Billet de blog 3 oct. 2018

30/11: c’est sans Nous! 01/12: c’est 100 % Nous!

«Contre la gestion raciale des populations qui ne peut que provoquer la dislocation du lien social, voire injecter le poison de la guerre civile, NOUS, citoyens français, militants associatifs, politiques ou syndicaux, travailleurs, chômeurs, NOUS, Noirs, Marrons, Rouges, Jaunes, Gris, Blancs et pas très clairs, décidons de faire la grève de la France le 30 novembre et le lendemain, de célébrer une France de la justice et de la dignité, à l'appel le collectif Rosa Parks.»

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Fusillade à Beaune cet été faisant plusieurs blessés graves aux cris de « sales bougnoules, vous n’êtes pas chez vous ici » dans l’indifférence des autorités publiques et dans un climat où l’extrême-droite la plus virulente est de plus en plus décomplexée,
Recrudescence des violences et crimes policiers encouragés par l’état d’urgence et ciblant en particulier les habitants des quartiers,
Propagande de masse contre l’immigration post-coloniale accusée en vrac et sans discernement d’être une 5ème colonne à l’origine du désordre social dont le terrorisme, l’antisémitisme, le sexisme et l’homophobie seraient les caractéristiques fondamentales comme si le reste de la population en était vacciné,
Aggravation de toutes les formes de discriminations : à l’emploi, au logement, à l’éducation tant dans le public que dans le privé,
Chasse aux migrants et aux sans-papiers dans une Europe aux prises avec ses démons fascistes qui grâce aux renoncements et complicités des pouvoirs en place mais également des formations de gauche « nationales-républicaines », étendent leur emprise petit à petit faisant craindre le pire,
Une justice aux ordres, indulgente avec les puissants et impitoyable avec les faibles et un système carcéral à son image : surpeuplé et destiné aux pauvres et aux « métèques »,
Répression du mouvement social (Nuit debout, La Zad, manifestations contre le Loi Travail…) et criminalisation de l’antiracisme politique, de BDS et de l’antisionisme,
Gestion coloniale des territoires et département d’outre-mer
Enfin et surtout, poursuite des guerres impérialistes qui redoublent de férocité dans une période de forte compétition avec les nouvelles puissances régionales comme la Russie, la Chine, l’Iran ou l’Inde. Les vieilles puissances impérialistes effrayées par leur déclin mais toujours mues par leur appétit insatiable poursuivent leur infernal dessein : accaparer les richesses du monde et asservir les peuples provoquant guerres, famines et exodes forcés de populations. Dès lors, d’un côté, elles produisent les conditions d’où émerge et qui nourrissent le terrorisme ciblant cruellement les pays arabes et africains mais aussi les métropoles occidentales, et de l’autre, provoquent l’exil de millions de gens dont une infime partie vient frapper aux portes de l’Europe forteresse. En conséquence de quoi, celle-ci multiplie les lois, accords, dispositifs pour les empêcher de retrouver ici, une part de ce qui leur a été volé là-bas.

C’est un cycle infernal et mortifère dont personne ne sortira indemne car l’ultra libéralisme dont Macron, Trump, May, Merkel sont les chantres couplés à la logique des Etats-nations dont la mission principale est d’assurer l’ordre et le contrôle via entre-autres une gestion raciale des populations ne peuvent que provoquer la dislocation du lien social, voire injecter le poison de la guerre civile.

Pour toutes ces raisons, il nous faut :

NOUS, militants, habitants des quartiers, femmes et hommes des cités, étudiants, travailleurs précaires ou non, sans papiers, migrants…

NOUS, citoyens français, militants associatifs, politiques ou syndicaux, travailleurs, chômeurs

NOUS, Noirs, Marrons, Rouges, Jaunes, Gris, Blancs et pas très clairs

Réagir collectivement et de manière déterminée comme nous le propose le collectif Rosa Parks.

Ils ne veulent pas de Nous ? Ils ne peuvent plus nous voir en peinture ? Ils veulent nous voir disparaître comme par enchantement ? Exauçons ce vœu et disparaissons le 30 novembre de nos facs, de nos boulots, des réseaux sociaux, des grandes surfaces. Faisons la grève de la France pendant 24 heures.

Disparaissons le 30/11 le plus visiblement possible pour dire notre colère devant l’injustice et la hogra !

Et réapparaissons, plus visibles que jamais, le 1er décembre, jour anniversaire du « NON » de Rosa Parks, un « NON » de dignité réclamant la justice et l’égalité citoyenne. Un « NON » qui allait marquer le début du mouvement des droits civiques aux Etats-Unis et populariser la figure du célèbre pasteur Martin Luther King. Un « NON » qui allait marquer l’histoire américaine d’un souvenir indélébile.

Réapparaissons, le 1er décembre 2018, pour fêter le 35e anniversaire de la Marche pour l’Egalité et contre le Racisme de décembre 1983.

Réapparaissons le 1/12, visibles et ostentatoires, plus beaux et plus déterminés que jamais pour dire et réaliser nos espoirs de justice, et surtout notre refus absolu de la guerre civile en particulier et de la guerre en général.

Départ à 14h, Nation, Paris.

Rejoignez-nous, participez en signant sur le site !

Premiers signataires : 

Norman Ajari (philosophe, université Toulouse Jean Jaurès),
Adel Amara (militant antiraciste),
Sihame Assbague (journaliste et militante antiraciste),
Ibrahim Bechrouri (doctorant à l'université Paris 8),
Farid Bennai (militant au FUIQP, Front Uni de l’Immigration et des Quartiers Populaires),
Mohamed Bensaada (militant du Syndicat des Quartiers Populaires de Marseille),
Aziz Bensadek (militant du FUIQP Marseille),
Hourya Bentouhami (maitresse de conférence, université de Toulouse Jean-Jaurès),
Amal Bentounsi (co-fondatrice du collectif Urgence Notre Police Assassine),
Wiam Berhouma (enseignante et militante antiraciste),
Said Bouamama (sociologue, membre du FUIQP),
Alima Boumediene Thiery (membre de Femmes Plurielles),
Youssef Boussoumah (membre du Parti des Indigènes de la République),
Houria Bouteldja (membre du Parti des Indigènes de la République),
Ismahane Chouder (militante féministe et antiraciste, membre de Participation et Spiritualité Musulmanes),
Raphaël Confiant (universitaire et écrivain martiniquais),
Rokhaya Diallo (journaliste et réalisatrice),
Elie Domota (LKP),
Nacer El Idrissi (membre de l’Association des Travailleurs Maghrébins de France),
Mireille Fanon Mendès-France (Fondation Frantz Fanon),
Ouissame Ghmimat (AMDH-Paris /IDF),
Kamel Guemari (délégué syndical FO Mac Donald, St Barthélémy, Marseille),
Nacira Guénif (professeure à l’Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis, militante décoloniale),
Rédouane Ikil (Liberté et justice pour Redouane Ikil),
Malika Hamidi (sociologue),
Anasse Kazib (cheminot, militant Sud-Rail),
Radouane Kebdi (président de Droit à la différence sans différence de droits),
Franco Lollia (porte-parole de la Brigade Anti-Négrophobie),
Madjid Messaoudene (élu en charge de la lutte contre les discriminations),
Marwan Muhammad (fondateur de Foul Express),
Saadane Sadgui (co-fondateur du MIB et des JALB / ANC, membre du CNDP),
Michèle Sibony (membre de l’UJP, Union Juive Française pour la Paix),
Anzoumane Sissoko (membre de la Coordination sans-papiers de Paris et du CISPM),
Omar Slaouti (enseignant et militant antiraciste),
Pierre Stambul (coprésident de l’UJFP),
Maboula Soumahoro (fondatrice du Black History Month),
Opal Tometi (co-fondatrice de Black Lives Matter),
Françoise Vergès (Théoricienne décoloniale, militante),
Sihem Zine (militante membre de l’ADM, Association de Défense des Musulmans)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social