Billet de blog 2 nov. 2014

Solidarité avec les opposants au barrage de Sivens, non à la criminalisation des mouvements sociaux

Plusieurs associations, parmi lesquelles Attac-France, CADTM-Maroc, la Fondation Franz Fanon ou encore la Ligue tunisienne des droits de l'Homme, réunies ce samedi à Tunis, ont lancé un appel pour exprimer « leur solidarité avec les éco-activistes français et les organisations de la société civile dans leur lutte contre le projet de construction d’un barrage inutile, à Sivens ». « Nous demandons au gouvernement français d’arrêter les projets qui détruisent la nature et aggravent le changement climatique », déclarent-elles notamment.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Plusieurs associations, parmi lesquelles Attac-France, CADTM-Maroc, la Fondation Franz Fanon ou encore la Ligue tunisienne des droits de l'Homme, réunies ce samedi à Tunis, ont lancé un appel pour exprimer « leur solidarité avec les éco-activistes français et les organisations de la société civile dans leur lutte contre le projet de construction d’un barrage inutile, à Sivens ». « Nous demandons au gouvernement français d’arrêter les projets qui détruisent la nature et aggravent le changement climatique », déclarent-elles notamment.


Hommage à Rémi Fraisse

Solidarité avec les opposants au barrage de Sivens

Non à la criminalisation des mouvements sociaux

Tunis le 1er novembre

Français, English below 

Nous, organisations du Conseil International du Forum Social Mondial réunies à Tunis les 1er et 2 novembre, expriment leur solidarité avec les éco-activistes français et les organisations de la société civile dans leur lutte contre le projet de construction d’un barrage inutile, à Sivens dans le Sud-Ouest de la France. 

Dans la nuit du 25 et 26 octobre, Rémi Fraisse, âge de 21 ans, a été tué par une grenade de la police au cours d’affrontements extrêmement violents. 

Depuis plusieurs mois, les activistes ont décidé d’occuper la forêt où le barrage doit être construit. Ils ont fait face à une violente repression de la police depuis le démarrage des travaux et la destruction de la zone humide. Ils ont alerté les autorités mais les décideurs locaux et le gouvernement ont choisi d’imposer leur choix par la force. Remi est mort après un rassemblement non-violent de 5000 personnes demandant aux autorités locales et au gouvernement de stopper le projet. 

Pourtant un rapport demandé par la Ministre de l’environnement en réponse à la lutte critique très fortement le projet.

Un an avant la conférence de l’ONU sur le climat à Paris en décembre 2015, nous demandons au gouvernement français d’arrêter les projets qui détruisent la nature et aggravent le changement climatique, et de soutenir les initiatives et solutions qui émergent des sociétés au lieu de telles absurdes destructions.

Nous sommes très inquiets de cette criminalisation des mouvements sociaux et écologistes ; elle illustre la radicalisation des stratégies des élites pour la capture des ressources naturelles. 

Liste des signataires :

ABONG, Association brésilienne d’ONG, Brésil

AITEC, France

ARCI, Italie

ASC (Aliajnza Social Continental), Mexique

ATFD, Tunisie

ARCI, Italie

Attac- France

Attac-Germany

CADTM, Maroc

Commission Justice et paix, Brésil

CRID (Centre de Recherche international pour le développement)

CUT, Brésil

DEBO, Tunisie

ENDA Tiers monde, Sénégal

EEC, Tunisie

FGESRS/UGTT, Tunisie

FIDES, Tunisie

FDIH, Brésil,

FMAS, Forum marocain des alternatives sociales, Maroc

Fondation Franz Fanon,

FTDS, Tunisie,

Global Social Justice, Belgique

IAI, International alliance of inhabitants, Italie

IBASE, Brésil

LJO, Lyban Juges Organization, Lybie

LTDH, Tunisie

No Vox International

Papiers pour tous, Maroc

PNGO, Palestinian NGOs Network, Palestine

Réseau Doustourna, Tunisie

ROAD, Côte d’Ivoire

Transform, Europe

Unialter, Canada

CRID (Centre de Recherche international pour le développement)

WSF, Forum social mondial, Tunisie

We, the undersigned organisations of the International Council of the World Social Forum, gathered in Tunis on 1st of november, stand in solidarity with the French eco-activists and the civil society organizations in their struggle against the useless dam which is about to be built in Sivens, south west of France.

In the night of the 25th to the 26th of October, Remi Fraisse, 21 years old, was killed by a police grenade during an extremly violent attack.

For many months, the activists decided to occupy the forest where the dam is supposed to be built. They've faced a violent police repression since the beginning of the dam construction and the destruction of the wetland. They have alerted the authorities, but the local decision-makers as well as the government chose to impose their choice by force. Remi died after a non violent rally of 5 000 people urging local authorities and the government to stop the project.

Yet a report commissioned by the Minister of environment in response to the struggle  strongly criticises the project.

One year before the UN climate conference on climate foreseen in Paris, December 2015, we urge the French Government to stop all these projects that destroy Nature and worsen climate change, and to support the people’s solutions instead of such absurd destructions.

We are very concerned by this criminalization ot social and ecological mouvements that underlines the radicalization of the elites’ strategies to capture natural resources.

List of signatories.

ABONG, Association brésilienne d’ONG, Brésil

AITEC, France

ATFD, Tunisie

Attac-France

Attac-Germany

CADTM, Maroc

Commission Justice et paix, Brésil

CRID (Centre de Recherche international pour le développement)

CUT (Centre unique des travailleurs), Brésil

DEBO, Tunisie

EEC, Tunisie

FGESRS/UGTT, Tunisie

FIDES, Tunisie

FDIH, Brésil,

FMAS, Forum marocian des alternatives sociales, Maroc

Fondation Franz Fanon,

FTDS, Tunisie,

Global Social Justice, Belgique

IAI, International alliance of inhabitants, Italie

IBASE, Brésil

LJO, Lyban Juges Organization, Lybie

LTDH, Tunisie

No Vox International

Papiers pour tous, Maroc

PNGO, Palestinian NGOs Network, Palestine

Réseau Doustourna, Tunisie

ROAD, Côte d’Ivoire

Transform, Europe

Unialter, Canada

CRID (Centre de Recherche international pour le développement)

WSF, Forum social mondial, Tunisie

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Dans les Ehpad du groupe Orpea, des CDI introuvables
D’après nos informations, des recrues du groupe privé de maisons de retraite doivent, en France, se contenter de signer des CDD au motif qu’il s’agirait de remplacer des salariés en CDI. Or, dans bien des cas, ces salariés n’existeraient pas. Le groupe dément toute irrégularité, assurant qu’« il n’y a jamais eu d’emploi fictif au sein de l’entreprise ».
par Leïla Miñano avec Benoit Drevet (Investigate Europe)
Journal
Quand le comité d’éthique de France TV prend le parti de Korian
Fin 2020, France 3 a diffusé un documentaire sur les morts du Covid dans les Ehpad qui a déplu au groupe privé Korian. Celui-ci a notamment saisi le comité d’éthique de France Télévisions. Une instance présidée par Christine Albanel qui a jugé « à charge » le travail, pourtant approfondi, des journalistes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal — Justice
Le député Guillaume Peltier visé par une enquête
Le parquet de Blois a annoncé, lundi 24 janvier, l’ouverture d’une enquête préliminaire à la suite des révélations de Mediapart sur l’utilisation des fonds publics du député Guillaume Peltier, porte-parole de la campagne d’Éric Zemmour.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu
Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien
Billet de blog
Génocide. Au-delà de l'émotion symbolique
Le vote de la motion de l'Assemblée Nationale sur le génocide contre les ouïghours en Chine a esquivé les questions de fond et servira comme d'habitude d'excuse à l'inaction à venir.
par dominic77