Billet de blog 25 avr. 2017

Quand les déchets composent le monde

En écho à l’exposition « Vies d’ordures : de l’économie des déchets », le MuCem propose un cycle de grandes conférences mensuelles autour du thème « Nature, culture, ordures ». Mediapart en est partenaire pendant tout le printemps.

Joseph Confavreux
Journaliste à Mediapart

Comment en est-on arrivés là? Et qui sont les responsables? C’est avec ces deux questions en tête que le documentariste Jean-Robert Viallet a enquêté sur l’Anthropocène, cet événement géologique majeur, pour reconstituer, dans un film d’archives en cours de réalisation, le processus historique qui a mené la planète au bord du gouffe. En deux siècles seulement, le méthane a augmenté de 150 %, le protoxyde d’azote de 63 %, le dioxyde de carbone de 43 % dans l’atmosphère. D’ici à 2030, 20 % des espèces vivantes auront disparu de la surface de la Terre; d’ici à la fin du XXIe siècle, le climat se sera réchaffé de 2 à 6 °C. Mais, s’interroge le réalisateur, «à quoi servent toutes les fantasmagories et les scénarios catastrophe si nous n’avons pas compris comment, par quels processus, par quels choix politiques et économiques nous avons atteint ce point de non-retour?» Il s’agit donc de se demander qui est ce «nous», quel «homme» a supplanté les forces naturelles et déstabilisé le système Terre, bref, qui est «l’anthropos» de l’Anthropocène. Est-ce l’Indien Yanomami qui chasse, pêche et jardine sans le recours à aucune énergie fossile, au même titre que l’Américain moyen?

La démarche de Jean-Robert Viallet a été inspirée par le livre de deux historiens, L’Événement Anthropocène, de Christophe Bonneuil et Jean-Baptiste Fressoz, devenu une référence essentielle pour qui veut comprendre ce qui nous arrive. Prenant toutes les mesures de «l’événement», les deux auteurs invitent aussi à une relecture critique du nouveau «grand récit» de l’Anthropocène. Ce récit, en forme d’épopée anthropologique globale d’un chasseur-cueilleur devenu «force tellurique», a eu le mérite d’accélérer la prise de conscience de la dégradation écologique et de dessiner la chronologie de ses étapes, qui suit l’histoire de l’énergie (char- bon, pétrole, nucléaire...), donc les deux siècles et demi de la modernité industrielle depuis la machine à vapeur jusqu’au Big Data.

Manque cependant à ce grand récit la désignation concrète des acteurs du changement: «nous», c’est le modèle de développement de l’homme occidental (la Chine, l’Inde, le Brésil, l’Indonésie faisant aujourd’hui partie des pays les plus émetteurs de CO2). Ce sont, plus encore, quelques industriels dont les intérêts financiers ont été constamment ménagés par les politiques publiques. C’est ainsi que, par exemple, on abandonna les tramways au profit de la voiture individuelle, on incita au chaffage électrique alors que, dès 1950, 80 % des chauffe-eaux en Floride fonctionnaient à l’énergie solaire... Aujourd’hui, le grand récit de l’Anthropocène, en continuant de mettre en scène le surplomb de l’homme face à la nature, pourrait lui-même se recycler en défense d’un illusoire «développement durable» et de la toute-puissance technologique de la géo-ingénierie. Vivre dans l’Anthropocène exige au contraire de renoncer aux certitudes de la science et à la maîtrise de la nature. «À l’heure de l’Anthropocène, concluent Christophe Bonneuil et Jean-Baptiste Fressoz, le fonctionnement de la Terre devient une affaire politique. »

La prochaine conférence de ce cycle, par Baptiste Monsaingeon, intitulée "Homo detritus et l’idéal trompeur d’un monde sans restes" sera bientôt en ligne sur Mediapart. 

Au Mucem, la prochaine conférence aura lieu le 18 mai prochain, à 19H, dans le grand anphithéâtre. Prononcée par Philippe Descola, professeur au Collège de France, elle aura pour titre "Penser la nature à l’heure de l’Anthropocène".

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la gauche devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Journal
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique
Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse
Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent