Billet de blog 26 nov. 2013

Prostitution et pénalisation des clients: la bienveillance en question

Médecins du monde se mobilise contre « l’impact délétère de la pénalisation des clients sur la santé et l’accès aux droits des personnes se prostituant,

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Médecins du monde se mobilise contre « l’impact délétère de la pénalisation des clients sur la santé et l’accès aux droits des personnes se prostituant, mettant à mal par la même les autres propositions de ce projet de loi dont certaines ont le mérite d’exister ». Pour Françoise Sivignon, vice-présidente de l'association, et Jean-François Corty, directeur des missions France, il faut « se méfier de toute bienveillance naïve».


La prostitution, fait historique et social, existe, et ce d’autant plus que nous vivons dans une période de crise économique majeure, dans un monde où les conflits et les migrations entraînent une plus grande vulnérabilité de personnes qui vivent dans des logiques de survie et pour lesquelles cette activité peut être une ultime ressource.

En vue d’éradiquer la prostitution, une proposition de loi propose entre autre comme mesures fortes l’abolition du délit de racolage, un volet social dont la faisabilité et les conditions d’accès restent à discuter, et la pénalisation des clients.

S’il existe bien un consensus global sur la nécessité de lutter contre toutes les formes d’exploitations et de protéger des personnes, les moyens pour y parvenir divergent selon les points de vue, les convictions voire les postures idéologiques fortement représentées.

De fait, le sujet qui  nous mobilise est l’impact délétère de la pénalisation des clients sur la santé et l’accès aux droits des personnes se prostituant, mettant à mal par la même les autres dispositions de cette proposition de loi, telle que l’abrogation du délit de racolage.

Médecins du Monde intervient auprès des personnes se prostituant depuis plus de dix ans. Que ce soit à Paris, Nantes, Poitiers, Rouen ou Montpellier, l’objectif consiste à améliorer l’accès aux soins et aux droits de ces personnes et témoigner des difficultés qu’elles ont à pouvoir en bénéficier.

Eloignée de toute posture idéologique, notre approche médicale affirme que la vie doit être faite de moins de souffrance possible, avec la volonté d’accompagner des personnes en difficulté, et si elles le souhaitent, à les aider à se restituer dans leur capacité de choix et d’autonomie.

Dans ces conditions, notre association effectue plus de 18000 entretiens chaque année en France. Elle se place donc comme un acteur de terrain ancré dans le réel, avec comme souci de répondre de manière pragmatique à des problématiques objectives qui relève de la santé publique et de la précarité, dans un combat éclairé contre les inégalités sociales.

© Médecins du Monde

Concernant la prochaine proposition de loi, on peut s’interroger sur le fait qu’elle soit fortement soutenue par le ministère du droit des femmes. En effet, ce soutien impose d’emblée dans le débat une logique de genre et une approche en terme d’inégalités hommes femmes. Or la prostitution est un fait social global, où se côtoient des sujets de santé, de droits sociaux, d’immigration, de sécurité et une démarche interministérielle aurait été plus légitime. Ce choix génère un biais qui peut en partie expliquer pourquoi une mesure telle que la pénalisation du client réponde moins à un pragmatisme de terrain qu’à une posture malencontreusement idéologique dont les effets seront contre productifs.

Par ailleurs, il existe un gradient pour les personnes se prostituant en matière de choix, de vulnérabilité, d’exploitation avec des hommes, des femmes, des personnes en situation régulière ou irrégulière. Il n’y a donc pas de groupe social uniforme soumis à des contraintes similaires, et l’on ne peut donc pas envisager un dispositif légal caricatural qui ne soit pas à l’image de la réalité complexe.

De fait, on connait déjà grâce au délit de racolage les effets contre productifs de dispositifs censés aider des personnes. Sur la base d’expériences à l’international, notamment en Suède, on sait que la pénalisation des clients engendrera une confusion sur le caractère légal ou illégal de la prostitution, relèguera les personnes vers des lieux plus reculés et plus exposés à la violence et donc plus dangereux. Le pouvoir de négociation avec les clients sera diminué ainsi que le travail des acteurs médico-sociaux qui auront de la peine à accéder aux personnes. On observera aussi une plus grande défiance vis-à-vis des forces de l’ordre et donc un réflexe moindre à y recourir en cas de violence subie, ce qui constitue de fait un recul du droit.

Au fond, cette mesure engendrera une plus grande clandestinité et donc une plus grande vulnérabilité de personnes déjà précaires.  Cette bienveillance paradoxale induira donc des stratégies de contournement qui impacteront la santé et les droits des personnes.

Autres effets attendus de la pénalisation des clients, la mise à mal de l’impact bénéfique de l’abolition du délit de racolage qui est aussi prévue par la proposition de loi, ainsi que l’affaiblissement de la faisabilité du volet social dont le bénéfice doit être proposé à toutes les personnes qui le souhaitent, y compris celles qui n’ont pas totalement stoppé la prostitution.

On l’aura compris, le consensus sur la protection des personnes ne s’incarne pas dans certaines dispositions de cette proposition de loi sur la prostitution. S’il faut lutter avec vigueur contre la traite des personnes, les trafics et les violences, il faut d’emblée envisager les effets collatéraux délétères qu’induira la pénalisation des clients.

Il est de notre devoir d’écouter davantage les personnes qui se prostituent, de comprendre les difficultés auxquelles elles font face au quotidien et leurs stratégies de contournement, d’abolir le délit de racolage passif, de ne pas pénaliser l’achat d’actes sexuels et de favoriser l’accès à des droits sociaux en limitant les contraintes.

Et il faut surtout se méfier de toute bienveillance naïve qui s’attache moins à répondre de manière pragmatique à l’exigence de protection qu’à la volonté d’appliquer des politiques répressives contre-productives pour les personnes censées être protégées.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Violences sexuelles

À la Une de Mediapart

Journal — International
Pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG Memorial. Celle-ci se consacre à documenter les crimes de la période soviétique, mettant ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud
Journal — Culture-Idées
Autour des spectacles « Mère », « The Notebook » et « Istiqlal »
L’émission culturelle hebdomadaire de Mediapart est consacrée aujourd’hui aux mises en scène de Wajdi Mouawad (« Mère »), du collectif Forced Entertainment (« The Notebook ») et de Tamara al-Saadi (« Istiqlal »).
par Joseph Confavreux
Journal — France
Gauches : comment reprendre la main pour 2022 ?
Échaudées par les tentatives ratées de « triangulation » dans leurs propres rangs, et encouragées par l’actualité, les gauches recentrent leur discours sur le social. Mais se faire entendre reste une gageure dans un paysage médiatico-politique saturé par les thématiques identitaires.
par Mathilde Goanec et Pauline Graulle
Journal — France
Présidentielle : cette deuxième ligne qui prépare l’après
« Refondation », « Front populaire écologique », « Bloc arc-en-ciel »… Au sein des partis de gauche, des personnalités s’activent pour éviter les logiques de division présidentielle. Pour elles, la reconstruction de la gauche commence maintenant, pour ne pas disparaître. 
par Mathieu Dejean

La sélection du Club

Billet de blog
Avec le poids des morts
« Chaque famille, en Côte d'Ivoire, par exemple, est touchée. Tu vois le désastre, dans la mienne ? On assiste à une tragédie impensable ». C. témoigne : après un frère perdu en Libye, un neveu disparu en mer, il est allé reconnaître le corps de sa belle-sœur, dont le bateau a fait naufrage le 17 juin 2021 aux abords de Lanzarote, à Orzola.
par marie cosnay
Billet de blog
« L’Héroïque Lande - La Frontière brûle » : des vies électriques
[Archive] «L'Héroïque Lande. La Frontière brûle», réalisé par Elisabeth Perceval et Nicolas Klotz, renverse les attendus d'un film «sur» La Jungle de Calais, pour sonder les puissances politiques et sensibles du cinéma, avec des images qui s'imaginent depuis une Zone et avec ses fugitifs.
par Robert Bonamy
Billet de blog
« Murs de papiers »
[Archive] Olivier Cousin, dans son dernier film, nous donne à voir ce qu’est la vie des sans-papiers à travers une permanence d’accueil de la Cimade : des chemins de l’exil aux mille dangers, des parcours du combattant face à une administration française kafkaïenne, la fin de la peur et l'espérance en une vie meilleure, apaisée.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
« Atlantique », un film de Mati Diop
Des jeunes ouvriers au Sénégal ne sont pas payés depuis plusieurs mois rêvent de partir pour l’Europe au risque de leur vie. Ada, amoureuse de l’un de ces hommes, est promise à un riche mariage contre son gré. Les esprits auront-ils raison de ces injustices ?
par Cédric Lépine