Billet de blog 6 févr. 2014

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Le genre, un outil pour l'égalité

Pourquoi les études de genre? « Nous nous efforçons de questionner ce qui semble aller de soi – ce que d’aucuns appellent la nature – comme les façons de dire le masculin et le féminin afin de laisser s’épanouir les capacités chez l’enfant », expliquent ici plusieurs universitaires membres de la Fédération de recherche sur le genre.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pourquoi les études de genre? « Nous nous efforçons de questionner ce qui semble aller de soi – ce que d’aucuns appellent la nature – comme les façons de dire le masculin et le féminin afin de laisser s’épanouir les capacités chez l’enfant », expliquent ici plusieurs universitaires membres de la Fédération de recherche sur le genre.


Difficile d’aller à l’encontre des rumeurs qu’entretiennent des collectifs réactionnaires agrippés à des certitudes qu’ils savent ne pas pouvoir défendre. Mais de la part des familles « grévistes », la peur de perdre quelque chose qui appartiendrait en propre aux individus fabrique l’ennemi imaginaire de la « théorie du genre ». Or, nous le répétons : il n’y a pas une « théorie du genre ». Nous l’avons écrit dans la presse, mais qu’importe ! Ce qui est aujourd’hui en cause dans les différentes formations, de la maternelle à l’enseignement supérieur, est la crainte d’un bouleversement entre les sexes, alors que les « réformes » ne font qu’appliquer le code de l’éducation qui stipule depuis 1989 que « les écoles, les collèges, les lycées et les établissements d'enseignement supérieur (…) contribuent à favoriser l'égalité entre les hommes et les femmes » (loi n°89-486 du 10 juillet 1989). Rien donc de très nouveau!

Faut-il rappeler la nécessité de faire connaître la loi à l’Ecole selon le  niveau : à titre d’exemple, la loi Veil sur la légalisation de l’avortement  comme la loi Taubira de 2001 qui reconnaît l’esclavage et la traite en tant que crime contre l’humanité. L’enseignant a des devoirs et les parents ne peuvent ignorer les règles qui régissent l’enseignement public. Faut-il rappeler que l’école n’est pas le lieu de reproduction des rapports familiaux d’autant moins que ceux-ci défendraient des préceptes d’assujettissement des filles et des individus non conformes à la morale dominante. L’école a pour vocation l’épanouissement de l’individu, garçon ou fille, dans une voie qui est la sienne. Apprendre l’égalité entre filles et garçons suppose d’en respecter les conséquences sociales.

Pour l’heure, il s’agit de réfléchir à l’école sur les processus sociaux qui, depuis des siècles, guident la mise en œuvre de relations de pouvoir entre hommes et femmes. Nous enseignons cette question dans toutes les disciplines. La différence visible entre hommes et femmes n’est pas le terreau de la différence sociale qui ne se loge ni dans le cerveau ni dans l’utérus, les scientifiques l’ont amplement démontré. La « nature » sert simplement de prétexte à façonner des relations inégalitaires entre hommes et femmes.

Il n’a jamais été question de transformer les filles en garçons et les garçons en filles, nous souhaitons simplement que chacun et chacune trouvent sa voie selon ses aptitudes et ses compétences, quel que soit son sexe. Nous nous efforçons de questionner ce qui semble aller de soi – ce que d’aucuns appellent la nature – comme les façons de dire le masculin et le féminin afin de laisser s’épanouir les capacités chez l’enfant. Mais en même temps cette réflexion conduit à révéler le soubassement de la domination des uns sur les autres au sein d’une hiérarchie organisée. Ce qui fait peur, on le comprend, à tous les tenants de l’ordre traditionaliste car ils risquent de perdre ainsi leur pouvoir d’influence.

Il y a bien longtemps déjà (en 1831), certaines s’interrogeaient sur l’idée qu’une femme devait porter le nom du mari alors qu’aucune loi ne l’y obligeait. Est-il interdit de se demander pourquoi les administrations françaises continuent imperturbablement à maintenir cette coutume à l’encontre de toute législation? 

Voilà, en deux mots, ce que nous faisons en travaillant sur le genre. Le genre est un concept qui nous permet de penser la différence sociale entre homme et femme. Le reste n’est que fantasme qui entretient les peurs les plus irrationnelles.

Le déferlement de contrevérités qui immédiatement sont entendues par certaines familles n’est pas pour autant anodin. Le processus engagé par les autorités de l’éducation nationale est un processus, à nos yeux, irréversible et c’est pourquoi les mesures doivent être clairement exposées, largement diffusées et devraient sans plus tarder être accompagnées de la formation des maîtres : formation initiale et continue. Le ministère de la recherche et de l’enseignement a pris des engagements, il réaffirme son attachement aux études de genre. C’est bien, mais nous attendons cependant des actes concrets et rapides. Face à la rumeur, nous ne pouvons qu’en démasquer la vacuité par la diffusion de la connaissance. La diffusion du savoir est le seul remède au repli frileux sur l’ordre des familles. 

Anna Bellavitis, université de Rouen
Jules Falquet, Cedref, université Paris 7 Diderot
Anne-Sophie Godfroy, université Paris Est Créteil
Azazdeh Kian, Cedref, université Paris 7 Diderot
Isabelle Lacoue-Labarthe, Université Toulouse 2
Karine Lambert, université de Nice
Christine Planté, université Lyon 2
Michèle Riot-Sarcey, université Paris 8
Florence Tamagne, Université Lille 3
au nom de la Fédération de recherche sur le genre RING

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Derrière le triomphe annoncé de l’extrême droite, des élections aux multiples enjeux
Dimanche, les Italiens votent pour renouveler leur Parlement. Une élection décisive qui conclut une campagne morne mais pourrait porter l’extrême droite au pouvoir. Tour d’horizon des programmes et des enjeux. 
par Romaric Godin
Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal — Moyen-Orient
L’Arabie saoudite soudoie des stars des réseaux sociaux pour attirer les touristes
Le royaume entend préparer l’après-pétrole grâce aux revenus du tourisme. Pour faire la promotion des trésors touristiques saoudiens, des influenceurs des quatre coins du monde affluent par avions entiers. Avec un objectif : montrer par leurs publications Instagram que le pays s’est ouvert. 
par Yunnes Abzouz
Journal — Écologie
Trois ans après Lubrizol, Rouen confie aux entreprises la prévention des risques industriels
Trois ans après l’accident de l’usine chimique, la métropole normande a mandaté une association d’industriels pour étudier les attentes de la population et former les élus. Une association de victimes dénonce un « McKinsey » de la pollution.
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Les sulfureuses éoliennes de la baie de Saint-Brieuc en débat
[Rediffusion] A l’initiative d’Ensemble ! deux débats ont été organisés les 24 et 25 septembre autour du projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc. En voici le compte rendu vidéo, avec mon intervention, présentant mes enquêtes sur Mediapart, et les prises de parole de Katherine Poujol (responsable de l’association « Gardez les caps !) ou encore de Lamya Essemlali (présidente de Sea Shepherd France).
par Laurent Mauduit
Billet de blog
Le gigantisme des installations éoliennes offshore en Loire Atlantique et en Morbihan
Un petit tour sur les chemins côtiers en Loire Atlantique et en Morbihan pour décrire et témoigner du gigantisme de ces installations offshores, de la réalité de l'impact visuel, et de quelques réactions locales.
par sylvainpaulB
Billet de blog
Éolien : vents contraires !
[Rediffusion] Mal aimées parmi les énergies renouvelables, les éoliennes concentrent toutes les critiques. La région Provence Alpes-Côte d'Azur les boycotte en bloc sans construire d'alternatives au « modèle » industriel. le Ravi, le journal régional pas pareil en Paca, publie une « grosse enquête » qui ne manque pas de souffle...
par Le Ravi
Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste