Billet de blog 26 oct. 2015

A Lille, « v’la les rouges qui débarquent ! »

Par Margaux Wartelle. Depuis 1986, la maison dispersée de santé de Lille Moulins invente une manière de travailler en collectivité, au bénéfice des patients les plus démunis. Près de trente ans après sa création, la structure innove toujours et attire de jeunes médecins. En privilégiant le lien social et le soin de qualité.

Caroline Coq-Chodorge
Journaliste à Mediapart

Par Margaux Wartelle. Depuis 1986, la maison dispersée de santé de Lille Moulins invente une manière de travailler en collectivité, au bénéfice des patients les plus démunis. Près de trente ans après sa création, la structure innove toujours et attire de jeunes médecins. En privilégiant le lien social et le soin de qualité.

© 

« Je viens ici depuis 30 ans. Les gens sont sympas, on s’y sent bien. Ma sœur, c’est pareil, alors qu’elle habite à Dunkerque ». Dans la salle d’attente aux couleurs chaudes, cette patiente vient pour une consultation sans rendez-vous. Et elle apprécie cette possibilité, rare en ville, surtout de 8h30 à 19h du lundi au vendredi sans interruption, et le samedi matin. En plein cœur du quartier populaire de Moulins, au sud de Lille, la maison de santé dispersée est installée dans une rue passante et animée, alignement typique de maisons de brique. Avec deux tiers de la population âgée de moins de 25 ans, ce quartier proche du centre-ville connaît des difficultés sociales: près de 30% de la population active est au chômage. Si les médecins ne manquent pas, la philosophie de la maison dispersée est unique. Ici, aucune affiche médicale punaisée au mur mais des livres pour enfants et de l’espace pour patienter. « Ce n’est pas un lieu agressif, c’est un même beau lieu », souligne Bertrand Riff, cofondateur de la maison de la santé. Il revendique une certaine « pratique politique de son métier ». Né de la « rencontre de deux médecins engagés » à gauche sans être encartés, l’établissement fait figure d’ovni dans la métropole. En 1986, l’accueil des confrères n’est pas des plus chaleureux. « V’la les rouges qui débarquent » auraient-on dit selon Bertrand Riff. 

Un lieu né de « la rencontre de deux médecins engagés »

Novatrice il y a 30 ans, la maison de santé dispersée a toujours un temps d’avance. Dans le Nord-Pas-de-Calais, « il n’y a que deux maisons de santé en territoire urbain » rapporte Laurent Verniest, médecin et président de la Fédération des maisons de santé du Nord-Pas-de-Calais. Une vingtaine sont installées en zone rurale, car c’est « une des façons de lutter contre les déserts médicaux », poursuit Laurent Verniest. A la maison dispersée, pas de désert médical mais des enjeux sociaux importants. Son équipe médicale est pluridisciplinaire : six médecins généralistes, deux orthophonistes, trois infirmières, deux psychologues. Ils ont également noué au fil du temps des relations avec des professionnels de santé et des associations du quartier. Une « médecine de qualité », à l’approche sociale, est prodiguée en concertation.

« Le temps de l’explication et de la pédagogie est très important »

Christine Schaubroeck, l’une des deux accueillantes de l’établissement, aide les patients à remplir les dossiers de CMU (Couverture maladie universelle), prend les rendez-vous chez les spécialistes, le radiologue, et « inscrit même parfois les enfants à la cantine ». Selon elle, les principaux obstacles à l’accès aux soins sont la barrière de la langue, la complexité de l’administration, la nécessité d’avoir une adresse postale… « Le temps de l’explication et de la pédagogie est très important, même si c’est chronophage pour nous » détaille Rachida Gallouj, jeune médecin généraliste arrivée dans la structure il y a six ans.

Et si « toute l’humanité est accueillie, du bac moins dix au bac plus dix », insiste-t-on, les patients bénéficient cependant à plus de 50% de la CMU, certains autres de l’AME (Aide médicale d’État, pour les étrangers en situation irrégulière). Alors, ici, on pense différemment. « Il y a une vraie transversalite entre médecins et auxiliaires para-médicaux. Et la relation  entre patients et professionnels est horizontale, on ne se place pas en "sachants" mais on essaye de comprendre leur vision du monde, voir là où ils en sont », explique Bérangère Donnet, médecin généraliste. Rassemblée dans la salle commune autour d’un déjeuner convivial, l’équipe paraît soudée. Comme dans toute maison de santé pluridisciplinaire, elle se rassemble de manière hebdomadaire et les dossiers médicaux des patients sont partagés. Cette communication permet une meilleure compréhension du profil des patients. En outre, tous ces professionnels partagent leur temps avec d’autres activités, toutes aussi engagées : l’Armée du Salut, une association d’hébergement d’urgence pour femme, un collectif d’aide pour les personnes transsexuelles… Les professionnels partagent une « envie et une éthique commune ». « La relation entre patients et professionnels est horizontale, on ne se place pas en "sachants"».

La structure n’a aucun mal à recruter. Jean, étudiant en médecine en stage de cinquième année, reconnaît une « vraie flexibilité dans le travail ». « Ici, on n’est pas captif de son métier, s’il y a le moindre empêchement, on peut s’organiser avec nos collègues ». L’aspect humain l’intéresse aussi : « il y a beaucoup de personnes en détresse psychologique qui viennent. Souvent il faut insister pour avoir le vrai motif de la consultation. Derrière un rhume anodin, se cache peut être un malaise psychique profond ». Pour les jeunes médecins, le caractère collectif de la pratique du métier est importante. Les maisons médicales, dans les zones rurales désertées comme dans les quartiers défavorisés, s’imposent comme une nouvelle forme d’exercice de la médecine libérale. Pour Cécile Fournier, jeune universitaire au CNRS dont la thèse porte sur les maisons de santé, « les frontières du métier bougent, et les jeunes professionnels veulent faire partie du mouvement ».

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À l’Assemblée, le RN s’installe et LFI perd la partie
Les députés ont voté mercredi la répartition des postes de gouvernance de l’Assemblée nationale, offrant deux vice-présidences au parti de Marine Le Pen. Privée de la questure qu’elle convoitait, La France insoumise a dénoncé les « magouilles » de la majorité, qu’elle accuse d’avoir pactisé avec la droite et l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Les contradictions de la défense de Damien Abad
Damien Abad est visé par une enquête pour « tentative de viol ». Questionné par BFMTV sur le témoignage de la plaignante, l’avocat du ministre a affirmé que son client ne la connaissait « absolument pas », ne sachant pas de « qui il s’agit ». Ce que contredisent plusieurs éléments obtenus par Mediapart. Contacté, Me Benoît Chabert revient sur ses propos.
par Marine Turchi
Journal — Santé
Gynécologues accusés de viols : le dialogue est rompu entre médecins et patientes
La secrétaire d’État et gynécologue Chrysoula Zacharopoulou est accusée de « viol » et de « violences » par des patientes, à la suite du professeur Daraï, qui fut son chef de service. Les gynécologues rejettent le terme de viol en cas d’examen gynécologique. Les militantes fustigent un déni des violences.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
Hôpital public : lettre ouverte à Monsieur le Président
A l’orée de cet été, la situation de l’hôpital public est critique. Nous sommes à la croisée des chemins. Depuis des mois l'hôpital public est sur le devant de la scène, après les 2 années de pandémie cet été s'annonce difficile. Nous adressons aux responsables politiques un point de vue de cadres et de soignants de proximité, investis dans l'hôpital, un bien commun, qu'il faut préserver, quoi qu'il en coûte.
par Fabienne dubeaux
Billet de blog
Innovation et Covid : demain, rebelote ?
La quiétude retrouvée dans nos pays n’est pas de bon augure. S’il y a résurgence du Covid, tout est en place pour revivre ce qui a été si cruellement vécu: l’injustice dans l’accès aux vaccins à l’échelon mondial et le formatage de la gestion de la pandémie au gré des priorités économiques des pays riches et intérêts financiers des firmes pharmaceutiques ... Par Els Torreele et Daniel de Beer
par Carta Academica
Billet de blog
Pour un service public de santé territorial 3/3
Publié sur le site ReSPUBLICA et écrit avec Julien Vernaudon, le premier volet de cet article donnait le contexte historique, le second une analyse de la situation actuelle des professionnels de santé de premier recours et de leur évolution. Ce troisième et dernier volet propose la création d'un vaste et nouveau service public se santé territorial.
par Frédérick Stambach
Billet de blog
« Very bad trips » à l’Organisation mondiale du commerce
20 mois et 6 jours de négociations à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour finalement acter, une nouvelle fois, que le commerce prime sur la santé. L’OMC et l’Union européenne (UE) se gargarisent aujourd’hui d’un accord sur la levée temporaire des brevets (TRIPS) sur les vaccins anti-COVID.
par Action Santé Mondiale