AG populaire Réelle Démocratie Maintenant à Bastille ce mercredi 12 mars 2014

« Indignés » pour la réelle démocratie maintenant...

1. Nous sommes effectivement par principe apartitaires, a-religieux, a-syndicalistes, etc. Ça, nous pouvons l'argumenter, le discuter, essayer de faire accepter cette vision des choses qui veut démarrer de la base, horizontale, sans idéologie et sans leader. Ok. Oui. Bon... Mais...
Mais...
une autre chose est de laisser réprimer et persécuter des gens, des habitants, des familles, des enfants, des femmes, des vieillards, des manifestants, des travailleurs, des chômeurs, des militants, nos semblables en lutte pour les droits les plus légitimes des êtres humains (la libre circulation des personnes et des idées, un revenu digne et décent pour tous dès la naissance)... et les livrer à une mort certaine au prétexte qu'ils pourraient en tout ou en partie appartenir à un parti, une religion, un syndicat, etc. Tout le monde a droit à vivre y compris les gens ayant des engagements, des croyances, des convictions, des modes de vie et de pensée qui ne sont pas les nôtres.
Et...


Police in action, Toronto June 26 2010 during G20 SummitPhoto: warphotographer


Et...

2. D'autre part, bien entendu, avec Occupy, Somos 132, 15M, Via22, Anonymous, nous dénonçons les évidents jeux cyniques des nations, unies ou pas, pour l'hégémonie de leurs grandes entreprises dans les rivalités capitalistiques et leurs courses effrénées à la suprématie mondiale, masquées éhontément derrière leurs hypocrites raisons affichées comme droits-de-l'hommistes, ok. Oui. Bon... Mais...
Mais...
une autre chose encore est de rester sourd aux appels de nos semblables, des militants, des chômeurs, des travailleurs, des manifestants, des vieillards, des femmes, des familles, des habitants, des enfants, des gens livrés à une mort certaine au prétexte que leur défense conforterait les propagandes des Nations-Unies ou de quelque nation, religion ou parti qui soit. Il est impossible à un mouvement qui se déclare "indigné" d'abandonner ceux qui luttent pour leurs droits, ceux qui n'ont pas de droits, ceux qui perdent leur vie par manque d'implication des peuples à leurs côtés.

Le peuple syrien, victime collatérale des craintes de la Russie

(photo AFP)

Je propose de déclarer immédiatement, entièrement et sans condition notre solidarité, spontanée, pleine et inconditionnelle avec chacune de toutes les populations en lutte pour leurs légitimes droits... et je demande l'inscription de cette déclaration de soutien de principe en préalable de la charte RDM-Paris aux fins d'engagements ultérieurs (convois humanitaires, actions, manifestations...).

Jean-Jacques M’µ

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.