Billet de blog 4 déc. 2011

Le viol est le frère du meurtre

Après le meurtre du Chambon-sur-Lignon, Barbara Loyer, directrice de l'Institut français de géopolitique, dénonce la «banalisation» du viol. Selon elle, «l'inconscience de la gravité de ce crime» par la société a peut-être fourni à l'agresseur la liberté de récidiver.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Après le meurtre du Chambon-sur-Lignon, Barbara Loyer, directrice de l'Institut français de géopolitique, dénonce la «banalisation» du viol. Selon elle, «l'inconscience de la gravité de ce crime» par la société a peut-être fourni à l'agresseur la liberté de récidiver.
--------------

Agnès est morte suppliciée par un jeune homme que la justice essayait de réinsérer après qu'il ait violé une autre adolescente, il y a plus d'un an. En France, le viol est un crime, passible d'une peine de réclusion de 15 ans minimum prononcée par une cour d'assise. Mais le mécanisme par lequel ce garçon a été mis en condition de récidiver révèle que c'est, encore une fois, l'inconscience de la gravité de cet outrage qui fait descendre aujourd'hui l'enfer sur terre. Le viol a été reconnu comme un crime en 1980 grâce à la mobilisation d'hommes et de femmes féministes. Pourtant nombreux s'opposaient à cette reconnaissance, en disant que c'était une réalité ancestrale, un atavisme psychique masculin contre lequel on ne pouvait rien. Ils disaient aussi que les violeurs étaient des victimes de leurs pulsions incontrôlées. Des personnalités avaient alors accusé les partisans de ce châtiment plus sévère d'être réactionnaires.
Vingt-cinq ans après, la banalisation de ce crime se poursuit. En 2005, Samira Bellil, une jeune femme de Garges, en banlieue parisienne, publia un livre pour décrire «l'enfer des tournantes», les viols collectifs qu'elle avait subis, mais surtout l'enfer de la négation de la gravité de l'acte, de ses conséquences sur son équilibre psychique et sa santé. Elle écrit: «je ne suis pas en colère par rapport à ces garçons, je suis en colère par rapport aux adultes, à la justice, au pouvoir. Je suis en colère par rapport aux éducateurs, aux assistantes sociales. Il n'y a pas eu de main tendue pendant quinze ans; quinze ans c'est long». À l'époque, des contre-feux se sont à nouveau allumés pour désamorcer la dénonciation: on accusa Samira Bellil de stigmatiser les jeunes des banlieues. La réflexion sur la violence contre les femmes passa encore au second plan.
Aujourd'hui, le débat se centre dans la presse sur la récidive et la psychologie des adolescents. On met l'accent sur le problème du juge et du psychiatre, qui n'ont pas pu empêcher le meurtre. C'est un élément crucial de ce drame. Mais il y a un autre versant au débat: le problème n'est-il pas aussi que le juge et les experts n'ont pas ressenti que ce premier viol était un crime? N'est ce pas la sous-estimation de la gravité de la première agression qui a permis cet enchaînement fatal aboutissant à la tragédie?
Depuis 40 ans, la lutte pour éveiller les consciences sur la cruauté du viol et de ses conséquences est neutralisée par les questions contradictoires sur la façon dont il faut le punir. Mais, il n'est pas suffisant de le qualifier de crime au plan juridique s'il n'est pas ressenti comme tel du point de vue de l'éthique.
La banalisation de la violence envers les femmes pervertit profondément notre société. Ton corps martyrisé, Agnès nous fera-t-il ouvrir les yeux? Les hommes de mon pays, les hommes du monde entier, pourraient-ils écrire à tes parents qu'ils veulent lutter avec les femmes contre ce crime qui dénature l'humain?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Proche-Orient
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent six enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal — Amériques
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre