont ouvert la porte à l’exploitation généralisée en normalisant la prostitution et l’achat de services sexuels.

Avec une cinquantaine d’eurodéputé-e-s de différents pays et des principaux partis politiques européens, nous sommes signataires de l’Appel de Bruxelles, qui demande aux pays d'aller vers l'abolition de la prostitution et fait référence à la Convention des Nations Unies de 1949 : « La prostitution et le mal qui l'accompagne, à savoir la traite des êtres humains, sont incompatibles avec la dignité et la valeur de la personne humaine. » C’est ce texte fondateur qui a posé l’engagement abolitionniste de la France, et qui fait aujourd’hui s'engager notre pays dans un débat qui place les droits humains au cœur de la réflexion sur la prostitution et que nous soutenons. Nous attendons de la France qu’elle concrétise son engagement par une loi d’abolition forte, montrant l’exemple pour l’Europe. Nos collègues eurodéputé-e-s nous regardent : prouvons-leur que la France sait mettre en place des lois audacieuses motivées par l’intérêt commun, la solidarité et l’égalité. 

Sophie Auconie (UDI)

Sylvie Guillaume (PS)

Nicole Kiil-Nielsen (EELV)

Jean-Luc Mélenchon (Front de Gauche)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Cinéma
Jean-Luc Godard, l’entretien impossible
À l’heure où les bouleversements politiques, écologiques et sociaux semblent marquer la fin d’une époque, Mediapart a eu envie de rendre visite à Jean-Luc Godard, dont les films sont des mises en abyme inégalées des beautés et des troubles du monde. Mais rien ne s’est passé comme prévu. 
par Ludovic Lamant et Jade Lindgaard
Journal — France
Procès des sondages de l’Élysée : le PNF requiert finalement l’incarcération de Claude Guéant
La réouverture des débats a opposé deux thèses, ce vendredi, au tribunal de Paris. L'ex-ministre de Sarkozy assure qu’il ne peut pas rembourser plus rapidement ce qu’il doit encore à l’État. Le Parquet national financier estime au contraire qu’il fait tout pour ne pas payer.
par Michel Deléan
Journal — Santé
Didier Raoult sanctionné par la chambre disciplinaire du conseil de l’ordre
La chambre disciplinaire de l’ordre des médecins a sanctionné, le 3 décembre, d’un blâme le professeur Didier Raoult. Lors de son audition devant ses pairs, il lui a été reproché d’avoir fait la promotion de l’hydroxychloroquine sans preuve de son efficacité.
par Pascale Pascariello
Journal
Des traitements à prix forts, pour des efficacités disparates
L’exécutif a dépensé autour de 100 millions d’euros pour les anticorps monoclonaux du laboratoire Lilly, non utilisables depuis l’émergence du variant Delta. Il s’est aussi rué sur le Molnupiravir de MSD, malgré un rapport bénéfices-risques controversé. En revanche, les nouveaux remèdes d’AstraZeneca et de Pfizer sont très attendus.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.
Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro