La place des gender studies au Maroc

*Par Jean Zaganiaris. Il existe de nombreuses études sur la nature et la place des femmes dans le monde arabo-musulman, animées autant par un souci d'objectivation que par un esprit militant. L'axe principal de la plupart de ces travaux de recherche porte généralement sur la nature, les comportements et les actions politiques de ces femmes. Toutefois, il semble que certaines variables sociologiques soient mobilisées beaucoup plus que d'autres pour penser leurs pratiques sociales.

*Par Jean Zaganiaris. Il existe de nombreuses études sur la nature et la place des femmes dans le monde arabo-musulman, animées autant par un souci d'objectivation que par un esprit militant. L'axe principal de la plupart de ces travaux de recherche porte généralement sur la nature, les comportements et les actions politiques de ces femmes. Toutefois, il semble que certaines variables sociologiques soient mobilisées beaucoup plus que d'autres pour penser leurs pratiques sociales. Bien souvent, ce sont des variables culturalistes qui sont mises en avant, expliquant la domination dont sont victimes les femmes principalement de part leur nature «arabe» et/ou «musulmane».

Or, si la contextualisation des pratiques sociales doit être faite au sein de l'ère géographique où elles ont leur effectivité, elle ne peut à elle seule expliquer tout. Le risque de focaliser sur leur «islamité » ou sur leur appartenance au monde «oriental», pour reprendre l'expression ironique d'Edward Saïd, est de verser dans un hyper-culturalisme expliquant les comportements sociaux de ces femmes uniquement de par leurs attachements religieux ou géographique. Or, le fait de rappeler qu'à côté de cette appartenance -certes complexe et forcément multiple- au monde arabo-musulman, ces femmes sont aussi dotées d'une variable «genre» susceptible d'aider à comprendre non seulement leurs actions mais aussi celles ayant lieu autour d'elles, nous a semblé être une piste de recherche importante, permettant de comprendre la féminité et la masculinité arabes en dehors de l'anthropocentrisme culturaliste.

Les gender studies occupent une place importante dans le monde de la science politique. Il nous a semblé intéressant de mobiliser les pistes programmatiques de ces différents travaux pour construire des objets de recherche relatifs à la place et aux actions politiques des femmes ou des mouvements féministes au sein du monde arabo-musulman. La prise en compte de la variable genre est d'ailleurs susceptible de dépasser la simple question des morphologies et des actions féminines. Il ne s'agirait pas de focaliser uniquement l'attention sur des comportements, des stratégies, des répertoires mais de penser ces derniers à partir de la spécificité du «genre» (mais aussi du « transe-genre ») des actrices et des acteurs qui les mettent en œuvre. Cette transposition des thématiques des gender studies sur le monde arabo-musulman ne vise pas à occulter les spécificités contextuelles mais à rendre plus effective leur réalité complexe.

La place du genre au sein des espaces publics marocains: enjeux politiques et sociaux

Dans un premier temps, il s'agit de comprendre la nature des rapports de domination mais aussi des interactions existant entre les genres, en focalisant l'attention sur les logiques de l'espace public et de l'espace privé marocains. Ceux-ci ont connu une étape marquante avec la promulgation en février 2004 de la loi 70.03 portant sur le Nouveau Code de la Famille (NCF). C'est sur les composantes et les débats de cette «révolution juridique» ainsi que sur son bilan qu'est revenu Mohamed Mouaqit, enseignant à l'Université Hassan 2 de Casablanca. Celui-ci renvoie dos-à-dos la tentation «d'inscrire l'histoire du mouvement féministe dans une extériorité totale du monde arabo-musulman» et celle «de faire apologétiquement de l'islam une religion de l'idéal égalitaire». D'une part, l'auteur prend soin de retranscrire le processus socio-historique des questions touchant aux droits des femmes marocaines, depuis la 1er Moudouwana de 1957 au NCF de 2004, en passant par la révision du statut personnel de la femme en 1993 ou bien par les débats et les manifestations de 1999-2000 autour du Plan d'Action National pour l'Intégration des Femmes. D'autre part, Mohammed Mouaqit questionne les lectures et les usages des textes coraniques, notamment ceux effectuées par les partis politiques ou bien les magistrats. Il en déduit qu'il y a une culture de la domination masculine légitimée par une appropriation spécifique de la tradition musulmane. Celle-ci est d'ailleurs liée elle-même à un culte du patriarcat et à un ordre politique de la sujétion, qui sont omniprésent au Maroc.

Dès lors, «l'égalitarisme» souhaité par les mouvements féministes, tels que l'Union de l'Action Féminine, est une «idéologie», prônant explicitement la conscience d'appartenir au «genre féminin» et de militer stratégiquement pour avoir davantage de droits. Pour obtenir une certaine reconnaissance au sein de l'espace public, les mouvements féministes, qu'ils soient progressistes ou traditionnalistes, doivent composer avec le salafisme, qui est le cadre idéologique dominant au Maroc et qui fonde la légitimité de toute valeur ou de toute institution sur l'autorité sacralisée des antécédents. Le NDC serait donc une lutte entre différentes «idéologies», progressistes ou traditionalistes. Sur la question du genre dans l'espace privé, Leila Bouasria, sociologue, chercheuse au GREGAM (Groupe de recherche et d'études sur le genre) et enseignante à l'Université de Aïn Choq de Casablanca, a montré de quelle façon la gestion des ressources financières du foyer s'inscrit dans une symbolique forte, marquée notamment par l'image du chef de famille. Lorsque les symboles du patriarcat sont bouleversés, notamment si l'homme est au chômage et que la femme travaille, les rôles sont renégociés, sans que les positionnements symboliques du masculin et du féminin soient forcément bouleversés. La famille reste encore un obstacle important à l'égalité homme/femme, tant le partage des tâches domestiques continue de s'inscrire dans une tradition patriarcale incorporée par les femmes, y compris les femmes salariées. Ce sont parfois elles-mêmes qui luttent contre le changement des rôles au sein du foyer.

Genre, sexualité et société au Maroc

Dans un second temps, il s'agit de penser jusqu'à quel point les comportements sexuels ou bien les attitudes face à la sexualité sont déterminés par le genre. Abdessamad Dialmy, Professeur à l'Université de Rabat Agdal, a montré les résultats d'une enquête sociologique menée sur l'éducation sexuelle au Maroc. A partir d'un ensemble de questionnaires et d'entretiens effectués avec des médecins et des aides-soignants, il a montré que la trajectoire biographique du personnel médical, notamment son rapport à la religion islamique, prédéterminait de manière importante le contenu des discours préventifs à l'égard des maladies sexuellement transmissibles, de la contraception et des pratiques sexuelles. Pour les «laïcistes», il est impératif de réguler les comportements sexuels en se fondant sur une égalité homme/femme face aux savoirs sur la sexualité. Pour «les points de vue islamistes», la femme n'est pas concernée par l'éducation sexuelle que dispensent les acteurs de l'espace public. C'est uniquement le mari qui doit s'occuper d'initier celle-ci à la sexualité et non pas le personnel médical. Lors des séances d'information, le personnel médical «islamiste» séparent les hommes et les femmes. L'éducation sexuelle ne peut se faire dans le cadre de la mixité et elle se rattache essentiellement à des points de vue moraux. Par conséquent, un certain nombre de jeunes, y compris de jeunes filles, se tournent vers le visionnage des films pornographiques pour comprendre de manière visible ce que sont les comportements sexuels.

Ces questions relatives au genre et aux pratiques sexuelles ont été reprises par Jean Zaganiaris, enseignant-chercheur au CERAM/Ecole de Gouvernance et d'Economie de Rabat. Celui-ci a montré que les problématiques de la Queer Theory pouvaient constituer un cadre de référence théorique pour comprendre les enjeux politiques autour de la sexualité au Maroc. A partir d'un terrain constitué de discours écrits et oraux des écrivains marocains de langue française, il a regardé de quelle façon les pratiques sexuelles et les identités sexuées sont représentées au sein du champ littéraire marocain. Les questions relatives à la lutte contre l'hétéronormativité à tendance patriarcale ou bien au transgenre sont évoquées par un certain nombre d'auteurs, tels que Abdellah Taïa, qui a fait récemment son coming out en tant qu'écrivain marocain homosexuel. La question de l'homosexualité et du transsexualisme fait d'ailleurs l'objet de réflexion autant chez les écrivains homosexuels que non homosexuels. Ces derniers, qui ne sont pas pris dans des enjeux de reconnaissance autour des identités homosexuelles, sont allés parfois très loin dans la déconstruction des divisions de sexes et de genres. C'est ce que montre, par exemple, l'œuvre de Abdelkébir Khatibi et la figure de l'hermaphrodite ou bien les écrits de Abdelhak Serhane et de Mohamed Leftah.

Genre et pouvoirs publics au Maroc

Enfin se pose la question des rapports que les genres entretiennent avec les acteurs étatiques. Est-ce qu'il existe une indépendance des associations féminines ou bien celles-ci restent prisonnières des contraintes du champ politique avec lequel elles doivent composer? La mise en œuvre des politiques publiques et des actions de l'Etat mérite d'être pensée sous l'angle de l'investigation empirique et de la rigueur conceptuelle. A partir d'un travail sociologique sur une trentaine d'association des quartiers populaires de Casablanca, Yasmine Berriane, chercheuse associée au CM2S et membre du GREGAM (Groupe de Recherches et d'Etudes sur le Genre au Maroc), a expliqué en quoi le genre constituait une ressource au sein d'associations qui ont été longtemps le domaine réservé des hommes. La trajectoire biographique des femmes membres ou présidentes d'associations locales ont permis de comprendre que celles-ci sont à la fois sollicitées au sein du travail associatif et exclus bien souvent des cercles de décisions. En effet, les femmes sont une ressource car leur présence permet d'obtenir davantage de subventions de la part de l'Etat.

C'est cela qui explique, entre autres, la féminisation des associations, qui est accompagnée bien souvent par des discours stéréotypées sur ces dernières. Selon Houria Alami M'Chichi, professeure universitaire, les femmes marocaines ont mené un combat historique pour être reconnu au sein de la vie politique. Elles ont été longtemps maintenues dans un rôle de «gardienne de la tradition», limitée au domaine de la famille. Toutefois, les changements sociaux, surtout ceux de ces dernières années, ont conduit les pouvoirs publics à prendre en compte les revendications des femmes. Au Maroc, le discours sur l'égalité est principalement porté par le Roi et non pas par les partis politiques. Ce n'est pas tant une volonté démocratique, réalisée par les représentants du peuple, mais une décision de l'Etat, imposée aux acteurs de l'espace public marocain, qui a mis en œuvre l'égalité homme/femme, notamment en 2004 avec la réforme de la Moudawana. Pour Houria Alami M'Chichi, «Le genre a un sens car il permet de comprendre et de détecter les hiérarchies sexuées, sociales ainsi que la façon dont les hommes et les femmes les intériorisent». C'est aux associations et aux mouvements féministes de mener le combat dans lequel les partis politiques refusent de s'impliquer.

A partir des terrains différenciés et des approches disciplinaires distinctes (science politique, sociologie, philosophie), ces trois séminaires ont montré l'importance de l'apport des gender studies pour penser les comportements, les mutations et les revendications de la société marocaine.

--------------

*Ce texte est la synthèse de trois séminaires organisés par Jean Zaganiaris, enseignant-chercheur au CERAM (Centre d'Etudes et de Recherches sur l'Afrique et la Méditerranée)/Ecole de Gouvernance et d'Economie de Rabat.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.