L’égalité femmes-hommes: une blague climatique ?

Pauline Chabbert et Caroline de Haas, directrices associées du Groupe Egalis (1) reviennent sur la (curieuse) sélection du 14e Prix « Press Club, Humour et Politique ». Parmi celles-ci, la phrase de Ségolène Royal, ministre de l’Ecologie : « L’égalité femmes-hommes est une condition indispensable à la réussite de la lutte contre le dérèglement climatique ».

Hier, le jury du Prix « Press Club, Humour et Politique » a rendu public les premières sélections pour sa quatorzième édition. Parmi celles-ci, la phrase de Ségolène Royal, ministre de l’Ecologie : « L’égalité femmes-hommes est une condition indispensable à la réussite de la lutte contre le dérèglement climatique ».

Mais qu’est-ce que ces journalistes ont donc trouvé de drôle dans cette affirmation ?

Peut-être se sont-ils dit, comme bon nombre d’entre nous quand le sujet est apparu dans nos radars, que faire le lien entre l’égalité femmes-hommes et le changement climatique, c’était un peu tiré par les cheveux ? Comme si toutes les thématiques politiques, économiques, culturelles ou sociales avaient un lien avec l’égalité…

Sans doute se sont-ils interrogés sur le fait qu’une journée entière de la COP21 soit dédiée à l’égalité femmes-hommes (c’était le 8 décembre, le #GenderDay) ?

Pour répondre à cette question, nul doute que ces journalistes ont du consulter les dernières informations sur le sujet. On ne sélectionne pas une phrase pour le Prix de l’humour politique sans bosser un peu son sujet, n’est-ce pas ?

Et pourtant, il suffit de commencer à lire quelques rapports internationaux pour ne plus avoir envie de rire. En novembre dernier, la très sérieuse Banque mondiale soulignait que les populations les plus pauvres, vivant sur des territoires vulnérables, sont plus affectées par les changements climatiques. Or, les femmes représentent la majorité des pauvres dans le monde car elles cumulent les facteurs de discriminations.

Comme l’ont rappelé récemment le Haut Conseil à l’égalité femmes-hommes et la Fondation RAJA-Danièle Marcovici, lors de catastrophes naturelles, les risques de décès des femmes et des enfants sont multipliés par 14 en raison du manque d’accès à l’éducation, à l’information et aux techniques de survie comme la natation. Les femmes assurent 60% de la production alimentaire dans le monde. Et elles sont en première ligne pour lutter contre la déforestation et la désertification, qui augmentent le temps et la pénibilité du travail nécessaire à la collecte de l’eau, du bois et des aliments.

Les discriminations et les violences multiples auxquelles sont confrontées les femmes, dans l’accès aux ressources économiques et aux prises de décisions réduisent considérablement leurs capacités d’adaptation face au changement climatique. 

Enfin, alors qu’elles jouent un rôle essentiel pour la protection de l’environnement et de la biodiversité, la conservation de l’eau et l’utilisation d’énergie durable, les femmes continuent d’être absentes des espaces de discussions environnementaux et leurs intérêts ne sont toujours pas considérés.

Qu’est-ce qu’on se marre

Bref, l’égalité entre les femmes et les hommes n’est pas un luxe qu’on pourra se permettre d’aborder quand on aura réglé les autres sujets « sérieux ». C’est un élément structurant de l’ensemble des politiques de développement durable. Oublier de penser les femmes, leur sous représentation, leurs rôles sociaux, leurs difficultés économiques et les discriminations qu’elles subissent, revient à mener des politiques publiques qui répondent aux besoins uniquement de la moitié de l’humanité, les hommes, et renforce les inégalités.

Tiens, le jury du Prix de l’humour politique est composé à 80% d’hommes. Coïncidence ?

Toutes les données utilisées sont celles des Nations Unies.

(1) Pauline Chabbert & Caroline de Haas sont Directrices associées du Groupe Egalis, qui a participé à la rédaction des derniers rapports publiés sur le sujet par le Haut Conseil à l’égalité femmes-hommes et la Fondation Raja.

 infographie-femmes-et-climat-egalis (pdf, 296.5 kB)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.