Billet de blog 10 déc. 2015

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

L’égalité femmes-hommes: une blague climatique ?

Pauline Chabbert et Caroline de Haas, directrices associées du Groupe Egalis (1) reviennent sur la (curieuse) sélection du 14e Prix « Press Club, Humour et Politique ». Parmi celles-ci, la phrase de Ségolène Royal, ministre de l’Ecologie : « L’égalité femmes-hommes est une condition indispensable à la réussite de la lutte contre le dérèglement climatique ».

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Hier, le jury du Prix « Press Club, Humour et Politique » a rendu public les premières sélections pour sa quatorzième édition. Parmi celles-ci, la phrase de Ségolène Royal, ministre de l’Ecologie : « L’égalité femmes-hommes est une condition indispensable à la réussite de la lutte contre le dérèglement climatique ».

Mais qu’est-ce que ces journalistes ont donc trouvé de drôle dans cette affirmation ?

Peut-être se sont-ils dit, comme bon nombre d’entre nous quand le sujet est apparu dans nos radars, que faire le lien entre l’égalité femmes-hommes et le changement climatique, c’était un peu tiré par les cheveux ? Comme si toutes les thématiques politiques, économiques, culturelles ou sociales avaient un lien avec l’égalité…

Sans doute se sont-ils interrogés sur le fait qu’une journée entière de la COP21 soit dédiée à l’égalité femmes-hommes (c’était le 8 décembre, le #GenderDay) ?

Pour répondre à cette question, nul doute que ces journalistes ont du consulter les dernières informations sur le sujet. On ne sélectionne pas une phrase pour le Prix de l’humour politique sans bosser un peu son sujet, n’est-ce pas ?

Et pourtant, il suffit de commencer à lire quelques rapports internationaux pour ne plus avoir envie de rire. En novembre dernier, la très sérieuse Banque mondiale soulignait que les populations les plus pauvres, vivant sur des territoires vulnérables, sont plus affectées par les changements climatiques. Or, les femmes représentent la majorité des pauvres dans le monde car elles cumulent les facteurs de discriminations.

Comme l’ont rappelé récemment le Haut Conseil à l’égalité femmes-hommes et la Fondation RAJA-Danièle Marcovici, lors de catastrophes naturelles, les risques de décès des femmes et des enfants sont multipliés par 14 en raison du manque d’accès à l’éducation, à l’information et aux techniques de survie comme la natation. Les femmes assurent 60% de la production alimentaire dans le monde. Et elles sont en première ligne pour lutter contre la déforestation et la désertification, qui augmentent le temps et la pénibilité du travail nécessaire à la collecte de l’eau, du bois et des aliments.

Les discriminations et les violences multiples auxquelles sont confrontées les femmes, dans l’accès aux ressources économiques et aux prises de décisions réduisent considérablement leurs capacités d’adaptation face au changement climatique. 

Enfin, alors qu’elles jouent un rôle essentiel pour la protection de l’environnement et de la biodiversité, la conservation de l’eau et l’utilisation d’énergie durable, les femmes continuent d’être absentes des espaces de discussions environnementaux et leurs intérêts ne sont toujours pas considérés.

Qu’est-ce qu’on se marre

Bref, l’égalité entre les femmes et les hommes n’est pas un luxe qu’on pourra se permettre d’aborder quand on aura réglé les autres sujets « sérieux ». C’est un élément structurant de l’ensemble des politiques de développement durable. Oublier de penser les femmes, leur sous représentation, leurs rôles sociaux, leurs difficultés économiques et les discriminations qu’elles subissent, revient à mener des politiques publiques qui répondent aux besoins uniquement de la moitié de l’humanité, les hommes, et renforce les inégalités.

Tiens, le jury du Prix de l’humour politique est composé à 80% d’hommes. Coïncidence ?

Toutes les données utilisées sont celles des Nations Unies.

(1) Pauline Chabbert & Caroline de Haas sont Directrices associées du Groupe Egalis, qui a participé à la rédaction des derniers rapports publiés sur le sujet par le Haut Conseil à l’égalité femmes-hommes et la Fondation Raja.

infographie-femmes-et-climat-egalis (pdf, 296.5 kB)

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Éducation et enseignement supérieur
Prof harcelée par l’extrême droite : « Maintenant, il faut une protection policière pour réfléchir sur la fraternité ? »
Sophie Djigo, enseignante de philosophie en classe préparatoire à Valenciennes, a été la cible d’une campagne en ligne parce qu’elle organisait une sortie pédagogique dans une association d’aide aux migrants à Calais. Elle demande à l’Éducation nationale de « protéger les collègues ».
par Célia Mebroukine
Journal
Drones, « exosquelettes » et nouvelles brigades : comment Darmanin va dépenser ses milliards
Les députés ont adopté mardi la version sans doute définitive de la Lopmi, ce texte qui fixe les objectifs et moyens des forces de l’ordre pour les cinq prochaines années. Elle prévoit une augmentation de leur budget de 15 milliards d’euros, dont la moitié sera consacrée à la numérisation de l’ensemble de leurs activités.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Justice
Affaire « Paul Bismuth » : Sarkozy prend ses distances avec les autres prévenus
L’ancien président conteste avoir commis la moindre infraction, malgré des enregistrements diffusés par la cour d’appel de Paris indiquant le contraire. À l’entendre, il n’était « pas passionné de procédure pénale », à l’inverse de Thierry Herzog, son ami avocat, et de l’ex-magistrat Gilbert Azibert.
par Michel Deléan
Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
La liberté d’aller et venir entravée pour les habitant⋅es de Mayotte
Le Conseil constitutionnel a jugé conforme à la Constitution les contrôles d’identité systématiques sur l’ensemble du territoire de Mayotte sans limite dans le temps. Il assortit sa décision d’une réserve qui apparait vide de sens : ces contrôles ne peuvent s’effectuer « qu’en se fondant sur des critères excluant […] toute discrimination », alors qu’ils apparaissent par essence discriminatoires.
par association GISTI
Billet de blog
Loi Darmanin contre les étranger·e·s : danger pour tou·te·s !
Ce mardi 6 décembre a lieu à 17H00 un premier « débat » sur l'immigration à l'Assemblée nationale initié par Gérald Darmanin préparant une loi pour le 1er trimestre 2023. Avec la Marche des Solidarités et les Collectifs de Sans-Papiers, nous serons devant l'Assemblée à partir de 16H00 pour lancer la mobilisation contre ce projet. Argumentaire.
par Marche des Solidarités
Billet de blog
Morts en Méditerrannée : plainte devant la CPI contre la violence institutionnelle
La plainte va soulever la question de la responsabilité de l'Italie, Malte, la commission européenne et l'agence Frontex dans le bilan catastrophique de plusieurs dizaines de milliers de noyés en Méditarrannée depuis 2014, au mépris du droit international et des droits humains. Questions sur la violence institutionnelle à rapprocher du projet de loi contre les migrants que dépose l'exécutif.
par Patrick Cahez
Billet de blog
Mineurs isolés à Paris : "C’est le moment d’agir, aidez-nous à quitter cette merde !"
Cela faisait depuis juin 2022 que des mineurs exilés isolés survivaient sous le pont Nelson Mandela, sur la rive droite des quais de Seine de la ville d’Ivry. En six mois, plus de 400 jeunes se sont retrouvés là-bas, faute d’autre solution. Ce matin, ils ont enfin été pris en charge, non sans peines et non sans luttes. Retour sur ces derniers jours de survie et de mobilisation.
par Emile Rabreau