Billet de blog 19 sept. 2016

À l’assaut critique d’«Un village français»

Mediapart se propose d’abriter de vifs débats, vos débats, au sujet de la série télévisée « Un village français » – chronique d’une sous-préfecture imaginaire sous l’Occupation, qui entame cet automne sa septième et ultime saison. Présentation du projet avec l’historien Denis Peschanski et le philosophe Bernard Stiegler…

Antoine Perraud
Journaliste à Mediapart
Journaliste à Mediapart

Et si nous nous disputions, au sens noble du mot dispute (échange d'arguments contradictoires sur un sujet donné), à propos d'un objet longtemps jugé ignoble : la télévision ? Et si nous prenions au sérieux ce qui relève de l'air du temps tout en le fabriquant : une série télévisée – en l'occurrence Un village français ?

Depuis 2009, cette œuvre audiovisuelle (« concept » pour les uns, « produit » pour les autres), qui décrit la vie des habitants de Villeneuve – sous-préfecture fictive du Jura – pendant la Seconde Guerre mondiale, rassemble bon an mal an quatre millions de téléspectateurs sur France 3.

Le lanceur de série – comme il est des lanceurs d'alerte – est Frédéric Krivine. Neveu d'Alain, né en 1959, diplômé du Centre de formation des journalistes (CFJ) en 1980, il a quitté la presse pour devenir scénariste. Principal auteur et directeur d’écriture d'Un village français, il s'était fait la main avec PJ, diffusée sur France 2 entre 1997 et 2009.

Écriture collective pour un feuilleton choral : voilà comment est appréhendée la situation complexe, ambivalente et néanmoins cruelle des Français entre 1940 et 1945. Histoire de restituer l'épaisseur de ces temps confus, une quinzaine de personnages s'entrecroisent pour offrir une complexité narrative et donner à réfléchir (Robin Renucci campe le médecin devenu maire de Villeneuve, Daniel Larcher ; Audrey Fleurot incarne son étonnante épouse, Hortense Larcher ; Thierry Godard interprète le rôle d'un directeur de scierie entré dans la résistance, Raymond Schwartz, dont la comédienne Emmanuelle Bach – fille de Jean-Pierre Elkabbach – jouait la femme, Jeannine Schwartz...).

L'historien Jean-Pierre Azéma et son éternelle écharpe (plagiée plus tard par le folliculaire Christophe Barbier)...
Last but not least, Jean-Pierre Azéma est de cette aventure comme conseiller historique, assumant une fonction de coryphée, commentant et contextualisant l'action. Les questions qui se posent – voire qui devraient ou ne devraient pas se poser – ont de surcroît fusé sur un forum mis en place par France 3 (voir ici).

Et c'est là qu'interviennent les chercheurs transdisciplinaires du projet Epistemè. Ils ont pris Un village français pour objet d'études. Et ils vont, dans les colonnes électroniques de Mediapart, lancer des débats publics – comme le détaillera dans un billet de cette édition participative, mercredi 21 septembre, l'historien Sébastien Ledoux.

En attendant et en guise d'amuse-cerveaux, l'historien Denis Peschanski (CNRS) et le philosophe Bernard Stiegler (IRI) vous présentent les enjeux et l'économie générale de cette saison de controverses qui s'ouvre dans Mediapart, tel un bouquet final accompagnant le dernier cycle d'Un village français. Groupons-nous et demain, le regard critique sur la télévision sera le genre humain !...

© Mediapart

Dans la vidéo ci-dessus, il est question d'essayistes ou de journalistes ayant forgé notre sens commun (Christian Bernadac et Henri Amouroux précédés de Robert Aron) auxquels s'oppose en 1973 le maître livre de Robert Paxton, La France de Vichy (Ed. du Seuil, traduction de Claude Bertrand, préface de Stanley Hoffmann).

                                          *******************************


 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la gauche devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Journal
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent
Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois
Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse