Billet de blog 5 juil. 2016

Quand Wauquiez passe, le PNR trépasse

Après que Laurent Wauquiez a décidé qu’il n’en voulait pas alors que le Parc Naturel Régional des gorges et sources de l’Allier était plébiscité par le territoire, deux conseillères régionales d’Auvergne Rhône-Alpes souhaitent réagir à la mise à mort de ce projet en Haute-Loire.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le Parc Naturel Régional des gorges et sources de l’Allier était dans le viseur de Laurent Wauquiez depuis son intronisation en Auvergne Rhône-Alpes en janvier 2016. Pour lui, « Le projet de parc tel qu'il est aujourd'hui, c'est non. Cela ne va pas, il y a trop d'oppositions. On va mettre sur la table un projet de territoire ». Jeudi, les conseillers régionaux sont appelés à entériner la mise à mort de ce projet.

Mais de quelles oppositions parle t-on ? Le Président de Région nous décrit un projet sous tension dénoncé par de nombreux opposants locaux. Y aurait-il une ZAD (zone à défendre) sur ce territoire de Haute-Loire pour empêcher la création d’un PNR ?

Ce projet de parc a pourtant fait l’objet d’une concertation qui duré pas moins de 5 ans. Dans les faits, cela signifie plus de 400 réunions de travail conclues par près de 80 délibérations (65 conseils municipaux, 10 conseils communautaires, 2 conseils départementaux et 2 conseils régionaux) qui ont voté en faveur de la naissance du Parc naturel régional. En tout, 1085 élu-es du territoire qui ont approuvé le PNR.

Les conseillers régionaux de l’ancienne région Auvergne ont eu également à se prononcer sur cette création en novembre 2015. Ils l’ont votée à l’unanimité. L’occasion pour Madame Agnès Petit, actuelle élue dans la majorité de Laurent Wauquiez de qualifier ce projet de « vrai souffle pour le territoire ». Brice Hortefeux, actuel Vice Président de la région a également soutenu le projet.

Jusque là, aucune trace d’opposition donc, puisque ce projet est même soutenu publiquement par les amis de Monsieur Wauquiez…Seules les chambres consulaires ont pointé, en mars dernier, « des insatisfactions quant à leur niveau d’association et de représentativité dans les instances du futur parc ». Coup de canif au beau consensus qui entourait ce Parc et belle opportunité dans laquelle s’est engouffré Laurent Wauquiez pour stopper ce projet qui l’enquiquine.

Un PNR c’est une coopération entre des acteurs publics dans le but de préserver un territoire en protégeant son patrimoine naturel et culturel. Structure trop complexe pour Monsieur Wauquiez, sur laquelle il n’aurait pas la main directement et qui nécessiterait un dialogue avec les acteurs locaux. On le sait, Laurent Wauquiez n’aime s'encombrer de démocratie et de consultations. Il veut donc rayer d'un trait de plume ces cinq années de travail de l'ensemble des acteurs sur le terrain, et propose, en lieu et place du PNR de verser 2,5 million d’€ aux communes du territoire. Brillante idée ! Quoi de mieux que de distribuer des chèques en blanc sans aucun projet partagé derrière ?

Les élus locaux ne sont pas dupes et n’ont pas cédé au chantage de Monsieur Wauquiez qui leur promet des subventions à l’investissement en échange d’une promesse de retrait de parc. Ils veulent leur parc et l’ont rappelé dans une motion signée par l’ensemble des communes adhérentes au Parc le 28 mai dernier et par une lettre au Président de Région le 14 juin.

Le Conseil National de Protection de la Nature a lui validé le projet dans aucune réserve.  Espérons que les élus de la majorité, ceux là même qui avaient approuvé en Auvergne la création du Parc lors de leur dernier mandat et tous les autres feront preuve d’un même courage, au nom de la démocratie et du respect du travail accompli.

Il est temps de stopper cette manipulation de Monsieur Wauquiez ! Le projet de PNR peut en aucun cas servir de cobaye pour qu’il affirme son autorité dans la région. On ne s’assoit pas impunément sur tel un travail d’intérêt général de longue haleine !

Jeudi, nous nous opposerons fermement à cette mise à mort arbitraire et nous appelons tous nos collègues élus régionaux à en faire autant.

Les signataires :

Fatima Bezli, conseillère régionale Auvergne Rhône-Alpes (EELV)

Fabienne Grébert, conseillère régionale Auvergne Rhône-Alpes (Nouvelle Donne)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Orange, nouvel exemple de la gouvernance à la française
L’assemblée générale du groupe de télécommunications doit approuver le 19 mai la nomination de Jacques Aschenbroich comme président d’Orange. Choisi par l’Élysée, le président de Valeo ne connaît pas le monde des télécoms. Tout cela au moment où cette industrie est en pleine révolution.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Migrations environnementales #1 : la sécheresse dans la Corne de l’Afrique
Le manque d’eau pourrait, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), concerner 40 % de la population mondiale avant 2050 et pousser à la migration jusqu’à 700 millions de personnes. Dans la Corne de l'Afrique, le réchauffement climatique entraîne déjà des déplacements de population.
par BPI - Migrants, réfugiés, exilés
Billet de blog
L'UE a dépensé plus de 340 millions d’I.A. pour le contrôle des frontières
Comme l'écrit Statewatch depuis 2007 l'UE a dépensé plus de 340 millions pour la recherche sur les technologies de l’Intelligence Artificielle (I.A.) destinée au contrôle des frontières, des demandeurs d’asile, de l’immigration, alors que la proposition de loi en la matière actuellement en discussion ne fournit pas les sauvegardes contre les emplois dommageables de ces technologies.
par salvatore palidda
Billet de blog
La Méditerranée pour tombeau, pièce journalistique n°1
Changer la compréhension du monde par le partage d’enquêtes sur le terrain. À La Commune CDN d'Aubervilliers, la pièce d'actualité n°17 est aussi la pièce journalistique n°1. Etienne Huver et Jean-Baptiste Renaud ont enquêté sur la route migratoire la plus dangereuse du monde. À l’heure de la solidarité ukrainienne, la Méditerranée n’en finit pas de tuer et nous regardons ailleurs.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Le radeau de la Méduse ou le naufrage du vieux monde
[Rediffusion] Les connivences du pouvoir politique et financier aux affaires du vieux monde témoignent chaque jour de leur mépris pour les populations et la démocratie. Partout la nostalgie impérialiste de la domination s'impose comme sauvetage de la mondialisation sauvage. Ne laissons pas le saccage et la peur nous plonger en eaux troubles et relisons plutôt Le radeau de la Méduse du génial Géricault.
par jean noviel