Billet de blog 21 nov. 2012

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Monsieur le Président, ceci est un appel de détresse

« Cette mesure du mariage pour tous, c'est une mesure qui ne coûte rien. C'est une mesure de gauche. De justice sociale. De ces mesures qu'un président élu doit faire passer rapidement, quelles que soient les réticences, les oppositions, et ce, d'autant plus que vous saviez que la majorité de la population soutenait cette proposition. » Par Nicolas Martin, journaliste réalisateur.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Cette mesure du mariage pour tous, c'est une mesure qui ne coûte rien. C'est une mesure de gauche. De justice sociale. De ces mesures qu'un président élu doit faire passer rapidement, quelles que soient les réticences, les oppositions, et ce, d'autant plus que vous saviez que la majorité de la population soutenait cette proposition. » Par Nicolas Martin, journaliste réalisateur.


Monsieur le Président,

Je vous écris ce soir, sidéré, écœuré par vos dernières déclarations concernant le mariage pour tous, qui était l'engagement 31 de votre programme électoral. Après avoir reculé de plusieurs semaines l'examen du texte de loi, et ainsi donné plus d'emprise aux franges les plus réactionnaires de la société qui nous insultent publiquement, nous et nos familles, quotidiennement ; après avoir exclu la PMA du texte de loi, alors que vous l'aviez promise à plusieurs reprises durant votre campagne ; après avoir exclu l'adoption plénière de l'enfant du conjoint hors mariage ; voici maintenant que vous déclarez que vous reconnaissez leur liberté de conscience aux maires qui ne souhaiteraient pas unir de couple homosexuel dans leur mairie (à quel titre d'ailleurs ? par peur de se salir les mains ou de contracter une maladie contagieuse ?).

Monsieur le Président, je suis un homme de gauche. Foncièrement. Avec chevillé au cœur le sentiment d'égalité et de justice sociale. Comme beaucoup d'autres personnes, j'ai placé un grand espoir dans votre élection, après dix ans d'une droite dure, dont les cinq dernières années flirtaient odieusement avec la droite extrême.

Cette mesure du mariage pour tous, c'est une mesure qui ne coûte rien. C'est une mesure de gauche. De justice sociale. De ces mesures qu'un président élu doit faire passer rapidement, quelles que soient les réticences, les oppositions, et ce, d'autant plus que vous saviez que la majorité de la population soutenait cette proposition.

A force de reculades, de rebuffades, à force de manque de soutien ou de non dénonciation publique des pires extrémismes et des violences homophobes les plus odieuses qui se déroulent depuis plusieurs semaines à découvert, sur la voie publique des plus grandes villes de France... non seulement vous acceptez tacitement l'injure qui nous est faite, mais vous finissez par donner l'impression de plus respecter l'intolérance et les convictions réactionnaires, que les homosexuelles et les homosexuels à qui vous aviez promis l'égalité.

Monsieur le Président, ceci est un appel de détresse. Ce dernier signe était le signe de trop. Nous avons, toutes et tous, besoin d'un message clair de votre part, d'une preuve de soutien ferme et définitif.

Monsieur le Président, si je doute ce soir de votre détermination à aller au bout de ce projet de loi, c'est toute ma foi en la gauche de gouvernement qui vacille. Ne me forcez pas par votre inaction et vos reculades à faire ce qui me démange chaque jour un peu plus : déchirer une fois pour toute ma carte d'électeur. 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Europe
Ukraine : le soupçon de la collaboration plane sur les villages libérés
Dans la région de Kherson, certains villages ont vécu pendant des mois à huis clos, sous occupation russe. Des voisins ont été tués ou sont portés disparus. La difficulté à mener des enquêtes rapides dans un pays mis sens dessus dessous par la guerre permet à la rumeur de prospérer.
par Mathilde Goanec
Journal
Morts aux urgences, pédiatrie sous l’eau, grève des libéraux : la santé au stade critique
Covid, grippe, bronchiolite : l’hôpital public vacillant affronte trois épidémies. En pédiatrie, dix mille soignants interpellent le président de la République. Côté adultes, les urgentistes ont décidé de compter leurs morts sur les brancards. Et au même moment, les médecins libéraux lancent une grève et promettent 80 % de cabinets fermés.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm
Billet de blog
L’animal est-il un humain comme les autres ?
Je voudrais ici mettre en lumière un paradoxe inaperçu, et pour commencer le plus simple est de partir de cette célèbre citation de Deleuze tirée de son abécédaire : « J’aime pas tellement les chasseurs, mais il y a quelque chose que j’aime bien chez les chasseurs : ils ont un rapport animal avec l’animal. Le pire étant d’avoir un rapport humain avec l’animal ».
par Jean Galaad Poupon
Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise