L'appel solennel lancé par le constitutionnaliste Olivier Duhamel et quatre autres signataires, après les déclarations de Nicolas Sarkozy stigmatisant les Français «d'origine étrangère», a recueilli plus de 37.000 signatures. Ils appellent le Président de la République «à apprendre les leçons du passé et à renoncer sans attendre à la mise en œuvre d'une régression aussi contraire aux principes fondamentaux de la République».

---------------

pave.jpgNous sommes tous français quelle que soit notre origine. Et la plupart des Français ont, d'une façon ou d'une autre, une origine étrangère.

Nous sommes membres d'une nation qui, selon l'article 1er de sa Constitution, «assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion». Nous sommes citoyens d'une république qui refuse de discriminer les Français selon leur origine, quelle qu'elle soit. Nous appartenons à un peuple qui, en proclamant solennellement son attachement aux droits de l'homme, se souvient que cette sélection entre Français selon l'origine fut celle du régime raciste de Vichy.

Le premier des pouvoirs et des devoirs du président de la République française est de veiller au respect de la Constitution, et donc de ces principes. Or Nicolas Sarkozy a déclaré publiquement, à Grenoble, le 30 juillet, que «la nationalité doit pouvoir être retirée à toute personne d'origine étrangère qui aurait volontairement porté atteinte à la vie d'un fonctionnaire de police, d'un militaire de la gendarmerie ou de toute autre personne dépositaire de l'autorité publique».

Si cette intention devenait réalité, elle instaurerait deux catégories de Français, ruinant le principe d'égalité devant la loi et créant une nationalité conditionnelle pour les Français d'origine étrangère. Rien ne saurait justifier que l'on commette de telles atteintes à l'unité de notre communauté nationale et à la tradition républicaine, telles qu'elles sont définies par notre Constitution.

Nous ne savons pas si et jusqu'où ces atteintes pourraient s'étendre dans l'avenir. Nous serions entièrement solidaires de tout «Français d'origine étrangère» qui serait victime d'une telle discrimination. D'ores et déjà, nous appelons le Président de la République à apprendre les leçons du passé et à renoncer sans attendre à la mise en œuvre d'une régression aussi contraire aux principes fondamentaux de la République.

 

Premiers signataires

Carmen Castillo, cinéaste,
Olivier Duhamel
, professeur de droit et de science politique à Sciences Po,
Géraldine Muhlmann
, professeur de science politique à l'Université de Paris 2 Panthéon-Assas,
Evelyne Pisier
, professeur de droit émérite à l'Université de Paris 1 Panthéon- Sorbonne,
Michel Ricard
, haut fonctionnaire.

Voir la liste des signataires

Lire aussi l'entretien avec Olivier Duhamel, où il envisage la poursuite du mouvement (11 août 2010).

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

ATTENTION IL Y A UN GRAVE PROBLEME CONCERNANT LES SIGNATAIRES DE LA PETITION : DES PERSONNES MALINTENTIONNEES, ON SIGNE EN UTILISANT DES NOMS POUR FAIRE DES JEUX DE MOT POURRIS, LA PLUS PART RACISTES ET XENOPHOBES...

MERCI DE VERIFIER ET DE CORRIGER D'URGENCE!