Billet de blog 8 juil. 2010

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Le show du kärcher à Saint-Denis

Sébastien Thiery, docteur en science politique, témoigne de la violence de l'évacuation par la police, mardi 6 juillet à Saint-Denis, du plus ancien campement rom d'Ile-de-France.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Sébastien Thiery, docteur en science politique, témoigne de la violence de l'évacuation par la police, mardi 6 juillet à Saint-Denis, du plus ancien campement rom d'Ile-de-France.

------------------

La politique barbare en démonstration à Saint-Denis ce mardi 6 juillet.

Avant le 6 juillet... © Julien Beller
Après le 6 juillet... © Julien Beller
Avant le 6 juillet... © Julien Beller
Après le 6 juillet... © Julien Beller

Mardi 6 juillet 2010, 6h du matin, CRS et pelleteuses débarquent sous l'A86, à quelques encablures du Stade de France. Ici est installé le Hanul, campement de Roms vieux de dix ans, le plus ancien d'Ile-de-France. Quelques improbables barricades ne dissuadent guère les machines de faire leur travail. Les habitations sont détruites, et d'innombrables affaires disparaissent dans la fatras. Certains Roms parmi les 200 qui habitaient là contemplent la scène, bras ballants, colère rentrée.
En 2003, la mairie dirigée par Patrick Braouezec signe une convention d'occupation afin que le confort le plus élémentaire puisse s'envisager. Les ordures sont ramassées, des sanitaires chimiques installés. En janvier 2010, des toilettes sèches sont mises en place par les architectes de No Mad's Land avec le concours des associations Naturalo et Parada, et le soutien financier de la Fondation Abbé Pierre. 23 enfants sont scolarisés. La vie continue de s'installer promettant que sur ce terrain vague prenne corps un morceau de ville bientôt ramifié au tissu urbain environnant.
Le terrain n'est pas propriété de la Ville, mais de trois organismes, dont GDF qui porte plainte en février 2010 pour occupation illégale. Une expulsion est alors prononcée, mais jamais notifiée par écrit aux habitants empêchant ceux-ci d'entreprendre quelque recours que ce soit. Les autorités assurent aujourd'hui qu'une expulsion a été prononcée en octobre 2007. La Voix des Rroms et Parada, associations soutenant le campement, n'ont pas connaissance de cette décision. Auprès des médias, la Préfecture justifie néanmoins l'intervention de mardi matin en invoquant ces deux décisions. Le Hanul semblait le campement le plus protégé d'entre tous. Un symbole, celui d'une vie possible en France pour les nombreux enfants qui y sont nés, comme pour leurs parents, d'origine roumaine donc Européens.
Le 19 avril 2010, Christian Lambert est nommé préfet du département de la Seine Saint-Denis. Ancien directeur de cabinet du préfet de police de Paris, il fut directeur du Raid entre 2002 et 2004. Ce «grand flic» est l'artisan de l'arrestation d'Yvan Colona. Sa nouvelle mission, dictée par Nicolas Sarkozy, est claire comme de l'eau de roche: produire aux yeux de l'électorat le spectacle du grand nettoyage. L'échéance de 2012 approche, la majorité n'est pas vaillante, le show du kärcher peut faire son petit effet. Depuis sa nomination, les campements disparaissent du paysage dionysien, ainsi que toute habitation dite «informelle». La destruction du Hanul vaut avertissement pour tous ces corps en trop, excroissances dangereuses en zones dites «sensibles»: aucune chance d'échapper aux opérations en cours. Qu'il s'agisse d'être humains semble accessoire.
Les familles qui vivaient là sont aujourd'hui désarmées. La Mairie demeure aux abonnés absents, malgré un rassemblement mardi matin devant l'Hôtel de Ville. Certains sont réfugiés sous le chapiteau Raj'ganawak qui, à Saint-Denis, accueille depuis 10 ans des évènements culturels. Pour ceux-ci comme pour tous les autres, des solutions pour les nuits à venir doivent être trouvées. Tout redevient impossible, y compris le plus nécessaire: offrir un toit à ses enfants. C'est que l'heure des vacances scolaires a sonné, permettant aux autorités de (laisser) croire que l'intervention de mardi matin n'est pas inhumaine.

Sébastien Thiery, Docteur en science politique

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Derrière le triomphe annoncé de l’extrême droite, des élections aux multiples enjeux
Dimanche, les Italiens votent pour renouveler leur Parlement. Une élection décisive qui conclut une campagne morne mais pourrait porter l’extrême droite au pouvoir. Tour d’horizon des programmes et des enjeux. 
par Romaric Godin
Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal — Moyen-Orient
L’Arabie saoudite soudoie des stars des réseaux sociaux pour attirer les touristes
Le royaume entend préparer l’après-pétrole grâce aux revenus du tourisme. Pour faire la promotion des trésors touristiques saoudiens, des influenceurs des quatre coins du monde affluent par avions entiers. Avec un objectif : montrer par leurs publications Instagram que le pays s’est ouvert. 
par Yunnes Abzouz
Journal — Écologie
Trois ans après Lubrizol, Rouen confie aux entreprises la prévention des risques industriels
Trois ans après l’accident de l’usine chimique, la métropole normande a mandaté une association d’industriels pour étudier les attentes de la population et former les élus. Une association de victimes dénonce un « McKinsey » de la pollution.
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Saint-Jean-Lachalm, un village qui a réussi ses éoliennes, sans s'étriper
Saint-Jean-Lachalm, un village de la Haute-Loire qui a trouvé le moyen de ne pas s’étriper lorsque l’idée d’un champ d’éoliennes a soufflé dans la tête de son maire, Paul Braud. En faisant parler un droit coutumier ce qui, de fil en aiguille, a conduit… au chanvre.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Les sulfureuses éoliennes de la baie de Saint-Brieuc en débat
[Rediffusion] A l’initiative d’Ensemble ! deux débats ont été organisés les 24 et 25 septembre autour du projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc. En voici le compte rendu vidéo, avec mon intervention, présentant mes enquêtes sur Mediapart, et les prises de parole de Katherine Poujol (responsable de l’association « Gardez les caps !) ou encore de Lamya Essemlali (présidente de Sea Shepherd France).
par Laurent Mauduit
Billet de blog
Éolien : vents contraires !
[Rediffusion] Mal aimées parmi les énergies renouvelables, les éoliennes concentrent toutes les critiques. La région Provence Alpes-Côte d'Azur les boycotte en bloc sans construire d'alternatives au « modèle » industriel. le Ravi, le journal régional pas pareil en Paca, publie une « grosse enquête » qui ne manque pas de souffle...
par Le Ravi
Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste