Billet de blog 4 janv. 2016

Pétition de soutien à l'universitaire Bernard Mezzadri

Bernard Mezzadri est poursuivi pour deux phrases, qui ironisent sur Manuel Valls, en réponse à un message du président de l'université d'Avignon sur une liste interne. Cet universitaire sera le 27 janvier devant le tribunal correctionnel pour provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence raciale... Il s'agit d'une pression très forte et très grave sur la liberté d'expression dans le monde universitaire.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le mercredi 27 janvier 2016, à 14h, Bernard Mezzadri, maître de conférences à l’université d’Avignon et des Pays de Vaucluse (UAPV), comparaîtra devant le tribunal correctionnel d’Avignon (palais de justice, 2 boulevard Limbert) au motif qu'il aurait « provoqué à la discrimination, à la haine ou à la violence à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée »

Cette citation à comparaître fait suite à un message diffusé en mai 2015 par Bernard Mezzadri sur une liste de discussion interne réservée aux enseignants-chercheurs et personnels de son établissement (« débat-uapv »), où, à l’occasion de la rencontre d’une délégation de l’université avec le premier ministre, il rappelait ironiquement les propos de M. Valls sur le marché d’Évry – dont alors il était le maire –, dans les termes suivants : « J'espère qu'en cette grande occasion la délégation de l'UAPV comptera suffisamment de "blancos" (et pas trop de basanés), afin de ne pas donner une trop mauvaise image de notre établissement. »

Celui qui était alors président de l'UAPV, Emmanuel Éthis, et son service juridique ont cru de leur devoir de « signaler » au procureur de la république cette contribution, dont l’intention évidente était de dénoncer sarcastiquement les propos xénophobes de M. Valls.

Du reste, M. Valls a lui-même fait l'objet de deux plaintes pour provocation à la discrimination raciale, en raison de ses propos concernant les Roms en 2013, quand il était ministre de l'intérieur.

Les signataires de cette pétition dénoncent :

  • le comportement des autorités de l’université d’Avignon et de son président d'alors, qui, au lieu de se poser en garants de la liberté de pensée et d’expression au sein de leur établissement, entendent la museler par une sordide tentative d'intimidation ;

  • la décision du procureur de répondre à cette sollicitation indigne ;

  • le choix du chef d’inculpation, délibérément infamant, puisqu’il attribue calomnieusement au prévenu des idées et intentions contraires à ce qu’il a toujours défendu, jusques et y compris dans le message incriminé.

Les signataires de cette pétition :

  • condamnent les propos de M. Valls auxquels Bernard Mezzadri faisait ironiquement référence ;

  • demandent la relaxe pure et simple de Bernard Mezzadri.

http://www.petitions24.net/un_enseignant-chercheur_poursuivi_pour_avoir_cite_m_valls

Les premiers signataires : 

Étienne BALIBAR, Professeur émérite en Philosophie morale et politique, université Paris Ouest Nanterre ; Michel BARTHELEMY, Sociologue, CNRS ; Maïté BOUYSSY, Maître de conférences honoraire, Centre d'histoire du XIXe siècle, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ;

Claude CALAME, historien, anthropologue, Directeur d'études, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales; Thomas COUTROT, Économiste ;

Christophe DEJOURS, Professeur, Conservatoire national des arts et métiers; Marianne DENICOURT, Comédienne ; Keith DIXON, Professeur honoraire de Civilisation britannique ; Jean-Pierre DUBOIS, Professeur de Droit public, université Paris Sud, Président d'honneur de la Ligue des Droits de l'Homme ; Pascale DUBUS, Maître de conférences en Histoire de l'art, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ;

Éric FASSIN, Professeur de Sociologie, université Paris 8 ;

Susan GEORGE, Essayiste ; François GÈZE, Éditeur ; Laurence GIAVARINI, Maître de conférences en Littérature française, université de Bourgogne ; Gisèle GRAMMARE, Professeure émérite en Arts plastiques, Paris 1 Panthéon-Sorbonne ; André grimaldi, Professeur émérite de Diabétologie à la Pitié Salpêtrière ; Nacira GUENIF-SOUILAMAS, Professeure, université Paris 8 ;

Sarah HATCHUEL, Professeure de littérature et cinéma anglophones, université du Havre ;

François JOUVE, Professeur en Mathématiques, université Paris Diderot ;

Thomas LACOSTE, Cinéaste ; Olivier LONG, Peintre et Maître de conférences en Arts plastiques, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ;

Armelle MABON, Maître de conférences en Histoire contemporaine, université Bretagne Sud ; Pascal MAILLARD, Professeur agrégé, université de Strasbourg ; Christophe MILESCHI, Professeur en Études italiennes, université Paris Ouest Nanterre ; Michel MOREL, Professeur formateur agrégé d’italien retraité ;

Toni NEGRI, Essayiste ; Frédéric NEYRAT, Sociologue, université de Limoges ;

Bertrand OGILVIE, Professeur de Philosophie, université Paris 8 ;

Marie-Domitille PORCHERON, Maître de conférences en Histoire de l’art, Directrice adjointe du CRAE-EA 4291, université de Picardie Jules Verne ;

Manuel REBUSCHI, Maître de conférences en Philosophie, université de Lorraine ;

Oreste SACCHELLI, Professeur émérite, Études italiennes, université de Lorraine ; Nicholas SOWELS, Maître de conférences en Langues et littératures anglaises et anglo-saxonnes, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ;

Julien THERY-ASTRUC, Professeur en Histoire, archéologie, littératures des mondes chrétiens et musulmans médiévaux, université Lumière Lyon 2 ;

Éric VALENTIN, Maître de conférences en Esthétique, université de Picardie Jules Verne ; Jérôme VALLUY, Maître de conférences en Science politique, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ; Laurence VANOFLEN, Maître de conférences, université Paris Ouest Nanterre ;

Sophie WAHNICH, Directrice de recherche au CNRS Paris, Citoyenne ;

Caroline ZEKRI, Maître de conférences en Littérature et civilisation italiennes, université Paris-Est Créteil.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viol, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes
Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud.
par Pierre Sassier