Billet de blog 1 févr. 2013

Transition énergétique: ça sent trop le gaz

Un arrêté ministériel vient d'autoriser la société Direct Energie Génération à construire en Bretagne une centrale au gaz pour produire de l'électricité, un projet dont «la pertinence économique, sociale et environnementale (...) n’est absolument pas démontrée». Par Anne-Marie Boudou, conseillère régionale en Bretagne, Pascal Durand, secrétaire national EELV, Guy Hascoët, président du groupe EELV au conseil régional de Bretagne et Yannick Jadot, député européen.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un arrêté ministériel vient d'autoriser la société Direct Energie Génération à construire en Bretagne une centrale au gaz pour produire de l'électricité, un projet dont «la pertinence économique, sociale et environnementale (...) n’est absolument pas démontrée». Par Anne-Marie Boudou, conseillère régionale en Bretagne, Pascal Durand, secrétaire national EELV, Guy Hascoët, président du groupe EELV au conseil régional de Bretagne et Yannick Jadot, député européen.


A quelques semaines de l'ouverture des débats sur la transition énergétique, les processus d'implantation d'infrastructures de production électrique se poursuivent partout en France, comme si de rien n’était. En Bretagne, sous l’impulsion du conseil régional, le Pacte électrique breton qui prévoit une centrale gaz à 450 millions d'euros à la pointe Finistère constitue un cas d'école. Il s’agit d’un projet initié par l'Etat, piloté de fait par Jean-Yves Le Drian, ancien président de la région.
Le 10 janvier 2013, un arrêté ministériel a autorisé la société Direct Énergie Génération à construire une centrale gaz d'une capacité de production de 446 MW. Dans le même temps où cet arrêté était publié au Journal Officiel, le collectif citoyen Gaspare (Garantir l’avenir solidaire par l’autonomie régionale énergétique), qui conteste ce projet, présentait un projet alternatif élaboré par Horizon, un bureau d'études indépendant.
Ce scénario alternatif pour le plan électrique de la Bretagne s'appuie sur des éléments et des hypothèses issues des dernières projections de RTE, du Pacte électrique breton et des premiers documents du schéma régional Climat air énergie (SRCAE). Il démontre clairement l’inutilité de cette centrale gaz. La démonstration s’appuie sur des données incontestables qui prennent en compte tant les évolutions de consommation que différents éléments liés au développement des énergies renouvelables et à l’optimisation des équipements existants. Le scénario alternatif fait diminuer de 37 % les émissions de gaz à effet de serre, au lieu de 18 % avec le projet de centrale gaz. En outre, la fragilité économique du projet conduirait les Bretons, faute de rentabilité, à verser une rente de 40 millions d’euros par an aux exploitants!
A ce jour, la pertinence économique, sociale et environnementale de ce projet n’est absolument pas démontrée.
Dans un contexte de transition énergétique, l’urgence est bien à une remise à plat d’un Pacte électrique Breton concocté dans les services de la préfecture et du conseil régional, sans réel débat public. Il s’agit donc de mener ce débat public en y permettant une confrontation des différents scénarios, présentés avec une réelle transparence des données d’analyse ainsi qu’avec une prise en compte des impacts des différents projets, que ce soit en termes de créations d’emplois durables, de conséquences environnementales et sanitaires ou de réduction des émissions de gaz à effet de serre.
Passons du diktat au dialogue, maintenant.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Laurent Joly : « Zemmour a une capacité à inverser la réalité des faits »
Ce soir, deux historiens répondent aux falsifications de l’histoire du candidat Éric Zemmour. Laurent Joly, spécialiste de l’antisémitisme et du régime de Vichy et auteur de « La Falsification de l’Histoire », est notre invité. Entretien également avec Serge Klarsfeld, cofondateur de l’association « Fils et filles de déportés juifs de France ».
par à l’air libre
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal
Julian Assange garde un espoir de pouvoir contester son extradition
La Haute Cour de justice de Londres a autorisé les avocats du fondateur de WikiLeaks à déposer un recours devant la Cour suprême contre la décision des juges d’appel qui avaient autorisé son extradition vers les États-Unis.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien
Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica
Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Génocide. Au-delà de l'émotion symbolique
Le vote de la motion de l'Assemblée Nationale sur le génocide contre les ouïghours en Chine a esquivé les questions de fond et servira comme d'habitude d'excuse à l'inaction à venir.
par dominic77