Billet de blog 10 juil. 2012

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

ACTA, une leçon à apprendre

Martin Schulz préside le Parlement européen. Figure du SPD et de la social-démocratie allemande, il se réjouit du « moment important pour la démocratie européenne » qu'a constitué le rejet d'ACTA.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Martin Schulz préside le Parlement européen. Figure du SPD et de la social-démocratie allemande, il se réjouit du « moment important pour la démocratie européenne » qu'a constitué le rejet d'ACTA.


Le rejet du traité International ACTA (Accord commercial international pour lutter contre la contrefaçon) par le Parlement européen est un moment important pour la démocratie européenne. Rarement un débat fut aussi intense sur un traité international, rarement tant de citoyens, dans l'Europe entière et au-delà, y ont pris part.

Le traité ACTA, qui vise à lutter contre la contrefaçon et à protéger la propriété intellectuelle à l'échelle internationale, a été négocié par un groupe de pays industrialisés selon une procédure qui a suscité des préoccupations et l'opposition dans la société civile de par son manque de transparence. Au Parlement européen, nous avons tenté de remédier à cette lacune. Au cours des quatre derniers mois, nous avons accueilli et organisé d'innombrables réunions, auditions, ateliers, discussions en ligne avec des représentants de la société civile et d'autres intervenants pour s'assurer que toutes les opinions puissent être entendues. En tant que président du Parlement européen, j'ai à plusieurs reprises eu l'occasion de débattre d'ACTA que ce soit face-à-face ou par écrans interposés.

La mobilisation de masse sur cette question a abouti à une pétition adressée au Parlement européen, signée par plus de 2,8 millions de citoyens. Leur engagement démontre que l'opinion publique européenne existe et qu'elle est active au-delà des frontières nationales. Personnellement, j'ai beaucoup appris de cet échange intense, transparent et respectueux des opinions de chacun. A l'ère d'Internet, un nombre croissant de citoyens se joignent au débat sur notre avenir commun et se rendent compte qu'ils peuvent influencer directement la politique. Cette communication est vitale pour une institution législative multinationale telle que le Parlement européen.

Le vote contre ACTA n'est pas un vote contre la protection de la propriété intellectuelle. Au contraire, le Parlement européen soutient énergiquement la lutte contre la contrefaçon qui porte préjudice aux entreprises européennes et constitue une menace pour les consommateurs et les emplois en Europe. Si la question était seulement de protéger les marchandises, les vêtements ou les médicaments, je suis certain qu'aucun de mes collègues ou moi-même n'aurions pu nous opposer à l'accord.

Mais la majorité des députés européens pensent que ACTA est la mauvaise solution pour lutter contre le piratage en ligne, sentiment partagé par de nombreux citoyens. La majorité au Parlement est d'avis qu'ACTA est trop vague, autorisant des abus et créant des inquiétudes quant à son impact sur la vie privée et les libertés civiles, sur l'innovation, la créativité et la libre circulation de l'information. La protection de la propriété intellectuelle pour les producteurs européens est cruciale. Nous espérons par conséquent, que la Commission européenne présentera de nouvelles propositions pour protéger la propriété intellectuelle.

Entretemps, quelles leçons pouvons-nous tirer d'ACTA ?

Premièrement, le Parlement européen a une longue tradition dans la défense des libertés individuelles et les droits fondamentaux, et les citoyens de l'Europe peuvent compter sur nous, élus européens, pour les défendre. Internet est et deviendra de plus en plus un terrain pour la défense et la réglementation des libertés civiles au XXIe siècle. ACTA n'est pas le première ni la dernière fois que l'UE est appelée à légiférer dans un domaine nouveau mais également fascinant. Nous devons prendre toutes les mesures possibles pour lutter contre la piraterie, mais cela ne devrait jamais être fait au détriment de ce qu'a apporté Internet, une des technologies les plus révolutionnaires de l'histoire : le Parlement européen désire que le réseau demeure libre et ouvert.

Deuxièmement, les citoyens européens veulent donner leur avis, participer et être impliqués dans les décisions qui concernent l'Europe. L'implication, l'ouverture, la transparence et les débats controversés sont cruciaux pour la vie démocratique de l'Union européenne. Le Parlement européen est le lieu où ces débats doivent avoir lieu et où la volonté des citoyens est représentée. Le Parlement européen est la force protectrice de la démocratie que chacun devrait prendre en compte.

A lire sur Mediapart:

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Réforme de la PJ : Darmanin fait face à un début d’insurrection policière
Au lendemain d’une manifestation de mécontentement des enquêteurs marseillais, le patron de la police judiciaire du sud de la France, Éric Arella, a été démis de ses fonctions. Au risque d’amplifier la fronde contre une réforme qui ne passe pas.
par Fabrice Arfi, Pascale Pascariello, Camille Polloni, Matthieu Suc et Clara Martot
Journal — Cinéma
Les Français désertent le grand écran, le septième art broie du noir
Affecté par la baisse plus forte que prévu des fréquentations en salles et par l’arrivée des plateformes américaines, le cinéma français voit son modèle économique chamboulé.  
par Mathias Thépot
Journal
Le cinéma, emblème d’une politique culturelle fantoche
Alors que des professionnels lancent une journée d’appel à des états généraux du cinéma, jeudi 6 octobre, la politique culturelle sur le sujet demeure aussi introuvable que problématique.
par Joseph Confavreux
Journal
Un Nobel de la paix contre Poutine et Loukachenko et pour les droits humains
En pleine guerre en Europe, le prix Nobel de la paix a été décerné vendredi au défenseur des droits humains Ales Bialiatski, du Belarus, à l’organisation russe Memorial et à l’organisme ukrainien Center for Civil Liberties. Une façon de dénoncer les politiques dictatoriales de Vladimir Poutine et de son allié bélarusse Alexandre Loukachenko.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Quand les riches se mettent à partager
Quand Christophe Galtier et Kylian Mbappé ont osé faire leur sortie médiatique sur les jets privés et les chars à voile, un torrent de réactions outragées s'est abattu sur eux. Si les deux sportifs clament l'erreur communicationnelle, il se pourrait en fait que cette polémique cache en elle la volonté des dominants de partager des dettes qu'ils ont eux-mêmes contractées.
par massimo del potro
Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon