mot de passe oublié
1 euro 15 jours

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Accédez à l'intégralité du site en illimité, sur ordinateur, tablette et mobile à partir d'1€.

Je m'abonne
Le Club de Mediapart mar. 27 sept. 2016 27/9/2016 Dernière édition

Contre le fléau de la corruption, l'Europe doit agir

A l'occasion de la Journée internationale contre la corruption, une quarantaine de journalistes d'investigation du monde entier interpellent le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, dans une lettre ouverte également publiée par le quotidien britannique The Guardian), et lui demandent de soutenir la directive anti-blanchiment, toujours pendante à Bruxelles.

A l'occasion de la Journée internationale contre la corruption, une quarantaine de journalistes d'investigation du monde entier interpellent le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, dans une lettre ouverte également publiée par le quotidien britannique The Guardian), et lui demandent de soutenir la directive anti-blanchiment, toujours pendante à Bruxelles.

 


 

Monsieur Juncker,

En tant que journalistes d’investigation et militants anti-corruption, nous croyons au rôle fondamental des médias dans l’exigence de redevabilité des institutions, l’exposition de la corruption et la remise en cause des menaces pesant sur le contrat social entre les États et les citoyens, des composantes si essentielles de la démocratie et du projet européen.

Le scandale des Luxleaks est un exemple récent qui démontre comment les multinationales arrivent à soutirer des arrangements corrosifs aux Etats quand elles pensent que personne ne les voit. Les « accords de complaisance » facilités par des comptables et des cabinets d’avocats privent les États membres européens et les pays du monde entier de milliards d’euros à l’heure où l’austérité compromet la capacité des gouvernements à fournir des services publics de base aux citoyens européens.

Les journalistes d’investigation voulant défier la corruption comptent sur le courage des lanceurs d’alerte. Mais, nous avons également besoin d’avoir accès aux informations en temps voulu sur la manière dont les sociétés et les trusts sont utilisés pour faire circuler l’argent corrompu à travers le système financier européen.

La directive anti-blanchiment d’argent de l’Union européenne offre l’occasion de garantir que les informations relatives à la propriété réelle des sociétés et des trusts soient en accès public, permettant aux journalistes, aux ONG et à tout un chacun de surveiller les liens entre des criminels potentiels et leur utilisation de ces structures légales qui restent opaques à l’heure actuelle.

En cette journée internationale de lutte contre la corruption, nous vous appelons à encourager cette étape décisive pour lutter contre un fléau qui porte atteinte aux droits des personnes vulnérables en Europe et à travers le monde et menace la crédibilité et l’intégrité du marché européen.

Nous vous prions, M. le Président, d'agréer l'expression de nos salutations distinguées.

 

Austin Agbonsuremi, directeur, service politique, AIT parliamentary, Abuja (Nigeria)
Fabrice Arfi, Mediapart, France
Tamás Bodoky, rédacteur en chef, Atlatszo.hu, Hongrie
Simon Bowers, journaliste financier, The Guardian, Royaume-Uni
Richard Brooks, reporter, Private Eye magazine, Royaume-Uni
Stefaans Brümmer, M&G Centre for Investigative Journalism (amaBhungane)
Santorri Chamley, journaliste, Royaume-Uni
Umar Cheema, envoyé spécial, The News, Islamabad and founder, Center for Investigative Reporting, Pakistan
Susan Comrie, Carte Blanche, Afrique du Sud
Osama Diab, militant anti-corruption et journaliste d’investigation, Egypte
Abjata Khalif, Kenya Pastoralist Journalists Network, Kenya
Francis Kokutse, Correspondant Afrique de l’Ouest, Indo Asian News Service Chroniquer, The Finder and Weekend Sun, Ghana
Naomi Fowler, Taxcast, Royaume-Uni
Parwiz Kawa, Rédacteur en chef, Hasht e Subh Daily Newspaper, Afghanistan
David Masunda,The Mirror, Zimbabwe
Nick Mathiason, Illicit Finance Journalism Programme, Royaume-Uni
Emmanuel Mayah, Reporters 360, Nigeria
Jeff Mbanga, Rédacteur économique, The Observer, Uganda
Craig McKune, M&G Centre for Investigative Journalism, Afrique du Sud
Jeanne van der Merwe, Media 24, Afrique du Sud
Moses Michira, Journaliste d’investigation, Standard Media in Nairobi, Kenya
Nadine Marroushi, Journaliste freelance, Egypte/Royaume-Uni
Patrick Mayoyo, Journaliste d’investigation, Kenya
Eric Mwamba, Wealth Magazine, ancient president du Forum des journalistes d’investigation africains, , République démocratique du Congo
Edegbe Odemwingie, correspondant, Leadership Newspaper, Nigeria ;
Rachel Oldroyd, éditorialiste, Bureau du journalisme d’investigation, Royaume-Uni
Sandeep Pai, journaliste d’investigation, India
Philipus Parera, responsible d’édition du service d’investigation, Tempo Magazine, Indonésie
Tata Peklun, SCHEMES TV pro, Radio Liberty, Ukraine
Edouard Perrin, Cash Investigation, France 2, France
Priti Patnaik, journaliste financier, Suisse/Inde
Juliana Ruhfus, présentateur, Al Jazeera
Rana Sabbagh, Responsable éditorial, Arab Reporters for Investigative Journalism
Márton Sarkadi-Nagy, journaliste d’investigation, Atlatszo.hu, Hongrie
Natalia Sedletskaya, SCHEMES TV pro, Radio Liberty Ukraine
Khadija Sharife, coordinateur African Network of Centers for Investigative Reporting, Afrique du Sud
Nicholas Shaxson, écrivain et journaliste, Berlin
Drew Sullivan, éditeur, Organized Crime and Corruption Reporting Project, Sarajevo/Bucharest/Tbilisi/Washington
Minh Thi Luong, reporter, Vietnam
Bassey Udo, éditorialiste, Premium Times Media, Nigeria
Lara Whyte, journaliste, Royaume-Uni
Wong Joon Ian, journaliste, Royaume-Uni

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

12/12/2014, 23:44 | PAR EVELYNE JANVIER EN RÉPONSE AU COMMENTAIRE DE SYCOPHANTE LE 09/12/2014 À 12:07

Nouvel article sur Réseau International

Quand l’Armée française fait le sale boulot de la CIA et arme les djihadistes de Boko Haram…by Réseau International

La vraie raison de l'escale de François Hollande à l'aéroport international de Moscou. Selon plusieurs sources concordantes, diffusées sur les Réseaux sociaux, la véritable raison de l’escale de François Hollande à l’Aéroport International de Moscou du samedi 6 décembre 2014 serait l’arrestation à l’Aéroport International de Kano (Nigeria), dans la nuit du vendredi 5 ou […]

Lire la suite

Réseau International | décembre 12, 2014 à 12:47 | Tags: Armée Française,AtterrissagebarbouzeBOKO HARAM,DjihadistesFrançois Hollande,gouvernement russeMoscouNigéria,PoutineRussieTchadurgence | Catégories: Géopolitique | URL:http://wp.me/p4nPkQ-5Ox

 

Commentaire   Voir tous les commentaires

 Réfléchissons. Si c'est faux, pourquoi ce gros attentat de Boko Haram au Nigeria ? Ils veulent quoi ? Libération des Frenchies de Hollande qui sont en taule ? Et leurs armes affrétées par eux sur ordre d'Hollande ? Ou bien, c'est un hasard ? Vous croyez au hasard ? Surtout à un hasard aussi bienvenu ? Pour moi, qui ne sais rien, tout comme vous ? C'est plutôt une validation, mais attendons. Soyons en alerte, aux aguêts. 

Désouscrire pour stopper la notification des articles de Réseau International.
Modifiez vos préférences d'envoi sousGestion des Souscriptions.

Problème de clic? Copiez et collez cette URL dans votre navigateur: 
http://reseauinternational.net/quand-larmee-francaise-fait-le-sale-boulot-de-la-cia-et-arme-les-djihadistes-de-boko-haram/

 

Construisez l'indépendance de Mediapart

onze euros par mois

Souscrivez à notre offre d'abonnement à 11€/mois et téléchargez notre application mobile.
Je m'abonne

L'édition

suivi par 373 abonnés

Les invités de Mediapart

À propos de l'édition

Tribunes, points de vue et libres opinions des invités de la rédaction de Mediapart.