JJMU
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Les Invisibles d’Avignon

Suivi par 6 abonnés

Billet de blog 17 juil. 2011

JJMU
Édition de livres, poésie engagée, littérature, éducation populaire, enseignement, formation, stages, ateliers d'écritures, théâtre de l’opprimé
Abonné·e de Mediapart

«Ne laissez personne vous faire croire que nous ne sommes pas faits pour vivre ensemble»

 On ne voit plus de conteurs dans les rues, les places et les jardins d’Avignon, pendant le festival.

JJMU
Édition de livres, poésie engagée, littérature, éducation populaire, enseignement, formation, stages, ateliers d'écritures, théâtre de l’opprimé
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il était une fois les conteurs © Dominique Gros /Muriel Bloch, 2000

On ne voit plus de conteurs dans les rues, les places et les jardins d’Avignon, pendant le festival. Dans les années 1970, par beau temp, les désœuvrés, les résidents, les désargentés pouvaient s’asseoir les écouter au hasard de leurs promenades : tout le talent, tout le plaisir reposait sur la manière de s’arranger des lieux, du chant des cigales, du souffle du mistral et, même, des quolibets qui sortaient de l’assistance, pardon : de l’auditoire. Griots africains, chistes ibériques, refranes sépharades, sentences hassidiques, versets arabes, cette profusion compensait les cadres de pierre de l’art officiel. Les conteurs les plus jeunes nourrissaient leurs récits des travaux de Peter Book, d’Ariane Mnouchkine et de Jean-Claude Carrière. Il s’agissait toujours de revenir à l’essentiel d’un récit, par les moyens minimaux les plus concentrés : la voix, le corps, quelques instruments élémentaires pour rythmer l’intérêt.

Quarante ans plus tard, les rues, les places et les jardins sont cédés à des marchands, des bouquinistes, des limonadiers, et c’est au fond de salles de classes ou de hangars réaménagés en lieux de représentation qu’on va assister aujourd’hui, en rangs d’oignons, à une heure de conte selon les standards formatés dans les règles d’un art festivalier qui s’éloigne de plus en plus du rapport étroit entre celui qui dit et ceux qui écoutent – et qui peuvent répondre. Même jeunes, les publics sont sous l’influence des effets à grands spectacles, alors, si peu que ce soit, la régie se croit obligée de donner du son et lumière ; et les bruitages, les musiques enregistrées, les cadrages de couleurs visent à transporter les imaginaires vers des ailleurs exotiques et des temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître.

Les conteurs se cherchent

Parfois, c’est avec des tissus que l’art des premiers contes reprend de son lustré ; le conteur se change à vue, et il arrive que ses changements parviennent à métamorphoser un espace que d’obscures raisons de sécurité ont pourtant aligné en attachant les chaises entre elles. Le rêve opère ainsi, avec Kamel Zouaoui, quand il raconte Nasredine le Hodja. L’intérêt se perçoit par quelques échanges incisifs où les contes révèlent la nécessaire connivence, mi-figue mi-raisin, parce que prévisibles, de père à fils, de maître à initié, qu’entretiennent entre eux les avis et les conseils de ces morales sceptiques plusieurs fois séculaires(1).

Les conteurs se trouvent

D’autres fois, c’est par l’outrance de l’excroissance que le conte devient jeu d’acteur. Les saynètes alignent les variations sur les thèmes éternels de la fidélité entre l’amitié et l’amour. Le conte se transforme en tableaux illustrés de chansons. Les proéminences, nasales, de popotin ou de tétons, les musiques décalées, de séduction ou de rupture, exagèrent des philosophies de jeux de dominos, où chacun s’appuie sur l’autre pour le pousser autre part :

– Écoute... un être comme toi n’est supportable que s’il est humble... Je pourrais même te trouver un peu sympathique si tu souffrais, mais jamais je ne te pardonnerais d’être heureux.

– J’ai trouvé la perle. Je ne devrais avoir aucun mal à me convaincre que je l’aime.

Le jeu transforme la fable sur deux tons. L’ami qui s’offre en cadeau, la femme extasiée devant un frigo plein, le mari doutant de son désir... tous ces sujets prennent pour motifs les serments à l’éternité, les aveux déclarés, les toujours et les jamais, et les chœurs accélèrent les mouvements. Les personnages se racontent (ils se la racontent) avec Yaacobi et Leidental, de Hanokh Levin(2).

Jean-Jacques M’µ

(1) Les pas sages d’un fou ou quelques aventures de Nasredine le Hodja, par Kamel Zouaoui au Collège de la Salle, Place Pasteur, Avignon, jusqu'au 31 juillet 2011.

(2)

Yaacobi et Leidental, comédie mordante

de Hanock Levin traduit de l’hébreux par Laurence Sendrowicz, par la compagnie Arthéma mis en scène d’Henri Bonnithon avec David Levadoux, Anne-Marie Vidal, Alain Vidal, et des musiques d’Alain Territo, à la Salle Roquille, 3, rue Roquille, Avignon, jusqu'au 31 juillet 2011 à 20h.

(3) Le titre de ce billet est la reprise de la fin du spectacle de Kamel Zouaoui :

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique du Sud
Dans le sud du Brésil, l’agrobusiness a profité du mandat de Bolsonaro
Dans un Brésil en pleine campagne présidentielle, avant le premier tour dimanche 2 octobre, la déforestation et les conflits autour de la terre sont plus que jamais synonymes de violences pour les populations autochtones. Reportage au Mato Grosso do Sul.
par Jean-Mathieu Albertini
Journal — Amériques
Brésil : une nouvelle ruée vers l’or ravage le territoire Yanomami
Dans l’État de Roraima, quarante ans après une première ruée vers l’or, les orpailleurs illégaux sont de retour en masse dans le territoire Yanomami, favorisés depuis l’arrivée au pouvoir de Jair Bolsonaro. À la veille de l’élection présidentielle, les orpailleurs tentent de pousser leur avantage.
par Jean-Mathieu Albertini
Journal — Agriculture
Politique de l’eau : il faudra « passer par des interdictions »
La carte n’a pas bougé depuis cet été : 93 départements sont toujours en alerte sécheresse et de nombreux arrêtés empêchent les prélèvements d’eau habituels. L’agriculture pourra-t-elle continuer de consommer comme avant ? Entretien.
par Amélie Poinssot
Journal — Agriculture
Changeons cette agriculture prédatrice
L’été est terminé. Mais la sécheresse continue. Les nappes souterraines mettront des mois à retrouver leur niveau normal. Il est temps de réduire la consommation d’eau de l’agro-industrie. Parti pris en vidéo.
par Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff
Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica
Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon