Billet de blog 4 oct. 2012

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Relaxe pour les Cinq de Roanne

« Les Français ont aussi voulu le changement pour la justice », rappellent treize élus et responsables d'organisations syndicales et politiques (Annick Coupé, Pierre Laurent, Pierre Tartakowsky...) qui demandent « la relaxe pure et simple des “ Cinq de Roanne ”», jugés en appel le 15 octobre prochain, suite à leurs actions pendant le mouvement contre la réforme des retraites en 2010. 

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Les Français ont aussi voulu le changement pour la justice », rappellent treize élus et responsables d'organisations syndicales et politiques (Annick Coupé, Pierre Laurent, Pierre Tartakowsky...) qui demandent « la relaxe pure et simple des “ Cinq de Roanne ”», jugés en appel le 15 octobre prochain, suite à leurs actions pendant le mouvement contre la réforme des retraites en 2010. 



Cinq syndicalistes de la CGT, engagés dans le mouvement contre la réforme des retraites de 2010, sont aujourd'hui poursuivis par le procureur de la République, malgré le retrait des plaintes initiales déposées par le sous-préfet de la Loire et le député UMP.

Condamnés en première instance à 2 000 euros d'amende pour « dégradation ou détérioration légère d'un bien » et à l'inscription au casier judiciaire de leur condamnation, ils passent en appel le 15 octobre prochain à 13h30 au tribunal de Lyon. Un appel introduit par le parquet jugeant la condamnation insuffisante.
Le ministère public n'a cure de l'abandon de plaintes et cherche manifestement à faire des « Cinq de Roanne » un exemple, conformément aux conceptions du précédent pouvoir, qui, sous prétexte de remettre en cause le rôle et la place des « corps intermédiaires » dans notre pays, s'efforçait de limiter l'action, l'expression et les libertés syndicales.
Les cinq syndicalistes risquent de payer très cher leur engagement; si la condamnation était inscrite au casier judiciaire, ils encourraient la radiation de la Fonction publique dont tous les cinq sont membres, ce qui constituerait une double peine.
Les Français ont aussi voulu le changement pour la justice. La relaxe des « Cinq de Roanne » est un signal attendu pour en finir avec les attaques répétées contre les militants syndicaux, les poursuites en justice et la tentative de criminalisation des libertés syndicales qui sont les marques du précédent quinquennat.
Les salariés qui ont voulu le changement doivent retrouver la pleine liberté d'agir pour leurs droits.
Cela doit commencer par la relaxe pure et simple des « Cinq de Roanne »!

Signataires
Gérard Aschieri, président de l'Institut de recherches de la FSU
Jean Auroux, maire honoraire de Roanne, ancien député de la Loire et président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale, ancien ministre du Travail
Annick Coupé, porte-parole nationale de l'Union syndicale Solidaires
Cécile Cukierman, sénatrice communiste de la Loire,
Laure Déroche, maire de Roanne
Jean-Louis Gagnaire, député socialiste de la Loire
Pierre Héritier, vice-président du Forum syndical européen
Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste français (PCF) et sénateur de Paris,
Didier Le Reste, syndicaliste, animateur du Front des luttes
Joël Lecoq, ancien secrétaire général de la Fédération générale des transports et de l'équipement (FGTE-CFDT)
Pierre Tartakowsky, président de la Ligue des droits de l'Homme (LDH),
Marie-Christine Vergiat, députée européeenne GUE-NGL
Louis Viannet, ancien secrétaire général de la Confédération générale du travail (CGT)

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte