Billet de blog 2 mars 2011

Monsieur El Karoui, quittez l'Institut des cultures d'Islam

Militants, artistes, intellectuels, une quinzaine de personnalités lancent un appel à la démission d'Hakim El Karoui, nommé l'an dernier par Bertrand Delanoë à la tête de l'établissement culturel, et dont Mediapart a révélé les notes adressées à Ben Ali jusqu'au jour de son départ.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Militants, artistes, intellectuels, une quinzaine de personnalités lancent un appel à la démission d'Hakim El Karoui, nommé l'an dernier par Bertrand Delanoë à la tête de l'établissement culturel, et dont Mediapart a révélé les notes adressées à Ben Ali jusqu'au jour de son départ.

----------------

Hakim El Karoui, banquier chez Rothschild, nommé président de l'Institut des cultures d'islam par le maire de Paris, Bertrand Delanoë, en mai 2010, a prodigué des conseils au dictateur Ben Ali, les jours précédant son départ, alors que le régime réprimait dans le sang les manifestations pacifiques de la révolution tunisienne.

Mediapart, dans son article du 8 février 2011, intitulé «L'ex-plume de Raffarin a conseillé Ben Ali jusqu'au bout», a révélé l'existence de deux notes signées de la main d'Hakim El Karoui et adressées à «Son Excellence Ben Ali».

Le banquier, fondateur du très sélect cercle de jeunes dirigeants Club XXIe siècle, y prodigue quelques conseils pour gérer la crise, alors que le régime est en train de vivre ses derniers jours. La première est datée du 12 janvier. La seconde a été écrite le 14 au matin, quelques heures à peine avant la fuite du dictateur.

Le franco-tunisien El Karoui propose alors à Ben Ali de «changer profondément» son gouvernement et ses conseillers. Il lui propose de «donne(r) un signal clair et fort» en désavouant «ceux qui, se revendiquant de (son) entourage, sont à l'origine du sentiment d'injustice» – allusion au clan de son épouse, les Trabelsi, détestés par la population. Il lui conseille également d'«envoyer un message de compassion aux familles des victimes», et croit bon d'appuyer son propos en reprenant le discours sécuritaire du président: «Même s'il y a de la manipulation, même s'il y a des terroristes inflitrés (sic), vous êtes le Père de la Nation (en gras dans le texte) et le Père de la Nation doit être aux côtés de ses fils quand ils souffrent.» De plus, il joue de manière cynique sur la corde religieuse en conseillant à Ben Ali de mener «une prière à la Grande mosquée de Carthage, pour la Tunisie et pour ses fils».

Hakim El Karoui a voulu jouer le conseil du prince soutenant le régime dictatorial de Ben Ali dont le bilan des répressions s'élève à 219 morts. Les agissements de M. El Karoui sont contraires à notre vision de la morale et de l'éthique politique. Ses actes dénotent une compromission avec un pouvoir corrompu et violent, et trahissent la lutte exemplaire de la jeunesse tunisienne. Ils sont totalement incompatibles avec l'exercice de responsabilités au sein d'un Institut qui a vocation à permettre l'affirmation d'un islam empreint des valeurs de dignité, d'éthique, de justice et de liberté.

Pour toutes ces raisons, nous exigeons la démission d'Hakim El Karoui du poste de Président de l'ICI, ainsi que des excuses publiques au peuple tunisien pour son soutien au régime de Ben Ali.
Nous réclamons du maire socialiste de Paris, Bertrand Delanoë, la nomination à la présidence de l'ICI d'une personne intègre et légitime pour favoriser la réflexion et l'échange, dans un esprit de modernité et d'ouverture.

Premiers signataires

Mohamed Abbou,avocat tunisien et défenseur des droits de l'homme, Raphaël Liogier, directeur de l'Observatoire du religieux, Sihem Bensedrine, journaliste tunisienne et défenseuse des droit de l'homme, Association des musulmans de l'ouverture, AMO (Paris, quartier Goutte d'Or), Rokhaya Diallo, chroniqueuse et militante associative, Omar Mestiri, secrétaire général du Conseil national pour les libertés en Tunisie (CNLT), Nadia Marzouki, chercheuse en sciences politiques sur l'islam, Nahla Chahal, sociologue et chroniqueuse au quotidien Al Hayat, Rachid Id Yassine, sociologue (sciences sociales des religions et islamologie EHESS / CADIS), Thierry Paquot, philosophe, Frédéric Sarkis, enseignant chercheur, membre fondateur de Sortir du Colonialisme, Myriam Marzouki, metteur en scène, professeur de philosophie, Yassine Saadi, consultant international et porte parole de la coordination maghrébine pour l'instauration de la démocratie et les libertés, Essia Skhiri, romancière et traductrice tunisienne, Hadjar Aouardji, docteur ès sciences politiques de l'IEP de Paris, Leyla Dakhli, historienne, Abdellah Hammoudi, anthropologue marocain et professeur à l'université de Princeton (USA), Mohamed Ouerfelli, maître de conférences en histoire médiévale à l'université de Provence (Aix-Marseille 1), Farouk Mardam Bey, éditeur, Chérif Ferjani, professeur des universités (Lyon II), Jihane Sfeir, professeure à l'Université libre de Bruxelles, François Geze, président-directeur général des éditions La Découverte, Kamel Barkaoui, professeur au conservatoire national des arts et métiers (Paris), Hedi Daboussi, professeur émérite à l'université de Picardie, Kais Karoui, chef d'entreprise en Tunisie, Khaled Najar, écrivain éditeur, Omar Gasmi, avocat, Paul Balta, écrivain, journaliste, Ahmed Manai, (ITRI), auteur de Supplice tunisien, le jardin secret du général Ben Ali, Aboubakr Chraibi, universitaire (Paris), Bassam Tayara, chef du bureau de Paris du quotidien Al-Akhbar, Elie Carasso, professeur de philosophie, Mohamed Adel Trabelsi, réalisateur, Steven Duarte, ancien enseignant à l'ICI, Eddie Aubin, consultant et entrepreneur social & solidaire, Lotfi Larouchi, médecin cardiologue, Abd Raouf Chouikha, maître de conferences Universite Paris 13, Djilali Kadid, artiste-peintre et écrivain, Abel Zouani, journaliste, Soraya Tlatli, professeur, Université de Berkeley (USA), Claire Riffard, enseignante, Université Joseph Fourier (Grenoble), Sabrina Mervin, chargée de recherche au CNRS, Jean-Loup Amselle, directeur d'études à l'EHESS...

Et des élu-e-s:

Cécile Duflot, Secrétaire nationale d'Europe Ecologie Les Verts (EELV),Ian Brossat, président du groupe PCF/PG au Conseil de Paris, membre du Conseil d'administration de l'ICI, Eric Coquerel, Secrétaire national aux relations unitaires et aux élections du Parti de gauche, Yves Contassot, conseiller de Paris,Danielle Fournier, conseillère de Paris EELV, membre du Conseil d'administration de l'ICI, Sabri Haddad, conseiller fédéral PS de Seine-Saint-Denis, Magali Chastagner, adjointe PCF au maire du 18e arrondissement, Alain Lhostis, conseiller de Paris, Gérald Briant, adjoint PCF au maire du 18e arrondissement, Nabila Keramane, conseillère régionale d'Île-de-France, Europe Écologie Les Verts, Jamel Gharbi, conseiller régional PS Pays-de-la-Loire, Emmanuelle Becker, conseillère PCF de Paris, Sylvain Garel, coprésident du groupe EELV au Conseil de Paris, Aissaoui Ali, conseiller municipal de la ville de Reims, Jérôme Gleizes, responsable de la commission transnationale Europe Écologie Les Verts, Nayla Romdhani, adjointe au maire de Cergy...

Pour rejoindre cet appel: demission.karoui.ici@gmail.com

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey
Journal
Verlaine Djeni, le drôle d’« ami » de Marine Le Pen et Rachel Khan
La candidate du RN et l’écrivaine macroniste ont déjeuné ensemble au domicile de la première, en avril 2021. Les deux femmes ont été mises en relation par ce blogueur d’extrême droite, ancien militant LR, condamné pour détournement de fonds publics.
par Michel Deléan
Journal — Migrations
Un passeur algérien raconte son « business » florissant
En 2021, de nombreuses personnes ont tenté de quitter l’Algérie et rejoindre l’Europe par la mer, débarquant à Almeria, Carthagène ou aux Baléares. Dans le sud de l’Espagne, Mediapart s’est s’entretenu longuement avec un de ces « guides » qui déposent les « harraga » (exilés) en un aller-retour. 
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz
Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves