Billet de blog 11 mars 2012

Nous sommes tous des indigènes

 Nabile Farès, écrivain et psychanalyste, analyse les difficultés que pose à la société française le mot indigène, «lieu d’un malaise, d’un mal-être», alors qu'aussi bien pourrait être retenue, reconnue, chez un citoyen, «sa qualité, et non son stigmate, d’indigène».

Nabile Farès
psychanalyste, écrivain, publications, ed du Seuil, Maspéro-la découverte, Harmattan, Actes-sud, Gallimard, Achab, ed du Crépuscule, psychanalyse actuelle
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nabile Farès, écrivain et psychanalyste, analyse les difficultés que pose à la société française le mot indigène, «lieu d’un malaise, d’un mal-être», alors qu'aussi bien pourrait être retenue, reconnue, chez un citoyen, «sa qualité, et non son stigmate, d’indigène».

--------------

Dict. Le Robert: «Indigène : Originaire du pays ( dont on parle) ou qui est établi depuis longtemps dans le pays où il habite Autochtone. Aborigène. Natif. Naturel. Les Indigènes d’Amérique, de Corse. Propre à une population indigène. Les religions indigènes du Japon. Les langues indigènes d’Europe. Courant: (mais considéré comme péjoratif voir insultant) originaire d’un pays, d’une région occupée par des colonisations. Les colons utilisant une main d’œuvre indigène. La ville indigène, la ville européenne. Troupes indigènes.»

Mêler, à ce point, à la campagne présidentielle qui a lieu en France, par petites phrases, déclarations intentionnellement modulées du ministre de l’intérieur, du premier ministre, sans que le ministre de la culture se fasse entendre, nourriture, viande halal, cascherout, religion, coutume, culture, nous pose, en tant que citoyen, vivant en France, et, de surcroît, français, une question essentielle: qu’est-ce qui définit la nationalité d’une, d'un individu pour un Etat? Et, par un paradoxe des plus sensibles à la représentation d’une identité nationale individuelle, la réponse serait celle-ci: sa qualité, et, non son stigmate, d’indigène; d’où, autre question: qu’est-ce qu’être indigène?

Selon l’étymologie –Larousse, Littré, Petit et Grand Robert…– est indigène celle, celui «qui est originaire du pays» et, seconde précision, «qui est établi depuis longtemps en un pays, en parlant de nations. Peuples indigènes. Ce sont les peuples de l’Arabie proprement dite, qui étaient véritablement indigènes, c'est-à-dire, de temps immémorial, habitants ce beau pays sans mélange d’aucune autre nation, sans avoir été jamais conquis, ni conquérants…» Sans appuyer sur les données restreintes, drôles et, en même temps fausses, datées de cette citation extraite du Robert qui figure sur les étagères de la bonne bibliothèque Malraux de la ville de Paris, remarquons, justement, combien cette citation nous incite à saisir le glissement de sens, les ajouts, déplacements, substitutions, que le mot «indigène» connaît et a connu au cours de l’histoire linguistique, certes, et, surtout l’histoire des sociétés en ce qui concerne leur constitution populaire et civile, indigène et démographique. Changement de sens tel que le mot a pu désigner, péjorativement, pour des raisons parfois coloniales, parfois, raciales, de ségrégations et, aussi bien d’extermination, les habitants d’un pays, par exemple les dits «Indiens» en Amérique du Sud, les musulmans et aussi les juifs d’Algérie, mais jamais les dits Européens de ce pays, comme si la coexistence de ces deux mots, à la fois substantifs et qualificatifs, ne pouvaient être que blessante, insupportable à la langue, et, qu’on ne puisse dire, tolérer un «européen indigène d’Algérie», et, aujourd’hui un «indigène européen», «un Français indigène»…

Incontestablement le mot «indigène» marque une limite, et, pour emprunter à Sigmund Freud quelques mots appropriés aux contextes frontaliers et intimes des nationalités actuelles, le mot «indigène» est bien le lieu d’un malaise, d’un mal-être, dans la culture, la civilisation de soi et de l’autre, symptôme d’une difficulté qui devrait trouver dans l’intelligence politique et sociale, sa possible résolution en un sens entièrement différent de celui d’un rejet, d’une extériorisation qui a déjà mené à la barbarie de l’extermination des juifs, des tsiganes, des malades dits mentaux, des handicapés, et, tout aussi bien, des bien-portants; ceci, à condition que le politique, dans ses déclarations, petites phrases modulées avec intention, puisse quitter –et nous faire quitter– les représentations péjoratives héritées des moments d’histoire tragiques qui ont très sensiblement déjà atteint, coûté, aux indigènes, citoyennes et citoyens, habitants du pays et de nationalité où elles, ils, nous sommes, pour espérer, oui, «espérer», que les mots de nationalité, d’identité nationale, se réfèrent à tous les êtres pour qui le pacte démocratique et laïque inclut à part égale leur nourriture, leur religion, leur vie, leur peau, leur culture…

Que l’on puisse aujourd’hui parler si péjorativement des immigrés, des étrangers indigènes nous paraît être d’un véritable archaïsme, néfaste, absurde, qui témoigne d’un manque de perspective politique en période électorale, précisément, et d’un bien terrible mépris. Pour ma part, si j’ose dire, en devenant français, ce que j’estime, j’avais, à l’époque, et, tout aussi bien aujourd’hui, enrichi, agrandi, les frontières indigènes de ma nationalité, pensant ainsi que mon identité était à la fois la mienne et celle de bien d’autres nationalités dites d’origine; origines indigènes comprises.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Entreprises
Un scandale financier luxembourgeois menace Orpea
Mediapart et Investigate Europe révèlent l’existence d’une structure parallèle à Orpea, basée au Luxembourg, qui a accumulé 92 millions d’actifs et mené des opérations financières douteuses. Le géant français des Ehpad a porté plainte pour « abus de biens sociaux ».
par Yann Philippin, Leïla Miñano, Maxence Peigné et Lorenzo Buzzoni (Investigate Europe)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal — France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)

La sélection du Club

Billet de blog
L'UE a dépensé plus de 340 millions d’I.A. pour le contrôle des frontières
Comme l'écrit Statewatch depuis 2007 l'UE a dépensé plus de 340 millions pour la recherche sur les technologies de l’Intelligence Artificielle (I.A.) destinée au contrôle des frontières, des demandeurs d’asile, de l’immigration, alors que la proposition de loi en la matière actuellement en discussion ne fournit pas les sauvegardes contre les emplois dommageables de ces technologies.
par salvatore palidda
Billet de blog
La Méditerranée pour tombeau, pièce journalistique n°1
Changer la compréhension du monde par le partage d’enquêtes sur le terrain. À La Commune CDN d'Aubervilliers, la pièce d'actualité n°17 est aussi la pièce journalistique n°1. Etienne Huver et Jean-Baptiste Renaud ont enquêté sur la route migratoire la plus dangereuse du monde. À l’heure de la solidarité ukrainienne, la Méditerranée n’en finit pas de tuer et nous regardons ailleurs.
par guillaume lasserre
Billet de blog
« Grand remplacement » : un fantasme raciste qui vient de loin
La peur d’un « grand remplacement » des « Blancs chrétiens » est très ancienne en France. Elle a connu une véritable explosion à l’ère coloniale, face à la présence, pourtant quantitavement faible, des travailleurs africains en métropole. Alain Ruscio montre ici que ce fantasme raciste fut un filon politique et un calcul abondamment exploités du XIXe siècle à nos jours.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Le radeau de la Méduse ou le naufrage du vieux monde
[Rediffusion] Les connivences du pouvoir politique et financier aux affaires du vieux monde témoignent chaque jour de leur mépris pour les populations et la démocratie. Partout la nostalgie impérialiste de la domination s'impose comme sauvetage de la mondialisation sauvage. Ne laissons pas le saccage et la peur nous plonger en eaux troubles et relisons plutôt Le radeau de la Méduse du génial Géricault.
par jean noviel