Billet de blog 22 juin 2013

Féministes, solidaires et antifascistes, tant qu’il le faudra !

« Face au réveil des fascistes et à la montée des droites extrêmes, l’heure est plus que jamais à la convergence de nos luttes et à l’organisation collective », estime le collectif féministe G.A.R.Ç.E.S. qui se joint à la journée nationale de manifestations du dimanche 23 juin en mémoire de Clément Méric.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Face au réveil des fascistes et à la montée des droites extrêmes, l’heure est plus que jamais à la convergence de nos luttes et à l’organisation collective », estime le collectif féministe G.A.R.Ç.E.S. qui se joint à la journée nationale de manifestations du dimanche 23 juin en mémoire de Clément Méric.


Nous, féministes, sommes antifascistes : nous luttons contre les discours et les actes de haine, qui stigmatisent, excluent, frappent, parfois jusqu’à la mort, toutes les personnes considérées comme “ dérangeantes ”. Le 5 juin dernier, le fascisme a tué. Il a tué Clément, militant syndicaliste, antifasciste, antiraciste, anticapitaliste, antispéciste, féministe et engagé dans les luttes contre l’hétérosexisme et les LGBTphobies.

Non, le meurtre de Clément n’est pas un acte isolé ; pas plus qu’il n’est déconnecté des combats que nous menons au sein de Garçes. Au cours des derniers mois, le “ débat ” autour de la loi dite du “ mariage pour tou.te.s ” ainsi que la complaisance politique et médiatique vis-à-vis de ce “ débat ” ont fait le lit d’une parole homophobe décomplexée et le jeu des droites extrêmes. A la faveur de ce climat, les discours et les actes de violences LGBTphobes, mais aussi les agressions racistes et islamophobes, se sont multipliées en France.

Quelques exemples récents d'agressions fascistes, LGBTphobes et islamophobes: le 20 mai, à Argenteuil, deux hommes identifiés comme des skinheads d’extrême droite ont agressé une femme qui portait le foulard islamique; le 13 juin, dans la même ville, une femme a été victime d’une agression similaire. Ses agresseurs l'ont roué de coups et lui ont découpé une mèche de cheveux et sa tenue; le 4 juin, à Lille, un couple de lesbiennes a été violemment agressé suite à un rassemblement de “ veilleurs ” anti-mariage pour tou.te.s. 

Le projet des fascistes ne se résume pas à “ se bagarrer ” contre des “ gauchistes ”, tel que le véhiculent des médias qui renvoient dos à dos extrême droite et gauche radicale. Contre cette voix médiatique dominante, nous affirmons haut et fort que pour nous, féministes, ces “ extrêmes ” n’ont pas le même sens. Les fascistes s’inscrivent dans une logique intrinsèquement raciste, islamophobe, antisémite, hétérosexiste, LGBTphobe. Leur violence exprime une volonté profonde de détruire celles et ceux qu'ils/elles désignent comme ennemi.e.s : celles et ceux pas assez blanc.he.s, pas assez hétéros, pas assez féminines ou masculines, ainsi que celles et ceux qui les combattent.

L’antifascisme ne combat pas des individus : il combat des idées. D'une part, les antifascistes proposent une analyse politique des discours et des violences fascistes ; d'autre part, ils et elles luttent pour que chacun-e puisse avoir une place dans la société et l'espace public.

Pour nous, la dissolution des groupes d'extrême droite est loin d'être suffisante et n'est pas une solution en soi. Nous savons que la disparition officielle d'un mouvement ne suffit pas à l'éradiquer ni à faire disparaître les autres, et les réduire à la clandestinité ne fait que les cacher et ne détruit pas leur haine. Par ailleurs, la dissolution ne remet pas en cause la légitimité du FN et des autres formations d'extrême-droite avec lesquels les fascistes sont idéologiquement et personnellement liés.

Pour nous, c’est aux racines de l’extrême droite qu’il s’agit de s’attaquer. L’urgence est à la résistance contre tous les discours et les actes stigmatisants, discriminants et violents qui se sont banalisés et ont désormais libre cours sur l’ensemble de l’échiquier politique. Cela passe notamment par la lutte contre la chasse aux sans-papièr.e.s (rappelons-nous du 6 juin dernier où, alors que nous étions regroupés à Saint-Lazare et à Saint-Michel en la mémoire de Clément, le gouvernement a arrêté des dizaines de sans-papièr.e.s à Barbès), l’amnistie sociale pour les militant.e.s antifascistes, la pleine égalité des droits pour les personnes LGBT (droit à la PMA pour les couples de lesbiennes, droit au changement d'état civil pour les trans, libre et sans parcours pathologisant), le refus des politiques libérales qui ne font qu’aggraver la crise, constituant un terreau fertile pour l’extrême droite et entretenant les rouages d’un système excluant et précarisant.

Aux discours et actes de haine, nous répondons par notre combat solidaire.

Ils tabassent les lesbiennes, les gays, les bi.e.s, les trans, nous réagissons ! Ils agressent des femmes voilées, nous ripostons !

Ils tuent un camarade, nous nous organisons !

Face au réveil des fascistes et à la montée des droites extrêmes, l’heure est plus que jamais à la convergence de nos luttes et à l’organisation collective. Dans la rue le 23 juin 2013, RDV GARÇES à 14h30 au métro Chaussée d’Antin pour marcher dans le cortège féministe. No pasarán ! 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi
Journal
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon
Journal — Europe
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Pap Ndiaye : la nouvelle histoire des migrations
En décembre dernier, en direct de Pessac, Pap Ndiaye a évoqué de façon magistrale la nouvelle histoire des migrations, estimant que la France n’est pas un bloc, mais faite de « variations ». On se grandit en les prenant en compte, disait-il, contrairement au projet des « marchands de haine ».
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Attaques racistes : l'impossible défense de Pap Ndiaye
L'extrême droite et la droite extrême ont eu le réflexe pavlovien attendu après la nomination de M. Pap Ndiaye au gouvernement. La réponse de la Première ministre est loin d'être satisfaisante. Voici pourquoi.
par Jean-Claude Bourdin
Billet de blog
Racisme systémique
Parler de « racisme systémique » c’est reconnaître que le racisme n’est pas uniquement le fait d’actes individuels, pris isolément. Non seulement le racisme n’est pas un fait exceptionnel mais quotidien, ordinaire : systématique, donc. Une définition proposée par Nadia Yala Kisukidi.
par Abécédaire des savoirs critiques
Billet de blog
La condition raciale made in USA
William Edward Burghardt Du Bois, alias WEB Du Bois, demeure soixante ans après sa mort l’une des figures afro-américaines majeures du combat pour l’émancipation. Magali Bessone et Matthieu Renault nous le font mieux connaître avec leur livre « WEB du Bois. Double conscience et condition raciale » aux Editions Amsterdam.
par Christophe PATILLON