Billet de blog 1 juil. 2009

Mayotte, 101e département de la République, zone de non droit pour les migrants

La «patrie des droits de l'homme» comporte encore sur son territoire des zones de non droit à un point tel que la responsabilité administrative et pénale du ministre de l'Immigration, Eric Besson, et de l'administration préfectorale, est susceptible d'être engagée, expliquent Emmanuel Daoud, avocat, et Marlène Joubier, juriste, dans la tribune qu'ils nous ont fait parvenir.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La «patrie des droits de l'homme» comporte encore sur son territoire des zones de non droit à un point tel que la responsabilité administrative et pénale du ministre de l'Immigration, Eric Besson, et de l'administration préfectorale, est susceptible d'être engagée, expliquent Emmanuel Daoud, avocat, et Marlène Joubier, juriste, dans la tribune qu'ils nous ont fait parvenir.

-------------------------------------------------------------------

© 

Mayotte, île en plein cœur de l'Océan Indien, située dans l'archipel des Comores, terre d'espoir et de refuge pour de nombreux comoriens, «accueille» chaque année de plus en plus de migrants en provenance des Etats voisins dans le centre de rétention administrative de Pamandzi.
Des étrangers en situation irrégulière, interpellés, s'y agglutinent chaque jour, plaçant le centre en situation de surpopulation. On y parle de «situation exceptionnelle», pourtant elle perdure depuis longtemps.
On y entasse des hommes, des femmes, des enfants parfois isolés, dans des conditions insalubres et précaires. Surpopulation, dégradation des locaux, manque d'hygiène, de lumière sont souvent dénoncés par les associations.
La France a pourtant ratifié de nombreuses conventions internationales protectrices des droits fondamentaux, reconnaissant le droit de chaque être humain au respect de sa dignité: Pacte des Nations Unies relatif aux droits civils et politiques, Convention européenne des droits de l'homme, Convention de New York sur les droits de l'enfant ...
Force est toutefois de constater que la «patrie des droits de l'homme» comporte encore sur son propre territoire des zones de non droit à un point tel que la responsabilité administrative et pénale de l'actuel Ministre de l'Immigration, Eric Besson, et de l'administration préfectorale, est susceptible d'être engagée.
En effet :
Le Code d'entrée et de séjour des étrangers et du droit d'asile (CESEDA) prévoit un certain nombre de normes dans les centres de rétention administrative dont le respect s'impose aux autorités publiques.
La Convention européenne des droits de l'homme, dans son article 3, consacre, par ailleurs, l'une des valeurs fondamentales de toute société démocratique en prohibant toute forme de torture et de traitements inhumains ou dégradants.
Sans aller jusqu'à qualifier de telles conditions de rétention de «torture blanche», elles apparaissent, incontestablement, comme contraires au respect de la dignité humaine. La souffrance et l'humiliation subies par les personnes retenues n'apparaissent justifiées par aucun motif légitime d'ordre public ou de sécurité.
Ces instruments juridiques prohibant toute forme d'inhumanité ne sont pas appliqués et respectés sur le territoire français, et en particulier, à Mayotte.
Plusieurs voix se sont élevées, tant dans le milieu associatif qu'institutionnel, pour dénoncer une situation que certains qualifient d' «indigne de la République», terme déjà employé par Alvaro Gil Roblez, ancien commissaire européen aux droits de l'homme, dans son rapport de 2005, pour qualifier les «souricières» du Palais de justice de Paris.
De telles conditions «d'accueil» de personnes particulièrement vulnérables ont déjà été déplorées par la Commission nationale de déontologie et de sécurité, dans son avis du 14 avril 2008. De son côté, Dominique Versini, défenseur des droits de l'enfant a également lancé un cri d'alarme, dénonçant la présence d'enfants isolés dans ces centres.
La situation est alarmante. Les associations de droits des étrangers ont également interpellé les pouvoirs publics, notamment la Cimade qui dispose, par convention avec l'Etat, de bureaux dans les centres de rétention administrative métropolitains avec une mission d'assistance juridique et d'information, mais qui n'a cependant pas pu obtenir d'habilitation sur l'île de Mayotte.
Jean-Marie Delarue, contrôleur général des lieux de privation de liberté, créé suite à la ratification du Protocole facultatif à la Convention des Nations Unies contre la torture de 1984, a déclaré, en décembre dernier, que «la situation du centre de rétention de Pamandzi est préoccupante».
A l'heure où Mayotte devient le 101e département de la République française, il est inadmissible qu'une telle situation perdure sur notre territoire au mépris du respect des droits fondamentaux et dans le silence coupable, l'incurie et l'hypocrisie des pouvoirs publics.

Emmanuel DAOUD
Avocat à la Cour
Marlène JOUBIER
Juriste

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
Des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils et elles se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants, très actifs sur les réseaux sociaux.
par Caroline Boudet
Journal — France
Une peine de prison aménageable est requise contre François Fillon
Cinq ans de prison dont quatre avec sursis, la partie ferme étant « aménagée sous le régime de la détention à domicile », ainsi que 375 000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité ont été requis lundi 29 novembre contre François Fillon à la cour d’appel de Paris.
par Michel Deléan
Journal — France
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Faire militance ou faire communauté ?
Plus j'évolue dans le milieu du militantisme virtuel et de terrain, plus il en ressort une chose : l’impression d’impuissance, l’épuisement face à un éternel retour. Il survient une crise, on la dénonce à coups de critiques et d’indignation sur les réseaux, parfois on se mobilise, on tente tant bien que mal d’aider de manière concrète.
par Douce DIBONDO
Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c
Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Penser la gauche : l'ubérisation des militant·e·s
Les mouvements politiques portent l’ambition de réenchanter la politique. Pour les premier·e·s concerné·e·s, les militant·e·s, l’affaire est moins évidente. S’ils/elles fournissent une main d’oeuvre indispensable au travail de terrain, la désorganisation organisée par les cadres politiques tendent à une véritable ubérisation de leurs pratiques.
par Nicolas Séné