n'est pas expatrié(e) qui veut

Depuis quelque temps les téléspectateurs de TV5 monde se voient sollicités de répondre au sondage effectué par un certain Mondissimo intitulé « Expatriés, votre vie nous intéresse ». On se sent tout de suite flatté par l’intérêt porté dans la mère patrie à notre sort. Mais qui n’est ni cadre ni étudiant de haut vol doit vite déchanter 

Depuis quelque temps les téléspectateurs de TV5 monde se voient sollicités de répondre au sondage effectué par un certain Mondissimo intitulé « Expatriés, votre vie nous intéresse ». On se sent tout de suite flatté par l’intérêt porté dans la mère patrie à notre sort. Mais qui n’est ni cadre ni étudiant de haut vol doit vite déchanter : la mention « « Cette étude s’adressant aux personnes exerçant une activité professionnelle ou poursuivant leurs études à l’étranger, nous sommes au regret de ne pouvoir vous interroger. Nous vous remercions de votre participation. »a tôt fait de vous remettre à votre place d’émigrant sans visage ne bénéficiant pas du statut prestigieux d’ »expatrié ». Le sens de ce mot a été tout bonnement détourné de celui qui renonce à sa patrie pour une raison ou l’autre au bénéfice de celui qui se rend temporairement à l’étranger pour s’enrichir financièrement (suivez mon regard) ou culturellement (les étudiants). O certes, pourquoi vouloir participer à des sondages douteux aux visées ouvertement marchandes : le portail d’accueil en effet est parsemé de « sponsors » et évidemment ne comporte aucune rubrique « qui sommes-nous ? » pour qui naïvement voudrait savoir à qui il a affaire. Mais la curiosité de savoir ce que l’on peut bien vouloir savoir de nous l’emporte parfois et plus d’un visiteur se sera senti rejeté de l’échantillon « cible » : chômeurs, retraités, femmes ou hommes au foyer, plongeurs de restaurant , curés missionnaires … allez vous faire voir, votre vie ne nous intéresse pas, vous n’êtes pas des expatriés !

En fait il s’agit de la préparation d’un congrès qui aura lieu fin mars à Paris et les commanditaires sont deux sociétés (loueur de voitures, déménageur) et un organisme (CFE). Rien de bien surprenant donc : vu de Paris, seuls les agents économiques détachés sont susceptibles d’être concernés par leurs services. Cela démontre si besoin en était la focalisation sur le facteur économique qui éclipse tout aspect humain et  débouche sur une forme de discrimination sociale au même titre que les personnes âgées, les sans-papiers, les marginaux…

Au cas où vous soyez heureux membre du groupe-cible, voici le lien : http://www.mondissimo.com/ 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.