Billet de blog 7 juin 2013

De Leipzig à Paris, une autre Europe est possible

Bruno Liebhaberg et Ernst Stetter, respectivement président du conseil scientifique et secrétaire général de la Fondation européenne d’études progressistes, défendent l'idée que la social-démocratie doit « oser l'Europe »: « repenser la puissance publique, réinventer les modes de régulation mis en place depuis 1945 et continuer, sur les traces de Willy Brandt, d’Helmut Schmidt et de François Mitterrand » en inventant un fédéralisme « original ». 

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bruno Liebhaberg et Ernst Stetter, respectivement président du conseil scientifique et secrétaire général de la Fondation européenne d’études progressistes, défendent l'idée que la social-démocratie doit « oser l'Europe »« repenser la puissance publique, réinventer les modes de régulation mis en place depuis 1945 et continuer, sur les traces de Willy Brandt, d’Helmut Schmidt et de François Mitterrand » en inventant un fédéralisme « original »


Le SPD a célébré en grande pompe, à Leipzig, le 22 mai dernier, son 150e anniversaire. Trois jours plus tard et trente ans après le tournant européen de François Mitterrand, Pierre Moscovici, Martin Schulz et d’autres responsables politiques allemands, belges, français et italiens ont débattu dans les locaux de la Bibliothèque nationale de France.

A la veille de la convention Europe du Parti socialiste, mi-juin, ces événements récents à Leipzig et Paris montrent que le dialogue est permanent entre l’Allemagne et la France.

Le discours de Leipzig de François Hollande a été prononcé dans un contexte où la social-démocratie a les yeux tournés vers l’Allemagne et attend, d’une coalition alternative à l’alliance des chrétiens-démocrates et des libéraux, une inflexion du fédéralisme budgétaire européen vers une direction plus keynésienne et plus sociale. Dans son intervention, le président de la République française a salué la capacité exemplaire du SPD depuis le congrès de Bad Godesberg, en 1959, à se rénover pour affronter les transformations du capitalisme. Si la social-démocratie veut retrouver la confiance des électeurs et mettre sa capacité gouvernementale au service des mondes du travail, elle n’a pas le droit de céder à la facilité d’incantations idéologiques. Elle doit repenser la puissance publique, réinventer les modes de régulation mis en place depuis 1945 et continuer, sur les traces de Willy Brandt, d’Helmut Schmidt et de François Mitterrand, à oser l’Europe.

A Paris, la problématique de l’intégration politique et économique dans la zone euro a été au cœur des analyses introduites par la Fondation Jean-Jaurès et la Fondation européenne d’études progressistes avec en préalable la question de la solidarité : les contraintes peuvent être positives, mais seulement si elles s’accompagnent de solidarité (création d’emplois, croissance équitable, inclusion sociale, et investissements européens et nationaux dans l’innovation et les infrastructures). La compétitivité dépend aussi de cela, pas seulement du niveau des salaires et de la flexibilité du marché du travail !

Equilibre budgétaire national, autonomie de la BCE, prohibition de l’inflation… les mesures prônées par les conservateurs sont aux antipodes du « compromis social-démocrate » entre les bénéficiaires des revenus du travail et du capital. Parce qu’ils se voilent la face, les conservateurs prennent le risque d’abandonner l’Europe à leurs franges les plus sceptiques pour ne pas dire anti-européennes, tout en feignant d’ignorer que la crise actuelle, qui rigidifie l’Union, est avant tout politique. A l’inverse, parce qu’ils croient en l’Europe, les sociaux-démocrates suggèrent à l’instar du gouvernement français une gouvernance économique et politique plus poussée.

On ne peut en effet comprendre comment l’Europe ait pu être si durement frappée par la crise financière déclenchée aux Etats-Unis – au point de devenir la partie du monde qui en sort avec le plus de difficulté (chômage de masse et paupérisation du salariat) – si on ne considère pas la faiblesse politique de la construction même de l’euro.

L’intégration monétaire est un pari. A l’initiative de Jacques Delors, la gauche a osé tenter ce pari pour fonder l’union politique nécessaire au continent. C’était un choix risqué dès lors que l’UEM née à Maastricht ne relevait pas d’une application pure et simple des enseignements de la théorie monétaire, mais plutôt d’une gestion des rapports de force et d’une harmonisation de visions politiques nationales.

Aujourd’hui, il n’existe pas d’alternative réaliste pour l’Europe. La gauche, et en particulier celle qui gouverne, doit dès lors assumer la continuité de son engagement européen et démonter les discours populistes en faveur d’une sortie de l’Euro. C’est sa responsabilité historique. Elle doit convaincre les opinions publiques nationales : la crise actuelle n’est pas révélatrice des dangers d’une monnaie unique, mais seulement, selon l’expression de l’économiste Daniel Cohen, d’une « monnaie sans Etat », sans organisation cohérente des pouvoirs publics à l’échelle du marché sur lequel elle s’échange. Aux Etats-Unis, le financement budgétaire d’une stimulation de la demande, assumé par le président Obama, a joué un rôle crucial dans la régulation. Comme aux Etats-Unis, une  gestion  coordonnée et ambitieuse de l’économie continentale est nécessaire.

Osons le dire : l’Europe a besoin d’un fédéralisme « original » qui partage réellement des souverainetés, dans un esprit de solidarité mutuelle et non dans l’esprit scolaire d’un semestre européen où les premiers de la classe doivent punir et surveiller les plus indisciplinés.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND