Billet de blog 5 févr. 2012

Paul Quilès
Ancien ministre de la Défense, ancien président de la commission de la Défense de l'Assemblée nationale
Abonné·e de Mediapart

Syrie: insupportable véto!

Pour l'ancien ministre de la Défense Paul Quilès, l'impuissance de l'Onu face à la situation syrienne rappelle l'inaction des Nations unies face au génocide rwandais en 1994.

Paul Quilès
Ancien ministre de la Défense, ancien président de la commission de la Défense de l'Assemblée nationale
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pour l'ancien ministre de la Défense Paul Quilès, l'impuissance de l'Onu face à la situation syrienne rappelle l'inaction des Nations unies face au génocide rwandais en 1994.

------------------------

La Russie et la Chine viennent d’empêcher, par leur veto, que le Conseil de sécurité des Nations Unies adopte une résolution condamnant la répression sauvage en Syrie. En apprenant la nouvelle, j’ai été pris de colère, me rappelant le triste précédent de l’inaction de l’ONU à l’égard du Rwanda en 1994, laissant libre cours au génocide qui fit 800.000 morts en quelques mois. Je me suis replongé dans le rapport de la Mission parlementaire d’information que j’ai présidée en 1998 et j’ai retrouvé ce texte édifiant du secrétaire général de l’ONU de l’époque, M. Boutros-Ghali:
«La réaction tardive de la communauté internationale à la situation tragique que connaît le Rwanda démontre de manière éloquente qu’elle est totalement incapable de prendre d’urgence des mesures décisives pour faire face aux crises humanitaires étroitement liées à un conflit armé. (...)
Nous devons tous reconnaître, à cet égard, que nous n’avons pas su agir pour que cesse l’agonie du Rwanda et que, sans mot dire, nous avons ainsi accepté que des êtres humains continuent de mourir. Nous avons démontré que notre détermination, notre capacité d’engager une action, étaient, au mieux insuffisantes et, au pire désastreuses, faute d’une volonté politique collective.»
Ce terrible aveu, extrait du rapport de M.Boutros-Ghali, date du 31 mai 1994… c'est à dire 2 mois après le déclenchement du génocide, qui se poursuivait!
Certes, une résolution du Conseil de sécurité ne peut avoir la prétention de tout régler dans un pays agité par un mouvement révolutionnaire, mais elle pose des limites et empêche en tout cas de donner à un dictateur sanguinaire ce que l’opposition syrienne appelle «un permis de tuer»! C’est malheureusement ce que révèle le triste bilan des exactions de la famille Al-Assad: 230 morts avant-hier à Homs et 6.000 morts depuis 11 mois dans le pays avec Bachar Al-Assad et l’épouvantable massacre de Hama il y a juste 30 ans, en février 1982, perpétré par le père, Hafez Al-Assad (10.000 à 40.000 victimes, selon les estimations).
On voit trop bien les raisons des vetos russe et chinois. Raisons commerciales (notamment ventes d’armement), raisons stratégiques (ne pas se couper de certaines alliances au Moyen-Orient), raisons internes (ne pas donner le sentiment de soutenir des révoltes populaires, alors même que les régimes russe et chinois sont l’objet de violentes contestations dans leurs pays).
Il n’en demeure pas moins que ce qui vient de se passer à New York, au Conseil de sécurité de l’ONU, est grave. C’est un évènement qui rajoute un peu plus d’instabilité dans une situation internationale déjà particulièrement délicate. Le sang froid, mais aussi la détermination politique des dirigeants des grands pays seront plus que jamais nécessaires.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Services publics
RER B : voyage sur la ligne qui déraille
Le RER B est la deuxième ligne de train la plus chargée d’Europe, et pourtant elle souffre de nombreuses tares : quatre terminus, un tunnel partagé avec le RER D et, surtout, un sous-investissement chronique de la part de la région et de l’État. Les usagers souffrent, les conducteurs aussi.
par Khedidja Zerouali
Journal — Migrations
Étrangers sous OQTF : la justice recadre la préfecture de Seine-Maritime
Le tribunal administratif de Rouen vient de débouter la préfecture qui demandait aux gestionnaires de centres d’hébergement d’urgence d’exclure de leur dispositif « insertion » les étrangers en situation irrégulière faisant l’objet d’une obligation de quitter le territoire exécutoire. Une décision qui vient contredire les circulaires et les récents engagements du ministère de l’intérieur.
par Manuel Sanson
Journal
La précarité étudiante s’enracine et le gouvernement répond à côté
Le gouvernement vient de débloquer 10 millions d’euros pour soutenir les associations qui agissent en faveur des étudiants précaires. Seulement, les principaux acteurs considèrent que la réponse est insuffisante et attendent des mesures structurelles pour endiguer la pauvreté des étudiants.
par Faïza Zerouala
Journal — Europe
À Mykolaïv, les morts hantent civils et militaires
La ville de Mykolaïv subit depuis des mois le manque d’eau potable et les coupures d’électricité. La région a été bombardée sans relâche par l’armée russe jusqu’à la mi-novembre 2022 et plus de la moitié des habitants a quitté les lieux. Civils et militaires restés sur place racontent leur « cauchemar ».
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Incendie de forêt : les causes ne sont pas que climatiques
[Rediffusion] Les forêts du Sud en particulier demandent beaucoup d'attention pour ne pas prendre feu. Coupe feu, garde-forestiers, défrichages, surveillances, pompiers de proximité, les moyens sont-ils encore là ou ces incendies sont-ils causés par l'impéritie des pouvoirs publics ?
par lecteurfid
Billet de blog
Des chênes (français) pour la Chine
Fric-frac dans les forêts françaises. Voler du bois n’est pas une mince affaire. Et pourtant, dans les Pyrénées, en Moselle, en Vendée, dans le Nord, le brigandage se multiplie. A l’heure des drones, GPS et autres trackers… (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet d’édition
Reboiser les forêts brûlées est favorisé par une niche fiscale
Si l'investissement forestier offre des possibilités de rendement limitées, il constitue en revanche une niche fiscale qui permet de réduire le montant de son impôt sur le revenu. L'investissement forestier réalisé par une personne domiciliée en France lui permet de bénéficier d'un avantage fiscal, que ce soit au titre de l'impôt sur le revenu ou de l'IFI (impôt sur la fortune immobilière).
par Patrick Cahez
Billet de blog
Vidéo - le gouvernement empêche les débats sur les forêts publiques par 49-3
Il y a un mois, nous avons publié ici une tribune signée par plus de 40 parlementaires, demandant un débat sur l’avenir de l'Office National des Forêts dans la loi de finances avant le 49-3 du gouvernement. Devinez quoi : les débats devaient avoir lieu le 2 novembre à 17h05. Le 49-3 a été activé le 2 novembre à 17h00. Mais tout n'est pas perdu : la suite se joue au Sénat dès mercredi.
par Pour des forêts vivantes