Billet de blog 7 mai 2015

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

La triple erreur de Najat Vallaud-Belkacem

Mehdi Thomas Allal, responsable du pôle anti-discriminations de la fondation Terra Nova et Asif Arif, avocat au barreau de Paris, interpellent dans la lettre ouverte que publie Mediapart la ministre de l'éducation nationale pour qu'elle mette fin à « ces attaques incessantes contre les élèves musulmanes » portant des jupes longues, « discriminées en raison de leur religion ». 

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mehdi Thomas Allal, responsable du pôle anti-discriminations de la fondation Terra Nova et Asif Arif, avocat au barreau de Paris, interpellent dans la lettre ouverte que publie Mediapart la ministre de l'éducation nationale pour qu'elle mette fin à « ces attaques incessantes contre les élèves musulmanes » portant des jupes longues, « discriminées en raison de leur religion ». 

Madame la Ministre,

Nous nous permettons de vous interpeller suite aux deux affaires concernant le port de la jupe au collège et au lycée. Le collège et le lycée sont effectivement concernés par la loi du 15 mars 2004 prohibant les signes ostentatoires dans les écoles publiques, ce même texte ayant fait l’objet d’une retranscription dans le Code de l’éducation, que vous devez désormais maîtriser.

D’abord, vous avez commis une erreur de forme. Nous comprenons, dans l’affaire de Sarah, que, selon vos informations, cette élève aurait commis des actes de prosélytisme, ce dont d’ailleurs la maman se défend... D’abord, en tant que ministre de notre République, il serait avantageux, afin de ne pas faire circuler dans les médias des idées qui porteraient préjudices aux droits des administrés, que vous justifiiez un peu plus vos propos… En d’autres termes, que vous apportiez des preuves !

Ensuite, vous avez commis une erreur politique : en tant que ministre de l’éducation nationale, vous représentez certes l’institution dont vous avez la charge, mais également ses usagers. Afin de calmer la polémique et de disposer des deux versants de cette affaire, pourquoi n’êtes-vous pas allée à la rencontre des parents de Sarah pour discuter et, in fine, apaiser le débat ?

Enfin, vous avez commis une erreur juridique, en vous réfugiant derrière le prétexte des actes de prosélytisme de la part de cette jeune fille. Concrètement, que peut-il être reproché à cette élève mis à part son apparence physique, en l’occurrence sa tenue ? La loi répute désormais comme tels les signes qui marquent ouvertement une appartenance religieuse. Voyez-vous dans la jupe, même d’une certaine longueur, le signe d’une quelconque manifestation religieuse ?

A l’aube de cette deuxième polémique – en espérant qu’elle soit la seconde ! – c’est désormais Ikram, 18 ans, qui est prise en tenailles dans la machine politico-médiatique. N’oublions pas que ces enfants sont ceux de la République et que, tous les matins, ils se rendent à l’école. Ce ne sont pas des délinquants. En revanche, en les accusant sans fondement sur des chaînes de télévision nationales, vous les faites passer pour des malfrats, des personnes qui auraient commis un délit !

De plus, vos services se permettent de le faire au nom d’un principe qui nous est cher, qui est celui de la laïcité. Arrêtons-nous ici un instant.

La jupe, même trop « longue », n’est pas contraire au principe de laïcité, tout comme elle n’est pas un élément qui marque la religiosité de quelqu’un. Apprenons un peu plus de nos erreurs. Il va de soi que la vôtre est triple, les excuses publiques permettant de les réparer en intégralité.

Ces élèves, comme par hasard musulmanes, sont en revanche bien discriminées en raison de leur religion. Pour les hommes, une barbe de trois jours les rend « djihadistes », alors que, pour les femmes, un voile les rend de facto soumises et sans caractère ...

Nous demandons qu’au nom de la République et des principes qu’elle incarne, ces attaques incessantes contre les élèves musulmanes cessent. Nous sommes à votre entière disposition pour en parler avec vous de vive voix.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Ce que le gouvernement a fait aux chômeurs
La première réforme de l’assurance-chômage est pleinement entrée en vigueur il y a tout juste un an, et nul ne sait combien de chômeurs elle a pénalisé. Si les chiffres sont invisibles, les conséquences sur la vie des gens sont brutales. Témoignages.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Europe
Poutine entérine l’annexion de quatre régions ukrainiennes
Après une allocution au Kremlin, le président russe a signé l’annexion des régions ukrainiennes de Kherson et de Zaporijjia, ainsi que des autoproclamées « Républiques » de Donetsk et de Louhansk. Et il a prévenu que la Russie protègerait ses terres « en utilisant toutes [ses] forces ».
par Laurent Geslin
Journal
Le renseignement de sources ouvertes, nouvel art de la guerre d’Ukraine
La collecte et l’analyse des traces numériques laissées par les combats qui font rage en Ukraine peuvent-elles avoir une incidence sur le déroulement du conflit ? La guerre du Golfe avait consacré la toute-puissance de la télévision, celle d’Ukraine confirme l’émergence de l’Open Source Intelligence (OSINT).
par Laurent Geslin
Journal — Migrations
Sur TikTok, les passeurs font miroiter l’Angleterre à des Albanais, qui s’entassent à Calais
Depuis le début de l’année, les Albanais sont particulièrement nombreux à tenter la traversée de la Manche pour rejoindre l’Angleterre, poussés par des réseaux de passeurs dont la propagande abreuve les réseaux sociaux. Une fois dans le nord de la France, beaucoup déchantent.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol
Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica
Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff